Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yael Naim
Yael Naim  (Tôt ou Tard)  octobre 2007

Un album qui ne devrait pas demeurer dans le fond des bacs en cette rentrée musicale, celui de Yael Naim. Cette jeune artiste, née à Paris, grandie en Israël, aujourd’hui presque trentenaire, avoue pourtant "avoir failli abandonner [son] rêve en cours de route".

Malgré une pureté de voix indéniable, en dépit d’une plume toute aussi sûre, l’artiste s’est pourtant longtemps tourmentée, à la recherche infructueuse de la musique qui enroberait parfaitement ces dons qu’elle recelait en elle.

Désillusionnée par la fraîcheur de l’accueil réservé à son premier album en 2001, In a man’s womb, il lui aura fallu quelques années pour retrouver la confiance en elle nécessaire à un investissement corps et âme dans un nouveau projet. Le temps de se retrouver dans quelques comédies musicales ("Les dix commandements", "Gladiateur"), et fort heureusement pour nous, elle retourne à ses propres compositions grâce à sa bonne étoile qui s’incarne sous la forme d’une rencontre avec David Donatien. Ce musicien à tout faire, véritable génie des instruments, va devenir son arrangeur, réalisateur, sa moitié dans l’aboutissement et la mise en lumière de ce second opus.

Un album qui adoucit les mœurs, réchauffe les coeurs. Un album qui donne envie de se caler bien à l’abri dans la tièdeur d’une couette ou au coin d’une cheminée. Pas de méprise, le disque de Yael Naïm n’a en rien les vertus soporifiques d’un Lexomil. Non, il est juste délicat, doux, beau (et quand on sait que son nom, Naïm, en hébreu signifie "agréable", on se dit que la demoiselle était sûrement prédestinée). Des adjectifs simples qui collent tout à fait à l’univers qu’ont désiré créer les deux complices au fil des treize ballades qui s’égrènent avec une grâce éthérée pendant un peu plus d’une heure.

Si David et Yael avaient à la base envisagé d’en livrer une version totalement acoustique, guitare et voix uniquement, ils ont finalement revu leurs choix en intégrant ici et là des cuivres, un violoncelle et même quelques programmations. Ceci n’empêche pas de conserver la trame sonore minimaliste qui souligne encore mieux le timbre exceptionnel de Yael.

Cette voix si limpide, on serait certes parfois tenté de l’apparenter à celle d’une Fiona Apple ou d’une Feist. Yael possède sans doute un organe aux facultés proches de celles de ses consoeurs, mais, étrangement, l’oreille parvient néanmoins la plupart du temps à ressentir une réelle impression de nouveauté, l‘orchestration subtile prenant là tout son sens.

Ce sentiment d’inédit est aussi indéniablement lié aux compositions. Les textes, où se fondent ici et là quelques mots de français, sont chantés en anglais, mais aussi et surtout en hébreu ce qui achève (ou commence) de donner à ce disque toute sa personnalité. Pas d’anachronisme dérangeant dans ce choix qu’elle aura pourtant mis longtemps à assumer, Yael parvient à donner à sa langue maternelle une vraie musicalité qui s’accorde parfaitement avec la contemporanéité de sa pop folk aux accents jazzy.

Si c’est un morceau en anglais, "New soul", qui tourne depuis quelques temps sur les onde et fait déjà presque figure de tube, on ne doute pas que d’autres puissent prendre sa suite. Car tous, ou presque, mériteraient une écoute recueillie : s’ils sont le plus souvent à dominante mélancolique et intimiste ("Shelsha", "Paris", "Lonely"), certains titres sonnent avec plus de fantaisie et d’optimisme ("Endless song of hapiness", "Paris").

On peut même s’étonner du culot de la chanteuse lorsque l’on reconnaît, piste 11, un certain "Toxic" de Britney Spears. La reprise, un exercice périlleux s’il en est, que Yael réussit parfaitement pour nous en livrer une version presque acoustique sur laquelle sa voix se pose avec une sensualité à fleur de peau (de là à alléguer qu’elle surpasse l’originale, il n’y a qu’un pas …).

Yael Naim, on ne pouvait sans doute pas rêver cocon plus douillet pour préparer l’hivernation.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album She Was A Boy de Yaël Naïm & David Donatien
Yael Naim en concert à La Boule Noire (décembre 2007)
Yael Naim en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Yael Naim en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Yael Naim en concert au Fil (samedi 12 mars 2011)
Yael Naim en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - lundi 27 avril
Yael Naim en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - jeudi 21 juillet
Yael Naim en concert à Nancy Jazz Festival (samedi 15 octobre 2016)

En savoir plus :

Le site officiel de Yael Naim
Le Soundcloud de Yael Naim
Le Facebook de Yael Naim


SLB         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=