Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Class'Eurock 2007
Bloody Honey - Nitwits - Kami - Pense Bête - La Méthode - Eiffel - No One Is Innocent -Les Hurlements d'Léo - Mass Hysteria  (Venelles (Bouches du Rhône))  Vendredi 29 et samedi 30 juin 2007

Dix-septième année d'existence et d'action militante en faveur de la culture (vive, jeune, vivace, pas jeuniste ni gnan-gnan, créative) pour l'association Aix'qui. Encore une fois chassés des espaces scéniques d'Aix-en-Provence, leur ville natale, les forts en thème de l'éclectisme musical ont cette année trouvé à réfugier leur festival de fin d'année au complexe sportif de Venelles pour une jolie scène à ciel ouvert.

Au programme des deux soirées de concert : huit groupes finalistes Class'Rock (groupes composés de jeunes musiciens encore scolarisés, sélectionnés tout au long de l'année et préparés par une semaine de résidence encadrée par des arrangeurs professionnels) ; quatre lauréats Class'Eurocks (groupes accompagnés tout au long de l'année par l'association dans leur démarche de professionnalisation, avec notamment une excursion européenne pour chacun d'eux) ; des groupes étrangers (venus d'autres pays européens, dans le cadre de tremplins comparables) ; quatre têtes d'affiches nationales : Eiffel, les Hurlements de Léo, No one is innocent et Mass Hysteria.

Plus de quatorze heures de concert en deux soirs. Outre l'enregistrement des concerts, destiné au DVD édité par Aix'qui pour la quatrième année et distribué gratuitement, la soirée est également l'occasion de désigner, parmi les huit finalistes Class'rock, les deux groupes qui continueront l'aventure avec l'association pour une date européenne.

Le moins que l'on puisse dire, pourtant, c'est que ce n'est pas un esprit poisseux de concurrence agressive qui domine entre les jeunes formations. Bass Tension, Dark Symphony, Livestock et Lithium le premier soir ; Ska Socio, Reservoir Dolls, Double Tranchant et The Howling Mad le deuxième soir - tous offrent une prestation appliquée sans être empêtrée, avec beaucoup de sérieux et un enthousiasme toujours réjouissant (voire : une certaine inconscience... on se souviendra en frissonnant du slam soudain du chanteur de Reservoir Dolls dans un public encore dispersé en ce début de soirée).

Et si Lithium, quatuor emmené par la jeune mais déjà charismatique chanteuse / guitariste Anaïs, et The Howling Mad, trio à l'énergie débordante d'un rock aussi punk qu'à Billy, sont les deux groupes retenus par l'association pour continuer l'aventure, le moins que l'on puisse dire, c'est que les autres formations n'ont pas démérité - la difficulté du choix illustrant certainement au mieux la réussite de l'association dans son action d'accompagnement des jeunes musiciens.

L'autre réussite tient certainement à l'éclectisme, valeur assumée et revendiquée de l'association, qui lui permet d'enchaîner, à cinq minutes de changement de plateau d'intervalle, le rock de Livestock au métal progressif de Dark Symphony ; le hip hop gouailleur de Double Tranchant à l'emo metal de Reservoir Dolls.

Et ça marche ! Dans le public, les codes vestimentaires se côtoient et se tutoient, les "tribus" se mélangent, chacun s'amuse à découvrir et ne pas détester la musique de l'autre. Chacun en ressort plus riche, tout simplement.

Le même principe d'ouverture culturelle prévaut d'ailleurs lorsqu'on en vient, après le rock nirvanesque des italiens de Bloody Honey (seul représentant cette année des partenariats européens, les deux autres groupes prévus ayant été contraints d'annuler), aux lauréats Class'Eurocks : de la chanson à texte, volontiers valsante ou polkaïforme avec Pense-Bête ; du Hip Hop survitaminé, humoristique et positif avec La Méthode ; le grand écart du rock, de la rage à la mélancolie, des cris à la douceur, entre Nitwits et Kami.

Entre l'enfance de l'art, dont ils sortent à peine, et la rigueur de leur professionalisme naissant, ces quatre formations vont livrer, chacune dans son registre, des prestations réjouissantes et prometteuses.

Nitwits, auteur de l'autoproduit Death to lo-fi, propose un rock biberonné au punk et au Sonic Youth, qui connait ses Pixies sur le bout des doigts et qui crie.

En cours de hold up sur une scène marseillaise qui n'attend qu'un signe pour ne plus se mettre que son nom à la bouche (pour le meilleur comme pour le pire, à en croire certains échos de fin de concert bagarreuse), le quatuor joue fort, vite et avec rage.

Avec une sacré urgence, même ; ce qui n'exclut d'ailleurs pas une certaine finesse dans la composition.

