Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Robert Gomez
Conférence de presse  (Route du Rock 2007)  16 août 2007

Robert Gomez… Un nom commun pour une musique particulière.

De celles qui vibrent dans l’air sans artifice ni fanfare. Nouvelle signature de - l’excellent - label Bella Union, Gomez remet la pop simple à l’honneur avec arpèges en filature.

A suivre !

Votre live donné au Palais hier a été l’occasion de découvrir des mélodies 60’ assez pop, très proches de celle d’Arthur Lee et Love, est-ce une influence ?

Robert Gomez : La musique des années 60 m’a clairement influencé, mais ce sont surtout mes musiciens qui sont fans ! I love Love (sic), mais j’ai découvert ce groupe après l’enregistrement, comme quoi…

Quelle est l’histoire du groupe, plus précisément ?

Robert Gomez : Je jouais déjà de la musique enfant, dès 6 ans, puis cela a continué tout au long de mes études, notamment dans des groupes de jazz. Le processus de songwriting est donc venu naturellement. Mais je n’ai pas eu de terribles traumatismes, d’évènements incroyables qui m’ont poussé à la composition. Je prends les choses comme elles viennent, j’écris au jour le jour.

Quelle a été ta première émotion musicale ?

Robert Gomez : Assez dur comme question… Si je devais retrouver la première mélodie marquante, je crois que c’était un Steely Dan !

Vous vivez à Denton, au Texas. Est-ce votre ville d’origine ?

Robert Gomez : Oui tout à fait. Je suis né et j’ai grandi là-bas. Pour l’anecdote, Denton est considéré comme la deuxième ville la plus inculte des Etats-Unis !

Pour continuer sur Denton, il semble qu’il y ait un lien fort entre cette ville et le label Bella Union, qui a déjà signé un autre groupe local, Lift to experience, ainsi que Midlake et d’autres groupes.. Y-a-t-il une connexion spéciale là-bas ?

Robert Gomez : On ne peut pas parler d’identité musicale, plus de connexions. On peut plus parler d’une communauté. Simon Raymonde (patron du label) a d’abord signé Lift to experience, qui a lui-même amené Midlake, qui m’a lui-même introduit chez Bella.. Question de coincidence !

Votre première expérience du live ?

Robert Gomez : Je me rappelle de ça.. J’avais 6 ans, j’apprenais la guitare sur River River Belly avec ma professeur de piano, et j’ai dut jouer cette chanson devant un parterre de gens en me disant que plus jamais je ne referai de live. J’étais pétrifié ! Et puis finalement…

Selon vous cela a-t-il encore un sens de signer un disque sur un label en 2007 ?

Robert Gomez : Plus que jamais. Le grand changement vient du format, qui a lui-même toujours évolué, on est passé du vinyle à la cassette, puis le CD, maintenant le MP3. Après je me fiche du format, tant que les albums ont un sens…

Combien de temps vous faut-il pour savoir si une chanson est finie, si elle vaut la peine d’être placée sur un album ? Faites vous écouter vos compositions à votre entourage, vos musiciens ?

Robert Gomez : Je suis producteur de mon album, ce qui me permet d’avoir un quasi-contrôle total sur mes enregistrements. Et je suis suffisamment exigeant avec moi-même pour savoir si un titre est à la hauteur. Je préfère endosser la totale responsabilité des compositions du début à la fin, c’est en général plus clair au final. J’ai des musiciens fantastiques cela dit, qui m’aident énormément. Pour ma part j’assure toutes les parties de guitares, quelques lignes simples sur les claviers. Et à Denton nous avons un nombre incroyable de musiciens talentueux, d’où des parties de violons, de vibraphone et d’autres instruments sur l’album.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Brand new towns de Robert Gomez
Robert Gomez en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)

En savoir plus :

Le site officiel de Robert Gomez

Crédits photos : Fred (Plus de photos sur Taste of Indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=