Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Interpol
Our love to admire  (Capitol / EMI)  juillet 2007

Our Love To Admire signe le retour des fringants et impeccablement sapés new yorkais d’Interpol (vous avez déjà essayé d’imaginé le coquet guitariste, Daniel Kessler en jogging claquettes à la maison le dimanche avec bobone, impossible…).

Pour ce troisième album, Paul Banks et ses sbires se retrouvent sur une major et ce petit détail a son importance… Le choix du producteur, Rich Costley a également de quoi susciter de légitimes inquiétudes, car c’est le principal responsable de la récente guimauve des insupportables MUSE…

Sur Our Love To Admire, les dégâts sont moindres, mais il semble évident que ce troisième disque est celui de la transition. Rien à voir cependant avec les rumeurs de changements radicaux qui circulaient.

N’importe quel quidam qui possède Turn On The Bright Lights ou Antics reconnaîtra la patte du quartet New Yorkais : la guitare incisive de Daniel Kessler (non seulement il se fringue comme un dieu mais comme me faisait remarquer ma copine "il est plutôt pas mal"… Ouais, soit…), le chant spectral de Paul Banks, les parties de basses de Carlos D, qui arbore désormais une superbe moustache de footballeur polonais… Lui manque plus qu’une mullet…

La signature chez Capitol implique une ambition nouvelle et le son du groupe en souffre un peu sur ce troisième opus… Du coup on a l’impression que le groupe se retrouve les fesses entre deux chaises, tiraillé entre son post punk syncopé des deux précédents albums et les sirènes d’une pop lacrymale taillée pour les stades.

"Wrecking Ball" est assez représentatif de cette mutation : après une introduction sombre portée par la guitare de Kessler, le groupe se fourvoie, ramène piano, coeurs "Woooo wooooo", et solo à la The Edge… Car oui, Interpol semble en voie de U2isation avancée… Ce même morceau sur Turn On The Bright Lights aurait moins senti le savon et un peu plus la sueur…

D’aucuns diront qu’il s’agit de l’évolution naturelle du groupe, certes, mais sur certains morceaux, on s’ennuie ferme ("The Scale", "Pace is The Trick", "Rest My Chemistry")… Le single "The Heinrich Maneuver" ressuscite ce qu’Interpol fait de mieux : du Joy Division plus léger et plus pop, mais rien à voir avec les incendiaires PDA ou Slow Hands. En se concentrant davantage sur les arrangements et les ornements diverses, le groupe s’est moins reposé sur le formidable potentiel rythmique Carlos D / Samuel Fogarino

Beaucoup considéreront Our Love To Admire comme "le disque de La maturité", mais Interpol semble s’efforcer de faire comme leurs collègues The Editors ou Arcade Fire : de l’indé propre sur lui, taillé pour les stades et les festivals sponsorisés par Aol ou Lycos.

D’ailleurs, il y a de fortes chances pour que les cadres sup’ de ces boites viennent s’encanailler à l’espace Vip desdits festivals, en costard Armani, coupe de champ’ à la main et Blackberry bien en vue, draguant de la pétasse à coups de "Si tu veux demain j’ai des places pour Muse en tribune présidentielle au Parc Des Princes …".

Ils étaient bien meilleurs quand ils tentaient de synthétiser Joy Divison, Les Smiths ou Les Chameleons. A force de vouloir être trop gourmand (voir la pochette et le graphisme d’un goût plus que douteux…), Paul Banks et ses potes risquent fort de se spécialiser dans le graillon indigeste…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Black EP de Interpol
La chronique de l'album Antics de Interpol
La chronique de l'album eponyme de Interpol
La chronique de l'album The Maccabees - Cardiknox - Ben Howard - Mini Mansions - Stereophonics - Glass Animal - Inte de Festival Rock en Seine 2015 - Samedi 29 août
La chronique de l'album Marauder de Interpol
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (21 mars 2003)
Interpol en concert à The Electric Factory (7 novembre 2004)
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (19 novembre 2004)
Interpol en concert au Festival Summercase 2008 (vendredi)
Interpol en concert à L'Aéronef (mardi 21 septembre 2010)
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
Interpol en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
Interpol en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019)
Interpol en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #31 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet
Interpol en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Dimanche 7 juillet
L'interview de Interpol (septembre 2004)
L'interview de Interpol (mai 2007)

En savoir plus :

Le site officiel d'Interpol


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=