Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fujiya & Miyaji
Conférence de presse  (Route du Rock 2007)  16 août 2007

Sorti d’un concert de fin d’après-midi pas forcément adapté à leur musique, le groupe de Brighton se penche quelques minutes sur la genèse de cet album acclamé un peu partout, des dancefloors aux salons luxueux. Rencontre.


La première chanson de l’album Ankle Injuries, fait la part belle aux batteries, on a presque l’impression qu’elles dansent en chantant…

David Best : C’est une vieille chanson, écrite voilà 4/5 ans. Nous étions d’abord parti d’une ligne de clavier, puis les mots se sont posés dessus.. Disons que c’est une mesure très répétitive, inspirée d’une batterie de Neu !, le groupe allemand. Et la sauce a pris ! Steve (batterie, production) est très doué pour cela.

Matt Hainsby: Les mélodies me rappellent celles de Robert Wyatt, quelque chose de très simple.

David Best : Nous n’aimons pas les choses trop compliquées musicalement parlant. Pas trop du genre Aphex Twin avec plein de notes à la seconde (rires) ce n’est pas nous…

Justement, votre formule live, un trio avec des machines et des boucles, est assez épuré, simple, centré sur les chansons. Vous semblez assez statiques alors que la musique est extraordinairement prenante. Paradoxal !

David Best : Lorsque nous avons débuté voilà 8 ans, la musique que nous écoutions était déjà très simple. Nous avons alors décidé que c’était les chansons les chansons qui devaient être mises sur le devant de la scène, nous n’aimons pas nous montrer.. encore moins les solos outranciers avec platform boots (Rires) !

Un nombre croissant de médias placent Fujiya & Miyagi dans le retour du krautrock, à cause de votre sens du rythme et des batteries hypnotiques à la Can.. Au final, lorsqu’on entend Collarbone, on pourrait presque se dire que vous faites plutôt du Kraut-pop non ?!

David Best : Parfaitement d’accord avec toi. Tu sais que les médias aiment catégoriser les groupes dans des cases.. Certaines de nos chansons sonnent folks au départ, mais avec notre filtre cela devient très différent ! Je veux dire, j’adore Robert Wyatt et Serge Gainsbourg, Can aussi bien sûr... Mais les productions de Timbaland me fascinent également. Tu vois on pourrait très bien dire que nous faisons du R&B finalement…

Votre façon de chanter reste tout de même assez unique. Ce n’est pas du chanter, ce n’est pas parler, à la limite du talkover Gainsbourien.. Vous aimez susurrer les mots plus que les chanter ?!

David Best : C’est d’abord parti de mes capacités vocales limitées (Rires) ! Lorsque nous avons commencé à jouer ensemble, j’ai naturellement commencé à chuchoter les paroles que j’avais écrites, et nous nous sommes rendus compte que cela collait bien aux rythmes intensifs et métronomiques. Les chanteurs que j’aime n’ont pas forcément des voix exceptionnelles : Johnny Rotten, Mark E. Smith de The Fall, David Byrne. Mais j’adorerais chanter comme Prince !

Je sais que vous êtes assez proches de notre équivalent français, Steeple Remove (Excellent groupe shoegaze de Rouen, NDLR), Des collaborations sont-elles prévues, des guests ?

David Best : Ce n’est pas encore prévu, mais effectivement nous adorons leur musique, j’aimerai bien rejouer avec eux sur nos prochaines dates. Je peux parfaitement déceler dans leur musique les éléments que moi-même j’affectionne. Un peu de Suicide, Ride, My bloody Valentine. Nous aimons beaucoup également le groupe Stereolab.

 

En savoir plus :

Le site officiel de Fujiya & Miyagi

Crédits photos : Fred (Plus de photos sur Taste of Indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=