Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Animal Collective
Interview  (Paris)  21 juillet 2007

Rendez-vous est pris avec les quatre musiciens d'Animal Collective, dans les locaux de leur nouvelle maison de disques. Le collectif a récemment signé chez Domino Records, distribué sous nos latitudes, par Pias.

Ces amis de longue date, ont atterri à New York il y a quelques années et sont les auteurs de huit albums depuis 2000. Le dernier, Strawberry Jam est prévu pour la rentrée 2007.

Après une série de dates européennes qui se sont bien déroulées, spécialement les concerts parisiens aux dires de Panda Bear, ils se restaurent, camembert et chips au menu.

Ces géniaux bricoleurs, réinventent le son de leurs instruments, le passe à la moulinette, le torde, et en prime le détourne de sa fonction première. "Nous n'avons rien contre les instruments tels qu'ils sonnent, c'est juste qu'on à envie de les retravailler et de les utiliser différemment. Pour étonner les gens ".

En tournée, ils n'utilisent déjà presque plus de guitares jouées live "Elles ont été enregistrées, puis samplées pour nous permettre de faire autre chose sur scène." Sur scène, ils alternent entre leur répertoire et le projet à venir: "Nous testons nos réactions en jouant des morceaux de l'album sur lequel nous allons travailler, on à une sorte de relation avec les titres qui évolue avec le temps." déclare The Geologist.

De fait, sur la tournée d'été, dont plusieurs dates passent par la France, le public pourra entendre les chansons du successeur de Strawberry Jam, dont les titres sont joués sur scène depuis 2006. L’album était construit longtemps avant d’être gravé sur support. "Cela faisait déjà un bon moment que nous jouions les chansons de Strawberry Jam. Au moment de les enregistrer, tout était déjà en place." Un mois au Wave Labs Studios (Tucson) aura suffit.

L’enregistrement s’est voulu studieux et rapide. "Nous étions au milieu de nulle part, cela aide à se concentrer." Le résultat laisse une impression d’urgence, celle d'en finir avec un cycle pour passer à autre chose. "On travaille déjà sur le successeur. Il sonnera différemment, pour Strawberry Jam, nous avons en quelque sorte, mis les choses à plat. Déjà, le fait que nous n'utilisions plus de guitares live, changera beaucoup de choses. Nous sommes au début du processus, les choses peuvent encore évoluer" nous dira Panda Bear (Noah Lennox).

Difficile pour eux de définir leur style musical, ou une tonalité "Tout à l'heure on a répondu que nous faisions de la Soul cosmique" (rires) Toujours est-il que certains morceaux de Strawberry Jam, fonctionnent tout de même avec une structure plutôt rock, mais passé au filtre de samplers et autres machines.

"Nous avons des influences très variées, on ne s'arrête pas sur des styles précis" L'écoute du disque laisse une impression d'univers maîtrisé. L'ambiance est plus proche de Here Comes the Indian que les toutes dernières productions. Néanmoins, l’évolution est indéniable, forte des différents projets des protagonistes.

Une fuite a permis à quelques internautes d’entendre des titres du futur disque. Ce qui laisse un goût amer à Avey Tare (David Potner) "Les gens n'écoutent qu'une partie du travail, il faut écouter l'album dans son ensemble". Il est vrai que l'écouter dans ces conditions : la fuite était un goutte à goutte, des fichiers (mal) compressés. "Il manque l'artwork et tout le travail autour. On ne fait pas tout, mais on s'investit et participe beaucoup à la réalisation du projet, on ne fait pas seulement la musique. Moi qui suis fan de disque, même lorsque j’ai un album en avance, je suis tellement excité d'aller l'acheter quand il sort. Je pense qu'il y aura des gens qui, même si ils avaient eu les morceaux sur internet, l’achèteront. De toute façon, on en aurait jamais vendu des millions" (rires)

Cette façon de concevoir le disque comme un travail dans son ensemble, va, tant qu’ils le peuvent, jusqu'au bout. Les new yorkais ont imposé aux sites de vente en ligne qui le permettent, de n’autoriser que le téléchargement de l’album entier. "C’est le seul moyen de lui donner une chance." renchérit David.

Mi août, Peacebone donnera un avant goût de la qualité et de l’inventivité de Strawberry Jam. Pour le reste il vous faudra être patients. Les Animal Collective reviendront pour une série de concerts à l’automne.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Feels de Animal Collective
La chronique de l'album Strawberry jam de Animal Collective
Animal Collective parmi une sélection de singles (mai 2008)
La chronique de l'album Merriweather post pavilion de Animal Collective
La chronique de l'album Summertime Clothes de Animal Collective
La chronique de l'album Painting With de Animal Collective
Animal Collective en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (samedi)
Animal Collective en concert à La Maroquinerie (17 et 18 juillet 2007)
Animal Collective en concert à Dix nuits avec (septembre 2009)
Animal Collective en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
Animal Collective en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - vendredi 2 novembre
L'interview de Animal Collective (septembre 2005)

En savoir plus :

Animal Collective sur MySpace

Crédits photos : Maya (Plus de photos sur Taste of Indie)


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=