Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yael Naim
Yael Naim  (Tôt ou Tard)  octobre 2007

Un album qui ne devrait pas demeurer dans le fond des bacs en cette rentrée musicale, celui de Yael Naim. Cette jeune artiste, née à Paris, grandie en Israël, aujourd’hui presque trentenaire, avoue pourtant "avoir failli abandonner [son] rêve en cours de route".

Malgré une pureté de voix indéniable, en dépit d’une plume toute aussi sûre, l’artiste s’est pourtant longtemps tourmentée, à la recherche infructueuse de la musique qui enroberait parfaitement ces dons qu’elle recelait en elle.

Désillusionnée par la fraîcheur de l’accueil réservé à son premier album en 2001, In a man’s womb, il lui aura fallu quelques années pour retrouver la confiance en elle nécessaire à un investissement corps et âme dans un nouveau projet. Le temps de se retrouver dans quelques comédies musicales ("Les dix commandements", "Gladiateur"), et fort heureusement pour nous, elle retourne à ses propres compositions grâce à sa bonne étoile qui s’incarne sous la forme d’une rencontre avec David Donatien. Ce musicien à tout faire, véritable génie des instruments, va devenir son arrangeur, réalisateur, sa moitié dans l’aboutissement et la mise en lumière de ce second opus.

Un album qui adoucit les mœurs, réchauffe les coeurs. Un album qui donne envie de se caler bien à l’abri dans la tièdeur d’une couette ou au coin d’une cheminée. Pas de méprise, le disque de Yael Naïm n’a en rien les vertus soporifiques d’un Lexomil. Non, il est juste délicat, doux, beau (et quand on sait que son nom, Naïm, en hébreu signifie "agréable", on se dit que la demoiselle était sûrement prédestinée). Des adjectifs simples qui collent tout à fait à l’univers qu’ont désiré créer les deux complices au fil des treize ballades qui s’égrènent avec une grâce éthérée pendant un peu plus d’une heure.

Si David et Yael avaient à la base envisagé d’en livrer une version totalement acoustique, guitare et voix uniquement, ils ont finalement revu leurs choix en intégrant ici et là des cuivres, un violoncelle et même quelques programmations. Ceci n’empêche pas de conserver la trame sonore minimaliste qui souligne encore mieux le timbre exceptionnel de Yael.

Cette voix si limpide, on serait certes parfois tenté de l’apparenter à celle d’une Fiona Apple ou d’une Feist. Yael possède sans doute un organe aux facultés proches de celles de ses consoeurs, mais, étrangement, l’oreille parvient néanmoins la plupart du temps à ressentir une réelle impression de nouveauté, l‘orchestration subtile prenant là tout son sens.

Ce sentiment d’inédit est aussi indéniablement lié aux compositions. Les textes, où se fondent ici et là quelques mots de français, sont chantés en anglais, mais aussi et surtout en hébreu ce qui achève (ou commence) de donner à ce disque toute sa personnalité. Pas d’anachronisme dérangeant dans ce choix qu’elle aura pourtant mis longtemps à assumer, Yael parvient à donner à sa langue maternelle une vraie musicalité qui s’accorde parfaitement avec la contemporanéité de sa pop folk aux accents jazzy.

Si c’est un morceau en anglais, "New soul", qui tourne depuis quelques temps sur les onde et fait déjà presque figure de tube, on ne doute pas que d’autres puissent prendre sa suite. Car tous, ou presque, mériteraient une écoute recueillie : s’ils sont le plus souvent à dominante mélancolique et intimiste ("Shelsha", "Paris", "Lonely"), certains titres sonnent avec plus de fantaisie et d’optimisme ("Endless song of hapiness", "Paris").

On peut même s’étonner du culot de la chanteuse lorsque l’on reconnaît, piste 11, un certain "Toxic" de Britney Spears. La reprise, un exercice périlleux s’il en est, que Yael réussit parfaitement pour nous en livrer une version presque acoustique sur laquelle sa voix se pose avec une sensualité à fleur de peau (de là à alléguer qu’elle surpasse l’originale, il n’y a qu’un pas …).

Yael Naim, on ne pouvait sans doute pas rêver cocon plus douillet pour préparer l’hivernation.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album She Was A Boy de Yaël Naïm & David Donatien
Yael Naim en concert à La Boule Noire (décembre 2007)
Yael Naim en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Yael Naim en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Yael Naim en concert au Fil (samedi 12 mars 2011)
Yael Naim en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - lundi 27 avril
Yael Naim en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - jeudi 21 juillet
Yael Naim en concert à Nancy Jazz Festival (samedi 15 octobre 2016)

En savoir plus :

Le site officiel de Yael Naim
Le Soundcloud de Yael Naim
Le Facebook de Yael Naim


SLB         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=