Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Roy Lichtenstein - Evolution
Pinacothèque de Paris  (Paris)  Du 15 juin au 23 septembre 2007

La Pinacothèque de Paris, managée par Marc Restellini qui a œuvré pour des expositions "clés en main" au Musée du Luxembourg, vient d’ouvrir ses portes place de la Madeleine.

Pour sa manifestation inaugurale, elle propose "Roy Lichtenstein - Evolution", une exposition organisée conjointement par la Fondation Roy Lichtenstein de New York et la Fondation Juan March de Madrid.

Sous le commissariat avisé de Jack Cowart, directeur éxecutif de la fondation précitée et dans une scénographie inspirée de Laurent Guinalard-Casati, cette exposition revêt un caractère exceptionnel.

En effet, elle présente, avec près d'une centaine d'oeuvres dont l a plupart jamais exposées en France, 30 ans de création pour découvrir le processus créatif d’un des mousquetaires du Pop art.

Escalier en colimaçon, salle circulaire, chevalet pivotant customisé par l'artiste, tout tourne autour de Roy Lichtenstein dans cette exposition didactique.

A côté d'une sélection éclairante de peintures et de sculptures, livres, coupures de presse, carnets de croquis, maquette, esquisses préliminaires sont réunis pour initier le visiteur à déchiffrer son processus créatif et à appréhender l'univers graphique singulier de l'artiste au delà des simples clichés qui peuplent l'inconscient collectif.

Un support iconographique unique


Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Roy Lichtenstein ne créait pas de manière instinctive en jetant des couleurs sur une toile ou de manière rudimentaire en procédant à de simples collages aléatoires à partir de découpages de vignettes de bandes dessinées.

 

L'aspect technique et plastique

Roy Lichtenstein procède à une recherche incessante en matière de supports, mélangeant les moyens, parfois aussi simples que le ruban adhésif, et détournant les procédés techniques.

A cet égard, "Ocean motion" réalisé avec du rhodoid est une merveille.

Le modelé est remplacé par des hachures, des traits, des points et des tramés qu’il emprunte à ce qu’il appelle "l’art commercial" et qui résulte des techniques d’impression et d’imprimerie pour concourir à la simplicité du trait.


Il va rendre visible et utiliser ce qui relève du macroscopique et cette technique trouvera son apogée avec le grossissement des images de bandes dessinées érigeant le point de trame en signe stylistique ("Seductive girl")

 


La réinterprétation de l'image

Comme tous les peintres, Roy Lichtenstein pratique l'étude.


Et il puise dans le thésaurus de l'art, de l'impressionnisme (les nymphéas de Monet dans "Water lilies") au cubisme, Picasso constitue sa référence majeure, en passant par la sculpture antique ("Laocoon") et contemporaine ("Endless drip") à la recherche d'images iconiques qu'il va retraiter de manière globale ou par insertion dans des tableaux puzzles ("Still life").


Dès 1962, il expose des toiles inspirées de la culture populaire américaine inspirées des bandes dessinées, aussi bien comics et romances, révélatrices de l'american way of life, qu'il épingle avec humour et dont il détourne le sens de la représentation ("Nude with bust").

Car derrière ces belles images, désormais emblématiques, il y a sans cesse une profonde interrogation sur le sens de l'art.

 

"Mon oeuvre est exactement là où elle est, sur la toile, et sûrement pas une fenêtre sur le monde." Roy Lichtenstein

En savoir plus :

Le site officiel de la Pinacothèque de Paris

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la Pinacothèque de Paris


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'articice culturel c'est sur Froggy que ca se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=