Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Calexico
Olympia  (Paris)  3 avril 2003

Après trois années de silence, émaillées de collaborations diverses, Joey Burns et John Convertino, ont relancé en 2003 l’aventure Calexico avec la publication d’un nouvel album – le très bon Feast Of Wire – suivi d’une tournée passant par le vieux continent.

L’escale dans la "ville lumière" tombe malheureusement le jour d’une grève des transports consistante compliquant ainsi considérablement le périple pour rallier l’Olympia. En guise de mise en bouche : Bed, groupe français également signé sur Labels et récemment auteur d’un sympathique "Spacebox". Un show gentil, agréable par moments (au milieu), mais qui finit par lasser, probablement par manque d’originalité dans les compos, ce qui n’enlève rien à l’interprétation.

Et puis Calexico est arrivé. Avec Joey Burns au chant et à la guitare et John Convertino à la batterie. Accompagnés d’une section de cuivre et d’un fils spirituel de Ry Cooder à la pédale steel. Le concert pouvait donc commencer : "Across The Wire", après une courte intro.

Il faut cependant attendre le cinquième morceau où Joey Burns (et son badge ‘No War’ sur la chemise) empoigne une guitare électrique pour que le show décolle véritablement, retrouvant le son si caractéristique du groupe de Tucson. Un peu plus loin, le groupe se fend du début de "Hot Rail", trop souvent sous-estimé : "El Picador" et "Ballad Of Cable Hogue", dans des versions très réussies.

Carrefour d’influences multiples (et surtout multiculturelles), la musique de Calexico synthétise à merveille western-rythmes latinos-rock face un public (assez mainstream) ravi, même si cette diversité finit presque par nuire à la cohésion du show. En appui d’un répertoire orienté vers le dernier disque, le groupe tape deux reprises fabuleuses, "Ohio" de Crosby Still Nash & Young (très d’actualité en ces temps de guerre) et "Alone Again Or" de Love durant le premier rappel, conclue par ces mots "Peace… love… no more".

La première fut tout bonnement la meilleure chanson du set, étirée pendant presque dix minutes dans une version véritablement tripante, hypnotique. Quant au classique de "Forever Changes", Calexico refait le coup de Belle & Sebastian au Grand Rex, un an après quasiment jour pour jour , remarquablement exécutée (surtout les cuivres évidemment) ajoutant à la déception de la version donnée par le maître Arthur Lee en juin dernier.

Après la relecture d’un projet antérieur, "Lost In Space" (OP8), la soirée s’achève sur une tonalité world où deux titres sous influence Manu Chao copulent avec une chanson interprétée par un des trompettistes que l’on croirait tirée de "Buena Vista Social Club".

Après avoir fait deux fois référence à Ry Cooder en l’espace d’une chronique, il ne reste plus qu’à se replonger dans le magique "Into The Purple Valley"….

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Garden ruin de Calexico
La chronique de l'album Carried to dust de Calexico
La chronique de l'album Algiers de Calexico
Calexico en concert au Festival International de Benicassim 2003
Calexico en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Calexico en concert à La Flèche d'Or (16 février 2006)
Calexico en concert à La Maroquinerie (4 avril 2006)
Calexico en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (mercredi)
Calexico en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Calexico en concert à La Cigale (mardi 14 octobre 2008)
Calexico en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Calexico en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Calexico en concert à L'Aéronef (dimanche 24 février 2013)
La vidéo de World Drifts In - Live at the Barbican London par Calexico


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=