Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Elvis Perkins
Conférence de presse  (Route du Rock 2007)  16 août 2007

Sortie de set flamboyante pour Elvis Perkins qui réussit à réanimer l’esprit folk des sixties, celui où le folk rivalisait avec le rock sans aucun complexe.

Quarante ans plus tard, que reste-t-il de nos amours semblent dire les chansons d’Elvis. Beaucoup d’émotions répondent en cœur les spectateurs.

Rencontre avec un artiste attachant et empli de joie de vivre. On peut être folk et heureux, eh oui.

Comment a débuté ton histoire avec la musique ?

Elvis Perkins : J’ai débuté vers 12 ans, avec un ami qui jouait de la guitare électrique sur un vieux titre. Egalement un premier disque, Living colour (Un groupe de hard des 80’). Si on parle de première émotion, il me semble que c’est la peur (Rires) ! J’ai pris mes premières leçons avec un professeur qui venait d’avoir une attaque cardiaque et qui ne cessait pas de trembler… J’étais terrifié ! La musique a toujours été un moyen pour moi de mieux communiquer, je suis meilleur dans la musique que dans les interviews (Rires) ! Je suis assez introverti..

Le concert de ce soir nous a incroyablement fait penser au groupe The Band, avec Bob Dylan. C’est un hasard, une influence ?

Elvis Perkins : Nous aimons sa musique bien évidemment. Il y a pire comme comparaison ! Nous avons juste joué la musique que nous aimions.

Le titre de l’album, Ash Wednesday, est-il une référence religieuse ?

Elvis Perkins : A votre avis ? Oui bien sur ! Cela est en rapport avec les églises, dans lesquelles j’ai grandi. C’est une association d’idées disons.

Beaucoup de monde parle des origines familiales d’Elvis, son père, sa mère. Mais si tu devais te trouver un pair musical, quel serait-il ?

Elvis Perkins : Un seul ce sera dur ! Leonard Cohen, Dylan, Paul Simon, Cat Stevens… Toute cette scène. Mais disons que je n’ai que 30 ans, j’ai donc grandi avec MTV allumé, avec Duran Duran, Flock of Seagulls, Poison, Pearl Jam, etc… J’étais fasciné par tout ces gens pendant mon adolescence, je ne suis tombé dans le folk que vers 23-24 ans, avec la découverte d’artistes comme Nick Drake.

Les musiciens qui vous accompagnent semblent dédiés à votre cause. Comment réussissez-vous à transcendez le coté émotif de votre musique pour en faire quelque chose de "joyeux et festif" ?

Elvis Perkins : Je n’ai pas vraiment de réponses, je serai un sacré analyste sinon ! Disons que j’ai un trop plein d’émotivité et de timidité, et dès que j’entre sur scène c’est une explosion, un besoin d’extérioriser tout cela. Quant à mes musiciens, cela n’a pas été difficile de les recruter ; mon ami qui joue de l’harmonium et du trombone est le fils d’un ami de ma mère, je le connais depuis l’enfance. Nous nous connaissons tous depuis des années, c’est un alchimie innée.

Ash Wednesday est un condensé d’émotions fortes, d’événements dramatiques dans votre histoire personnelle, vous avez 30 ans… Pourquoi ne pas avoir commencé plus tôt ?

Elvis Perkins : Et pourquoi ne pas avoir commencé plus tard (Rires)? Je n’en sais rien, vraiment…. Je suis déjà en train d’enregistrer le deuxième album, cela fait six mois que je ne fais rien, juste dormir (Rires). Okay ce premier album est un condensé de vie, du prochain dépendront les problèmes que je rencontrerais, les histoires que je vivrais… Je ne me vois pas écrire sur la météo, la communication avec les animaux ou les politiciens ! (Rires)

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ash wednesday de Elvis Perkins
La chronique de l'album Elvis Perkins In Dearland de Elvis Perkins
Elvis Perkins en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Elvis Perkins en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
Elvis Perkins en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Elvis Perkins en concert au Grand Mix (samedi 26 septembre 2009)
Elvis Perkins en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition)
Elvis Perkins en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition) - 2ème
L'interview de Elvis Perkins (mai 2007)
L'interview de Elvis Perkins (27 mars 2009)

En savoir plus :

Le site officiel d'Elvis Perkins

Crédits photos : Fred (Plus de photos sur Taste of Indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=