Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pissed Jeans
Hope for men  (Sub Pop / PIAS)  juin 2007

L'Angleterre a eu ses Libertines, désormais les Etats Unis auront leurs Pissed Jeans.

Ces jeunes gens générateurs de nuisances sonores en tout genre sont en effet en passe de remettre au goût du jour le gros punk rock qui tâche (il suffit de voir le nom du groupe pour s'en convaincre) et qui fait éclater les tympans.

Batterie saccadée et répétitive, hurlements et guitares grinçantes, telle est la recette du groupe maintes fois approuvée et éprouvée par le passé.

Si, comme il se doit, la voix est amalgamée dans un déluge sonore et, en aucun cas, ne prend le dessus sur les instruments, il n'en demeure pas moins qu'elle devient néanmoins le fil rouge de l'album. Seul repère dans ce maelstrom sonore permettant de ne pas confondre les morceaux avec la bande son d'un film de série B traitant de l'apocalypse sur la planète Mars (au hasard).

A n'en pas douter, les Pissed jeans ont dû dégoter des vieux Birthday Party dans le grenier de leurs parents. On retrouve dans l'album cette même rage et cette tension dissimulées dans un mur du son. Et quand tombe le mur, sur "Scrapbooking", c'est pour laisser la voix de Matt Korvette se dévoiler et montrer ses tripes plus sûrement que si on lui avait ouvert le ventre avec un couteau.

Et lorsqu'il enchaîne sur "I ve still got you" et "Fantasy world", on se dit que l'on aurait eu bien tort de s'arrêter aux 2 premiers titres quasi insupportables de cet album.

Comme pour mieux passer inaperçu, l'album se termine comme il a commencé. Beaucoup de bruit qui, parfois, confine tout de même plus au métal dur à la Sepultura, comme sur "Caught licking leather" qui enlève un peu de la magie hypnotique de la rythmique répétitive et de la tension des titres précédents. Pourtant, ce n'est plus avec la même oreille que l'on écoute ces morceaux désormais, car nous sommes maintenant prévenus.

Ces écorchés vifs frappent fort, sans jeu de mots, et "My bed" qui ferme le disque le confirme. Longue complainte aux allures de comédie musicale déjantée dans laquelle le chanteur jette ses dernières forces et que n'aurait pas renié un Ian Curtis pour la débauche d'énergie ou Mick Patton pour avoir su aussi bien brouiller les pistes !

Pissed jeans ils font peur ! C'est ça qui est si bon...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album King Of Jeans de Pissed Jeans
La chronique de l'album Honeys de Pissed Jeans


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=