Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Animal Collective
La Maroquinerie  (Paris)  17 et 18 juillet 2007

Animal Collective ou l’art de prendre son monde à contre-pied.

Pour ces deux soirs à la Maroquinerie, on attendait des new-yorkais deux sets radicalement différents. Pourtant, au dernier titre près, la setlist s’est avérée rigoureusement identique. Le plus surprenant dans l’histoire fut presque ce switch opéré entre Gravenhurst et Sébastien Schuller le deuxième soir …

On attendait également des extraits de Strawberry Jam leur nouvel album à paraître en septembre. Au lieu de quoi les américains ont assené une ribambelle de nouvelles compositions dont la majorité ne figurera même pas sur ce nouvel opus. Et pourtant, dieu que ces deux show furent époustouflants. Dantesques parfois. Intenses aussi.

Pour cette tournée estivale, Animal Collective se présente sous la forme d’un trio : Avey Tare, Panda Bear et The Geologist. Sans Deakin donc. Encerclée par les amplis des retours, la scène se voit tapissée de câbles, de pédales d’effets, de toms, de samplers et de cymbales en tous genre. Et pas la moindre guitare à l’horizon. De quoi laisser augurer une prestation hors norme.

Au sein du collectif, les tâches semblent fort bien réparties. Lampe de spéléologue vissée sur la tête, le - bien nommé - Geologist se met en quatre derrière ses machines pour étoffer l’écrin de ses camarades. A Panda Bear la charge des percussions, de samplers additionnels et occasionnellement du chant , quasi pop et du meilleur effet. Au travers d’une kyrielle d’effets, les murmures ou les cris d’Avey Tare se voient transformés en incantations tribales rythmant la prestation, donnant littéralement corps aux morceaux.

Pléthore de nouveaux titres donc d’où n’émergeront que "Who Could Win A Rabbit ?" et "Loch Raven". Entrecoupés de longues séquences planantes avant un final ahurissant et totalement déjanté. Le matériel demeure certes majoritairement inédit, mais la marque de fabrique, entre percussions et chant prépondérants reste identique. En plus électronique toutefois. Animal Collective ou l’art de réconcilier les fans de pop psyché, d’électro et de folk au sein d’un inclassable laboratoire d’expérimentation.

Amusant enfin de constater entre les deux prestations à quel point la part d’improvisation semble réduite au minimum. Alors oui, ils n’ont pas joué "The Purple Bottle" ou encore "Grass" ? La belle affaire …

Le premier soir, les fans hardcore semblent goûter avec retenue aux délires du trio. Le lendemain, un public peut-être moins connaisseur se fera embarquer, réagissant au quart de seconde, se lançant dans des transes magnifiques à la moindre injonction des musiciens. Il faut cependant avouer que dans les deux cas, une frange des spectateurs restera disons … circonspecte devant le spectacle proposé.

Voir Animal Collective en concert relève de l’expérience primale, source de libération d’une énergie quasi bestiale. Laissant ressortir des instincts habituellement enfouis. Rappelant dans l’esprit les inénarrables congolais de Konono N°1. Seule véritable concession aux spectateurs : "Leaf House" en clôture du premier soir et l’épileptique "We Tigers" le lendemain.

Définitivement, Animal Collective s’affirme chaque jour davantage comme une formation complexe, radicale, sans cesse en mouvement. Préférant voir ses fans s’attacher à une démarche plutôt qu’à des chansons. Avis aux amateurs, on murmure déjà qu’ils reviendraient à l’automne …

Histoire de défendre Strawberry Jam ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Feels de Animal Collective
La chronique de l'album Strawberry jam de Animal Collective
Animal Collective parmi une sélection de singles (mai 2008)
La chronique de l'album Merriweather post pavilion de Animal Collective
La chronique de l'album Summertime Clothes de Animal Collective
La chronique de l'album Painting With de Animal Collective
Animal Collective en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (samedi)
Animal Collective en concert à Dix nuits avec (septembre 2009)
Animal Collective en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
Animal Collective en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - vendredi 2 novembre
L'interview de Animal Collective (septembre 2005)
L'interview de Animal Collective (21 juillet 2007)

En savoir plus :

Animal Collective sur MySpace


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=