Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Justice
Conférence de presse  (Route du Rock 2007)  15 août 2007

"Séparé par la haine, réuni pour la vengeance". Le duo parisien n’en finit plus de faire parler de lui, écœure les uns, passionne les autres.

(prononcez Cross en anglais) a déjà dépassé ses créateurs, et l’objet devenu produit marketing mondial, mais Gaspard Augé et Xavier de Rosnay semblent encore garder la tête froide avant leur programmation en tête d’affiche de cette première journée.

La route du Rock est traditionnellement considéré comme un festival de rock indé’, votre présence ici en tant qu’artiste électro vous donne-t-elle une pression supplémentaire ?

Xavier de Rosnay : Disons qu’on n’arrive rarement super confiants sur un concert, nous avons un peu moins la pression qu’à Astropolis la semaine dernière, mais quand même…On ne sait jamais à quel public nous allons avoir affaire. Mais depuis le début nous avons plus un public pop, rock et indé, alors qu’il me semble que nous agaçons le public électro.. La pression était donc plus sur Astropolis qui est un gros festival électro.

Pour revenir sur le rock, vous vous dites pas mal influencés par le métal, que cela soit dans la production ou même dans vos tenues. Comment cette passion se traduit-elle dans la musique de Justice ?

Gaspard Augé : Le métal fait parti de ce que les jeunes des 90’ écoutaient, Metallica, tout ces groupes, avec pas mal de distorsion..

Xavier de Rosnay : Et en même temps le métal véhicule quelque chose de très baroque, très dramatique. Je pense que le métal c’est technique brutale, baroque et dramatique. Je pense que nous avons des morceaux comme ça.

Ce premier album laisse apparaître de nombreux points communs avec les prods’ de Daft Punk, des effets bitcrushing, de la surcompression…. Ca vous lasse les comparaisons avec Daft?

Xavier de Rosnay : La compression déjà c’est l’effet de base dans la musique électronique. Pareil pour la surcompression ! Alors l’écriture "Daftpunkienne" je ne vois pas le rapport.. Tu prends un morceau comme "Stress" ce n’est pas du Daft. Comme ce sont des enregistrements studios, rien n’est forcément accidentel puisque même tous les accidents audibles relèvent d’une décision de les conserver. Il ne peut pas y avoir d’erreur accidentelle. La plupart du temps lorsque je demande aux journalistes pourquoi il nous compare à Daft Punk, ils sont incapables d’argumenter. Nous ne renions pas la filiation, mais nous n’avons pas une écriture daftpunkienne.

On a put lire dans la presse que vous travaillez énormément avec le logiciel GarageBand d’Apple, qui est majoritairement utilisé par des groupes de rock. Ce logiciel vous aide-t-il à sonner rock, est-cela la clef de la réussite ?

Xavier de Rosnay : Oui on l’utilise beaucoup… Mais je n’ai pas l’impression que ce logiciel soit "rock", en dehors du fait que l’icône soit une guitare… Je ne crois pas qu’il y ait un logiciel rock ou techno. Tu peux faire des pop-songs avec Cubase.. Non désolé ça ne vient pas de là !

Vous tournez énormément en ce moment, aux USA, au Canada, etc… Adaptez vous votre set aux différents pays où vous jouez ?

Xavier de Rosnay : Non pas vraiment. Nous adaptons plus notre set au public devant lequel nous jouons. Il nous arrive de donner des sets dans des soirées électro pointues où nous allons balancer des morceaux de rap ou de variet’ françaises. Et au contraire dans les soirées guindées nous allons lancer des sets plus violents… L’adaptation est là. Après nous trouvons les publics relativement similaires d’un pays à l’autre. Ce qui est plutôt un bon signe, les gens sont prêts à accepter la musique telle qu’elle est. Les adaptations ne sont pas tant des concessions que des changements de style en fonction des moments.

Quel est le processus de création de vos morceaux ?

Xavier de Rosnay : De manière assez scolaire finalement, toutes les compositions sont basiquement très simples, composées en piano-voix, d’ou une force pop du fait des mélodies simples. Nous essayons de jouer sur des ficelles super simples, être heureux, triste, danser et faire la fête, les jolies voitures et la brillantine…..Au final la seule chose électronique dans Justice c’est le processus de production, le fond musical est pop et rock. Nous ne vivons pas dans un dilemme interne où nous nous demandons si nous "sonnons" rock ou électro.

Jusqu’à présent nous avons eu la chance de savoir que chaque morceau crée était destiné à être sorti et diffusé. La première fois nous avons eu trois semaines pour sortir le morceau. Au départ nous étions graphistes tout de même, et les rencontres nous ont mené là, mais je sais que si demain tout s’arrête, que les compositions ne sont plus là, nous sommes prêts à faire autre chose en rentrant à Paris.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Justice parmi une sélection de singles (décembre 2007)
Justice parmi une sélection de singles (mai 2008)
Justice en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Justice en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Justice en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
Justice en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Justice en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Justice en concert au Festival International Benicàssim 2008
Justice en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Justice en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Justice en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012
Justice en concert à Main Square Festival 2012 - Vendredi
Justice en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi
Justice en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche
Justice en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche
L'interview de Justice (octobre 2007)

En savoir plus :

Justice sur MySpace

Crédits photos : Fred (Plus de photos sur Taste of Indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=