Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ben Harper
Diamond on the inside  janvier 2004

On peut sans doute dire de Ben Harper que c'est un artiste, qu'il a du talent, que c'est un bon musicien. On ne peut pas (plus) dire que c'est un génie qui va révolutionner le monde de la musique.

Après son surprenant et riche 1er album [qui valait en fait surtout par un son qui à l'époque se voulait gentiment rétro et qui maintenant est mis a toute les sauce et par une chanson polémique sur le passage a tabac de Rodney King par la police sous l'oeil de caméras de surveillance qui passaient par là (souvenez de la quasi perfection du cadrage ... n'y avait il d'ailleurs pas un zoom ?)].

Un artiste qui a marqué une époque révolue, par son attitude et le son de ses chansons. Depuis le petit Ben qui avait l'habitude de donner ses concerts assis du début à la fin une guitare sur les genoux a pris du poil de la bête et a bien tout compris, comment faire du chiffre d'abord, des concerts ensuite, des DVD pour finir afin de faire encore du fric sans ressortir tout de suite un album.

Bref ce n'est pas là le plus grave car vouloir gagner de l'argent n'est pas une tare. Là ou Ben Harper pêche c'est dans la perte de l'identité qui était sienne. Fini lde blues trainard et sensuel ici, mais une sorte de compilation que l'on pourrait intituler "Best of de la musique noire par Ben Harper".

Tout y passe à commencer par le reggae avec "With my two hands" , le blues rock vintage de Leny Kravitz sur "Touch from your lust", le blues de la Nouvelle Orleans dans "When It's good" (un peu plus proche de ses racines musicales), le funk de James Brown à Prince de "Run eyed blues" et "Bring the funk" (en fait on dirait plutôt notre Sinclair national), un peu de rock que seule la voix toujours intacte sort du lot même si les gimmick de guitares sont aussi pénibles qu'un Joe Satriani en duo avec Eric Clapton ("Temporary Remedy") et un "So High So Low" qui vous ferait presque croire à un duo Nirvana/ Red Hot Chili Pepper.

Quelques chansons nous rappellent le Ben harper d'avant comme "Amen Omen"ou "Blessed to be a witness" malgré sa tendance Calypso. D'ailleurs à propos de Amen, pas mal de textes tournent autour de Dieu et sa petite famille, Ben aurait donc définitivement trouvé la Voie ?

Que penser de tout ça au final ? que Ben Harper est à un tournant musical et qu'il se cherche ou bien que son manager a tout compris au business et que Ben ne récite que les meilleures recettes apprises par coeur ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album White lies for dark times de Ben Harper and Relentless 7
La chronique de l'album Get Up ! de Ben Harper & Charlie Musselwhite
La chronique de l'album No Mercy in this land de Ben Harper & Charlie Musselwhite
Ben Harper en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Ben Harper en concert au Festival des Vieilles Charrues 2008 (jeudi)
Ben Harper en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Vendredi 3
Ben Harper en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019)
Ben Harper en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Les Découvertes
Ben Harper en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Samedi 6 juillet


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=