De Kami et son premier EP, Where we fall (autoproduit), j'ai déjà eu plusieurs fois l'occasion de dire tout le bien que je pense : un rock sensible, doux mais tendu, mélodique, dont les beautés ne font que masquer une certaine noirceur sous-jacente (une petite voix m'a même glissé que, l'air de rien, les quatre musiciens puisaient inspiration dans la discographie de Slint - ce que l'on ne saurait leur reprocher). La prestation de ce soir, unanimement saluée, est à la hauteur des promesses que le groupe ne manquera pas de tenir bientôt.

Pense-Bête, trio contrebasse - guitare(s) - accordéon - chant, auteur d'un très beau premier album autoproduit, La folie et le pain d'épices, présente sur scène un univers d'une très grande sensibilité, servi par des textes de grande qualité, très écrits sans être indigestes, adroits, volontiers tendres, calmement revendicatifs, ne cédant jamais à la facilité du cynisme.

Dans la ligne d'une chanson française passée par le rock pour mieux en revenir à sa valse, revenue de la saturation et de l'électrique, les trois musiciens brossent des tableaux simples mais colorés, posant sur la réalité un regard tout en poésie, en finesse et en humour léger.

La Méthode impose sur scène l'énergie incroyable de ses quatre MCs, le spectacle ahurissant de son light-show ultra-précis.

Lancée à deux mille kilomètres / heure, s'offrant encore le luxe de l'humour et de l'auto-dérision, la formation propose un hip hop vidé de toute agressivité, un hip hop de la performance, de l'acrobatie verbale et corporelle, tout en déséquilibre(s) - des corps et des phrases, qui trébuche et cabotine, pose, s'élance, rebondit sans cesse, un incroyable puzzle en trois dimensions, où les corps dansent et se répondent de la voix.

Pour être honnête, je ne suis pas un habitué de ce type de musique, pas un grand familier de ces univers. Mais il a fallut moins de cinq minutes à La Méthode pour me conquérir. Une expérience scénique à ne pas manquer.

Ce sont Eiffel puis No one is innocent qui viendront clore la première soirée de concert, Les Hurlements de Léo et Mass Hysteria qui refermeront définitivement la page de l'édition 2007 du festival Class'Eurocks. On soulignera, tout autant que la performance individuelle de chaque groupe, le non moins excellent esprit dans lequel ces quatre formations de renom ont joué le jeu de l'éclectisme, de l'ouverture et d'une certaine simplicité.

Sur scène, Eiffel confirme l'étonnante progession déjà donnée à entendre par son dernier opus, Tandoori. Exit la voix quelque peu crillarde d'Abricotine, Romain a gagné une profondeur rocailleuse, un timbre plus cassé qui renforce son écrasante présence scénique - non sans rappeler le Bertrand Cantat, cuvée 666.667 Club.

Textes engagés à l'écriture parfois acrobatique, rock tendu, nerveux, le groupe navigue dans sa propre discographie, qu'il n'hésite pas à revisiter, comme cet excellentissime "Hype" qui achève sa performance, émaillé de citations inspirées de Brel, Ferré et consorts, collant son "clitoris en forme de réussite" aux chiens qui ne sont pas contre le fait qu'on laisse venir à eux les chiennes et à ces gens-là qui ne vivent pas, dans un déluge sonore délicieusement interminable.

Redoublant, No one is innocent revient aux Class'Eurocks après avoir laissé une fameuse impression il y a quelques années. Si la formation s'est largement renouvelée autour de son chanteur, Kemar, la hargne et la contestation sont toujours là - "systématique", ajouteraient les détracteurs du groupe.

Pourtant, il y a une certaine candeur dans l'attitude du groupe, qui sourit beaucoup, manifestement ravi de se trouver sur scène, tout simplement - à l'image du chanteur, encore, qui n'hésite pas à descendre au milieu du public pour y chanter, dans un beau face à face.

On est loin, c'est certain, de l'attitude du poseur surfant sur la vague, commerciale, d'une colère de supermarchés de la musique. Sur scène, "Révolution.com", "La peau" et la reprise du "Personnal Jesus" de Depeche Mode fonctionnent toujours à merveille.

Les Hurlements d'Léo viennent porter sur scène leur joyeux bazar de huit musiciens sur scène : guitare(s), violoncelle, accordéon, batterie, contrebasse, trompette, trombone, saxophone, claviers, voix au pluriel...

Pour ce premier concert avec leur nouvelle violoncelliste / clavier, les globe-trotters de la nouvelle scène française laissent exploser sans complexe leur côté le plus rock, celui-là même qui domine leur dernier opus, Temps suspendu.

Echappant plus que jamais aux classifications faciles ("rock musette", "java punk" ?), les Hurlements de Léo s'engagent jusqu'au cou dans un univers de plus en plus personnel, tout en s'offrant un nouvelle collaboration musicale, La République du sauvage (avec l'Enfance Rouge, trio franco-italien d'un rock sombre et contestataire), dont l'une des compositions est jouée ce soir.

