Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cali
Café de la Danse  (Paris)  1er juillet 2003

Concert privé organisé par Labels pour la promotion d'un nouveau venu dans l'hexagone musical, Cali, groupe originaire de Perpignan (chant, guitare, basse, batterie, clavier et violon) autour de Bruno Caliciuri, auteur-compositeur-interprète.

Un modeste "Bonjour, nous sommes Cali" et c'est parti pour un répertoire qui oscille entre un Miossec plus mélodique ("Tes désirs font désordre"), un Dominique A rock'n'roll ("Dolorosa" ) et parfois (hélas ?) sur certains morceaux plus intimistes, notamment seul au piano, avec du Delerm (hé oui .. Du Delerm tant ce genre d'exercice se transforme en style musical - n'est ce pas Carla B. ?- ), façon comptine ("Fais le vite papa"). Exception faite sur "J'ai besoin d'amour" sur lequel Cali prend place au piano et annonce mine de rien qu'il va nous faire une imitation de Arno (bon en fait il ne dit pas ça, il dit simplement qu'on lui a fait remarquer que cette chanson pourrait sortir du répertoire de l'antistar Belge). Interprétation très convaincante d'un des meilleurs morceaux du set.

Pour rester dans les références, Cali (qui a fait la première partie de Brigitte Fontaine) n'est pas sans rappeler dans la voix et le phrasé le couple infernal Higelin/Fontaine sur "Il y a une question" (enfin c'est mon avis à moi que je partage personnellement).

Par ailleurs, si le thème central reste assez peu original autant qu'universel, l'amour (et en l'espèce plutôt l'absence d'amour), le ton parfois drôle, parfois sarcastique et le phrasé lui permet d'éviter l'écueil des mièvreries franco françaises dont le mariage avec la pop relève de la gageure. Tout le monde ne peut pas être Manset, Murat, ou même Miossec, encore moins Gainsbourg (Ah enfin un artiste français de talent dont le nom ne commence pas par M !) mais heureusement tout le monde n'est pas non plus ... Pas de nom ce serait trop facile. Bruno Caliciuri trouve le juste milieu et s'en sort brillamment avec même quelques clins d'œil (volontaires ?) à la chanson française ("le téléphone aphone qui sonne et personne qui ne décroche" sur "C'est quand le bonheur" ça vous interpelle ?).

Mais là où Cali impressionne le plus c'est quand le rythme s'accélère, quand le morceau s'emballe et quand il lâche (un peu) sa voix qui semble receler beaucoup plus de puissance qu'il veut bien nous le faire croire et qui pourrait nous entraîner, sans doute, vers de Noir(s) désir(s) fort agréables, quand il frappe son tambourin ou secoue frénétiquement ses maracas, quand il gratte sa guitare (acoustique).

Seul sur scène ("Elle m'a dit" qui nous rappelle Melville/Chelsea par le chant et la mélodie autant que Noir Désir par le punch de ce morceau), genoux fléchis, dos vouté (tiens on dirait un peu Jean Louis Murat, y compris au niveau de la coupe de cheveux), comme pour se préparer au chaos, quand sont grand corps ne sait que faire de ses membres et qu'il tente de gesticuler en rythme, pas de chorégraphie, pas de chichi, Cali est dans Sa musique et quand le public tape dans ses mains (fâcheuse tendance du public à vouloir manifester sa présence au moindre rythme un tant soit peu festif) il ne peut s'empêcher de jeter un petit coup d'œil vers la salle et de sourire, pas peu fier !

"L'amour parfait", chanson titre de l'album à venir, attendra la fin du premier rappel pour enfin se faire entendre.. une chanson dépouillée, un peu maladroite mais touchante de sincèrité ("...le bonheur s'agrippe trop mal aux gens seuls...").

Ce concert promo très complet avec 18 vrais titres joués sans remplissage, alors que son premier album (qui ne contient que 13 titres) n'est pas encore sorti, laisse augurer d'un bel avenir pour Cali.

Examen de passage réussi donc rendez-vous mi-août pour la sortie de son premier album!

 

Setlist:

Tout va bien
Pensons à l'avenir
Il y a une question
C'est quand le bonheur
J'ai besoin d'amour
Dolorossa
Le grand jour
Elle m'a dit
(Fais le vite papa)
Amour m'a tuER
C'est toujours le matin
Tes désirs font désordre
Différent
Fais de moi ce que tu veux

1er rappel
La vie parfaite
La tête à ça
L'amour parfait

2ème rappel
Parlons de tout ça calmement

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'amour parfait de Cali
La chronique de l'album La vie ne suffit pas de Cali
La chronique de l'album L'Espoir de Cali
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Cali en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
Cali en concert au Festival de Dour 2004 (dimanche)
Cali en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (samedi)
Cali en concert à l'Olympia (21 novembre 2005)
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Cali en concert au Festival Le Rock dans tous ses états 2006 (vendredi)
Cali en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Cali en concert à Théâtre antique (28 juillet 2006)
Cali en concert au Festival de Saint Nolff 2006 - Fichez nous la paix !
Cali en concert au bordel magnifique - Live (octobre 2006)
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Cali en concert à Zénith (14 et 15 avril 2008)
Cali en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Vendredi
Cali en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Cali en concert au Festival Furia Sound 2008
Cali en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche
L'interview de Cali (juillet 2003)
La conférence de presse de Cali (10 juillet 2004)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=