Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Shellac
Le Grand Mix  (Tourcoing)  25 mai 2007

A quoi ressemblerait une année sans un concert de Shellac ? A une charrue sans bœufs, à des Beatles sans John Lennon, à Edouard Balladur sans son goitre ... Autant dire à pas grand-chose …

Mieux que les réductions d’impôts de Sarko, Steve Albini et ses boys nous gâtent : nul besoin de parcourir l’Europe cette année, trois dates ont été annoncées dans l’hexagone (Lille, Paris et Strasbourg). Dans ces conditions, pourquoi se limiter au seul Bataclan le samedi 26 mai ? Pourquoi ne pas prendre la direction de Lille un jour auparavant ? Aussitôt dit, aussitôt fait.

Vendredi 25 mai en gare de Paris-Nord, l’apocalypse s’abat minutieusement sur la capitale : le tonnerre gronde, des éclairs déchirent le ciel, des trombes d’eau inondent Paris. Une bonne heure plus tard à la gare de Lille-Flandres, tout rentre dans l’ordre : la météo est redevenue clémente. Tristement, l’arrivée au Grand Mix de Tourcoing sera trop tardive pour Zone Libre, supergoupe formé par Marc Sens, Serge Teyssot-Gay et Cyril Bilbeaud, l’ex-batteur de Sloy.

A charge de revanche le lendemain, place maintenant à Shellac. Pas de roadies, au groupe d’installer méticuleusement son matériel. Vêtu d’une combinaison d’électricien - clin d’œil à la tournée Rust Never Sleeps ? -, Steve Albini attire déjà sur lui tous les regards. Quelques minutes plus tard, Shellac refait son apparition à l’exception du batteur Todd Rainer.

Tel un acteur de théâtre, celui-ci se cache quelques instants encore derrière le rideau au fond de la scène. Quant à Steve Albini, il abandonne sa combinaison pour dévoiler un ignoble t-shirt estampillé d’un loup. Quelques riffs de guitares ciselés, un fracas de claquements de toms, force de notes de basse appuyées : Shellac se prépare à ravager le Grand Mix durant plus d’une heure et demie.

Comme à son habitude, le groupe se présente tel une hydre à trois têtes. On ne présente évidemment plus Steve Albini, martelant sa Travis Bean, hurlant dans les micros de celle-ci, véritablement possédé. Une malheureuse pédale d’effet pour tout attirail. Quant au solide Bob Weston et ses bouclettes ovines, il demeure impressionnant de maîtrise, de puissance sourde, usinant infatigablement sa lourde rythmique. Le meilleur pour la fin, la star ultime, Todd Rainer et son jeu inimitable, invisible lien entre Steve et Bob, toujours à la limite.

Tels d’éternels adolescents, le trio s’éclate littéralement, ose tout, réussit tout. Quelle différence entre un concert et une répétition dans un sombre studio de Chicago ? Probablement aucune. Shellac ne sait pas tricher. Et en tire toute sa force. Au delà de la musique, rares sont les formations à accorder autant de soin à la mise en scène. Laquelle se voit souvent poussée à son paroxysme.

A titre d’exemple, les amplis - faits maison - de Steve et Bob ont été construits de manière symétrique ! Sans parler des innombrables gimmicks : les questions de Bob, les faux départs à répétition, le final autour de la batterie, les errances, tom à la main, de Todd …

Une prestation particulièrement bien huilée ne tombant pourtant jamais dans la redite. Et la setlist, mes amis, quelle orgie ! Tout y passe, des anciens albums, At Action Park bien sûr mais aussi Terraform, aux premiers EPs sans oublier quelques extraits de Excellent Italian Greyhound.

Seule ombre au tableau, la relative frilosité d’un public lillois pourtant réputé bouillant. Définitivement ce soir là - et plus encore le lendemain au Bataclan-, Shellac conforte son statut de groupe ultime sur scène : métallique, magnétique, insurpassable.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dude Incredible de Shellac
Shellac en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Shellac en concert au Bataclan (26 mai 2007)
Shellac en concert au Festival Primavera Sound 2008

En savoir plus :

Le site officiel de Shellac


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=