Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
Scratch Massive - Wax Tailor - Black Strobe  (Paris)  27 juillet 2007

Les étés se suivent et ne se ressemblent pas toujours. Entre pluie incessante et canicule, il n'y a pas toujours de juste milieu et cette année, il est dit que la région parisienne est plus tendance ciel gris que teint halé.

Côté Festival Indétentances, c'est un peu pareil, tantôt grisouille et tantôt plein soleil. Ce vendredi là, c'était comme le temps, nuageux et incertain. Comme le dit le programmateur de ce toujours agréable festival en plein air et gratuit en plein centre de Paris, il en faut pour tout le monde …

Cette fois-ci, le monde à l'honneur était celui de l'électro tendance à la française en la personne de 3 groupes, déjà bien en place sur la scène parisienne et nationale et même un peu au-delà des frontières : Scratch Massive, Wax Tailor et Black Strobe.

A électro, électro et demie cependant et de Scratch Massive à Black Strobe, il y a autant de différences qu'entre Yvette Horner et Yann Tiersen.

Difficile, en effet, de mettre dans le même panier 2 Djs (dont une Djette) peu inspirés qui semble s'ennuyer ferme sur scène et les rockers à moustache de Black Strobe, toutes guitares dehors. Le combat n'est pas des plus équilibrés dès le départ.

Bref, Scratch Massive ouvre donc le bal (et je pèse mes mots) à 18h, devant un parterre déjà bien rempli, surtout pour un vendredi soir sous un ciel menaçant !

Scratch Massive, c'est donc un duo derrière (très derrière au moins qu'il est difficile parfois d'apercevoir un bout de nez) des platines et autres outils électroniques et qui balance des mixes électro à tendance transe.

Ces éternels espoirs de la scène électro française semblent tout de même un peu blasés et le clown sur le t-shirt du DJ contraste avec le manque d'entrain et le côté un peu trop martial de la prestation.

Sachez tout de même, pour les fans (et à voir les bras s'agiter et les jambes remuer dans le public, il y en a), qu'ils seront à la Cigale à la rentrée (en espérant une meilleure présence scénique à ce moment là).

Après ce tour de chauffe, certes peu enthousiasmant, mais pendant lequel le quai et les trottoirs le surplombant se sont remplis d'une foule dense et disposée à danser, ce sont les Wax Tailor qui arrivent sur scène.

 

Wax Tailor, ce n'est déjà plus vraiment de l'électro. C'est un mélange de hip hop, de trip hop avec tout ce que cela comporte comme ingrédients de base (jazz, electro, pop, rap …).

D'abord c'est un DJ plus sobre, presque trop parfois, qui laisse la part belle aux instruments traditionnels tels que le violoncelle ou la flûte traversière (essayez de faire du hip hop à la flûte, vous …) ainsi que, occasionnellement, à une belle voix que l'on aurait souhaité plus présente.

Hors du contexte un peu fête foraine en plein jour du festival, la musique de Wax Tailor a de quoi fasciner, tout autant que les beaux yeux de la flûtiste. Parfois assez proche de Portishead, la musique de Wax Tailor semble pourtant un peu répétitive d'un morceau à l'autre.

Pourtant, cet effet est largement estompé sur les albums. On mettra donc ce souci sur le compte d'un concert en plein jour.

Quoi qu'il en soit le mélange audacieux de rythmes et de sons électro avec des instruments classiques, même si ce n'est pas nouveau, est ici fort bien géré et si, contrairement à ce que disait le maître de cérémonie de ce festival, ce n'est pas forcément la musique qui vous fera tenir toute la nuit avec une fille, c'est tout de même une musique bien sympathique pour flirter, et c'est bien rare dans l'électro.

Avec Black Strobe, qui terminera cette 3ème soirée du festival, le stade du flirt est largement dépassé.

On part plutôt avec la bande à Arnaud Rebotoni pour une longue nuit de sexe façon "je t'aime moi non plus" !

Les 4 méchants garçons aussitôt sur scène tournent le dos au public et entament leur set… changement d'ambiance radical avec le rock électro rentre dedans de Rebotoni.

C'est noir, ça va à 200 à l'heure et les guitares livrent bataille contre les séquenceurs. Les yeux fermés on pourrait croire à du Young Gods. La nuit arrive, c'est un signe. Tout en noir et cheveux gominés, Arnaud Rebotoni et ses moustaches de hell's angel harangue le public d'un air méchant.

Le public n'attend que cela pour s'agiter sur les coups de boutoir des Black Strobe. La frontière longtemps infranchissable entre rock et électro éclate en mille morceaux.

Dans ses Dr Martens, Rebotoni, un des piliers de la French Touch de l'époque, fait voler en éclat les théories et réconcilie les publics.

 

La messe est dite. Amen. Vous pouvez vous repeigner !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album In the mood for life de Wax Tailor
La chronique de l'album Dusty rainbow from the dark de Wax Tailor
Wax Tailor en concert au Festival Europavox 2006
Wax Tailor en concert au Fil (jeudi 11 mars 2010)
Wax Tailor en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Wax Tailor en concert à L'Aéronef (mercredi 14 novembre 2012)
Wax Tailor en concert à la Salle du Canton (samedi 16 mars 2013)
Wax Tailor en concert au Fil (vendredi 12 avril 2013)
Wax Tailor en concert au Festival Jardin du Michel #9 (édition 2013) - vendredi et samedi
L'interview de Wax Tailor (mercredi 29 octobre 2014)
La chronique de l'album Burn your own church de Black Strobe
La chronique de l'album Going Back Home EP de Black Strobe
La chronique de l'album Godforsaken Roads de Black Strobe
La conférence de presse de Black Strobe (juillet 2003)

En savoir plus :

Scratch Massive sur MySpace
Le site officiel de Wax Tailor
Le site officiel de Black Strobe

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=