Mass Hysteria clot le festival avec son métal massif, impressionnant de puissance et d'énergie, portant sa "Furia" sur une scène ravie de se laisser prendre au piège de l'éponyme.

Pourtant, c'est une impression de générosité, de gentillesse, même, qui prédomine.

Exemplaire est à ce titre Mouss, le chanteur du groupe, au sens du spectacle exacerbé. N'hésitant pas à mettre à l'honneur tous ceux du public qui le souhaitent, il finit par dédier le concert à deux enfants d'une demi-douzaine d'année à peine, tranquillement installés au premier rang.

Une image pleine de sens - surtout si l'on se rappelle que le plus jeune musicien cette année, Sébastien, bassiste de Livestock, n'avait que treize ans - soit quatre de moins que les Class'rock... Une parfaite image de la culture, prise live.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Where we fall de Kami
La chronique de l'album Escape Lanes de Kami
La chronique de l'album Another Shore EP de Kami
Kami en concert à Balthazar (2 juin 2007)
L'interview de Kami (octobre 2010)
La chronique de l'album Les yeux fermés de Eiffel
La chronique de l'album Live aux Eurockéennes de Belfort 6 juillet 2003 de Eiffel
La chronique de l'album Ma part d'ombre de Eiffel
La chronique de l'album Tandoori de Eiffel
La chronique de l'album Le Temps des Cerises et Gagnants / Perdants de Eiffel - Noir Désir
La chronique de l'album A Tout Moment de Eiffel
Eiffel parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album Foule Monstre de Eiffel
La chronique de l'album Stupor Machine de Eiffel
Eiffel en concert à La Cigale (22 octobre 2003)
Eiffel en concert à La Maroquinerie (15 janvier 2007)
Eiffel en concert au Bataclan (4 avril 2007)
Eiffel en concert à l'Olympia (19 novembre 2007 )
Eiffel en concert au Fil (jeudi 29 octobre 2009)
Eiffel en concert au Bataclan (mercredi 18 novembre 2009)
Eiffel en concert à Flèche d'or (lundi 14 décembre2009)
Eiffel en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Eiffel en concert au Centre Culturel Paul Baillart (jeudi 6 mai 2010)
Eiffel en concert au Festival Le Chant de Foire #15 (2010)
Eiffel en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 6 août 2010)
Eiffel en concert au Zénith (vendredi 15 octobre 2010)
Eiffel en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)
L'interview de Eiffel (octobre 2003)
L'interview de Eiffel (8 décembre 2006)
L'interview de Eiffel (31 août 2009)
L'interview de Eiffel (vendredi 6 août 2010)
L'interview de Eiffel (mercredi 12 septembre 2012)
L'interview de Eiffel (mercredi 22 février 2019)
La chronique de l'album Gazoline de No One Is Innocent
La chronique de l'album Drugstore de No One Is Innocent
No One Is Innocent en concert au Festival Microcosm 5
No One Is Innocent en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2004
No One Is Innocent en concert au Festival La Clef des Chants 2005 (samedi)
No One Is Innocent en concert au Splendid (vendredi 1er avril 2011)
No One Is Innocent en concert au Festival Les Nuits Peplum d'Alesia #11 (édition 2011) - samedi
No One Is Innocent en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
L'interview de No one is innocent (16 avril 2007)
La chronique de l'album Ouest terne des Hurlements d'Léo
La chronique de l'album Temps suspendu des Hurlements d'Léo
La chronique de l'album 13 ans de caravaning des Hurlements d'Léo
La chronique de l'album Bordel de Luxe des Hurlements d'Léo
La chronique de l'album Luna de papel des Hurlements d'Léo
Les Hurlements d'Léo en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
L'interview des Hurlements d'Léo (27 juillet 2006)
Mass Hysteria en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Mass Hysteria en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2005
Mass Hysteria en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche
Mass Hysteria en concert à Download Festival
Mass Hysteria en concert à Mass Hysteria - Arch Enemy - Slayer - Limp Bizkit (du 5 au 15 août 2016)
Mass Hysteria en concert à Mass Hysteria - Arch Enemy - Slayer - Limp Bizkit (mercredi 10 août 2016)
Mass Hysteria en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - samedi 27 et dimanche 28 août
L'interview de Mass Hysteria (vendredi 1er mars 2019)

En savoir plus :

Le site officiel de Bloody Honey
Nitwits sur MySpace
Le site officiel de Kami
Le site officiel de Pense Bête
Le site officiel de La Méthode
Le site officiel d'Eiffel
Le site officiel de No One Is Innocent
Le site officiel des Hurlements d'Léo
Le site officiel de Mass Hysteria

Crédits photos : Cédric Chort (Plus d ephotos sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Eiffel (26 avril 2019)
Eiffel (12 septembre 2012)
Eiffel (7 août 2010)
Eiffel (31 aout 2009)


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=