Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Woven Hand
Espace Doun  (Rognes (13))  8 juin 2007

S'il y a quelque chose de plus improbable que la terrible gueule cassée de prêcheur blond aux biceps proéminents et tatoués de David Eugene Edwards, c'était la venue à Rognes de Woven Hand, la nouvelle formation du chanteur, passée du statut de projet parallèle à celui de projet principal après dix ans, quatre albums et la séparation de 16 Horsepower, où il officiait jusqu'alors.

Tellement improbable, d'ailleurs, que le concert n'a trouvé à se dérouler que dans le curieux espace Doun, salle de concert associative toute en voûtes de pierre et à l'éclairage fixe, à la programmation de goût mais à la périodicité plutôt relâchée.

Improbable et semé d'embûches... Puisque David Eugene Edwards et sa bande chantent continuellement les louanges de dieu, on pourrait se dire que c'est le diable qui a mis ce soir-là des bâtons dans leurs roues inspirées : séance de larsen plus ou moins contrôlable, voix un temps inaudible, panne de guitare, court-circuitée par la sueur du chanteur (!).

Malgré ces contrariétés multiples, sans se décourager ni même marquer quelque lassitude, sans première partie ni fioritures d'éclairages ou de fumée, c'est une prestation intense et épaisse que va livrer le quatuor.

Sur scène, on entend quelque chose comme du 16 Horsepower à la sauce dévote, piété et repentir compris. Rock saturé, au rythme ample et au tempo raisonnable, où le banjo (électrique) remplace parfois la guitare.

Assis sur sa chaise tournante au centre de la scène, vite couvert de sueur tant son corps tout entier se tend dans l'interprétation de ses compositions, David Eugene Edwards, chef d'orchestre inspiré, fait parfois songer au Nick Cave de Tupelo ou à un Tom Waits emporté ; on imagine un Harvey Keitel jouant des riffs telluriques façon bande originale de film de John Carpenter ; on se rappelle la froide cruauté du prêtre Robert Mitchum de "La nuit du chasseur".

Transporté par la musique dans les très profondes et très chrétiennes ruralités désertes du sud des Etats-Unis - qu'elles sentent la poussière, le sable ou le bayou, mais où le silence, la solitude et les grands espaces sont de mise ; sous la chaleur, moite ou sèche, accablante ; là, peut-être où l'âme de Nick Cave vit l'ange, justement - transporté en ces pays rudes et lointains, le public, venu assister en masse à ce concert, se tient coi, recueilli.

Non pas que le rock très chrétien des américains soit soporifique. Mais il est d'une telle intériorité qu'il est difficile de se laisser aller à danser ou à s'agiter en rythme.

D'autant que le rythme, justement, ne cesse de se briser, que les compositions de Woven Hand, lorsqu'elles se parent pour la scène, ont tout de la vague, qui prend le temps de s'enfler en une longue introduction où dominent les ronflements de la basse, les résonances d'un guitare volontiers slide ; qui après avoir bien enflé, éclate, puis reflue, pour enfler de nouveau, la période elle-même de ce mouvement de sac et ressac n'étant pas pour rien dans l'impression de transe qui domine. D'autant, aussi, que la salle est bondée, que les trois ou quatre premiers rangs de spectateurs sont sagement assis, pour permettre aux autres spectateurs d'espérer apercevoir sur la scène peu surélevée les musiciens.

Le groupe ne jouera qu'une dizaine de titres, deux en guise de rappel, dont l'un en solo par David Eugene Edwards.

Venus de Mosaic, le dernier opus du groupe, on retiendra le remarquable "Winter Shaker" d'ouverture, avec son refrain entêtant, qui a le mérite de mettre immédiatement les choses au clair ("halle-halle-lujah"...) ; et les imprécations grandioses de "Elktooth", qui ajoute au set une tension bien particulière. Parmi les anciens titres du groupe, "Tin finger", "The speaking hands" et "Your Russia" savent encore parfaitement tirer leur épingle du jeu.

Entre nervosité et enthousiasme, Woven Hand offre une prestation impressionnante, toute de concentration et de dévotion, qui laisse admiratif. Et si l'on n'adhère pas forcément au message de dévotion qui laisserait les plus humanistes des mélomanes désespérés de l'espèce humaine, pécheresse, condamnée, perdue - on n'en admire pas moins la conviction, l'humilité et le talent avec lesquels David Eugene Edwards le met en musique

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Blush Music de Woven Hand
La chronique de l'album Consider the birds de Woven Hand
La chronique de l'album The Threshing Floor de Woven Hand
Woven Hand en concert à L'Européen (28 novembre 2004)
Woven Hand en concert à L'Européen (28 novembre 2004) - 2ème
Woven Hand en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Woven Hand en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
Woven Hand en concert au Divan du monde (29 novembre 2007)

En savoir plus :

Le site officiel de Woven Hand

Crédits photos : Cédric Chort (Plus de photots sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=