Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nervous Cabaret
La Maroquinerie  (Paris)  22 octobre 2007

Elyas Khan, leader de Nervous Cabaret, est un homme hors du commun dont il émane des ondes empathiques. Celui qui aurait pu mal tourner est devenu un homme charismatique totalement ouvert au monde. Look customisé de pirate, démarche animale - il fut danseur et chorégraphe - regard profond à vous changer en statue de sel, il a une voix brute de décoffrage dont il joue comme d'un instrument.

Après des prestations live mémorables en 2006 qui accompagnaient la sortie de son premier album éponyme, Nervous Cabaret revient juste un an après avec une nouvelle galette, Drop, drop, qui confirme le syncrétisme musical qui donne sa couleur musicale totalement atypique, et inclassable, au groupe et l'écriture inspirée de son leader.

Depuis, la line up du groupe s'est quelque peu modiifée. En effet, le duo percussif a disparu au profit d'une section cuivres renforcée, section qui fait une entrée presque solennelle par la salle.

Elyas Khan se montre extrêmement concentré. En effet, la set list est composée de la quasi totalité des morceaux de Drop, drop qui sous tendent la tournée 2007 et n’ont pas encore été complètement burinés en live.

Dès les premières mesures de "Gravity" qui ouvre le set, toute l’énergie féroce révélée par le premier album est présent au rendez vous avec des morceaux comme "Tryptych", "Passion Plumbers", "Instant Lady" et les incontournables "Mel Gibson" et "Ratata heart" qui clôtureront le concert avant le rappel.

Et les nouveaux morceaux creusent le sillon de cette déferlante sonique scandée par le fidèle Brian Geltner qui assure la rythmique avec brio tout en restant très attentif aux indications presque subliminales d’Elyas Khan.

Le groupe balaie tout sur son passage avec son rock viscréal, presque tribal, qui ne connait pas de tabou et dévaste tout sur son passage sans criante de se colleter aux limite des dissonances voire aux discordances.

L'excellent trompettiste Fred Wright, dont Elyas Khan reconnait la participation éclairée indispensable dans la composition des morceaux, mène la section cuivres composées de fous furieux, dont lui-même, complètement allumés comme au trombone Sam Kulik.

Dès les premières mesures, ils partent en vrille et ce sans faillir touit au long du concert.

Ils dansent, assurent les choeurs, crient et prennent un plaisir manifeste à transcender leur partition sans craindre les ruptures rythmiques.

"Sleepwalkers" et "Pere Lachaise", placés en début de concert, marquent le début d'une montée paroxystique qui ne connaîtra aucun répît même avec le "Break in violence" mid tempo sur l'album ou "Les enfants du papillon" qui prennent ici toute leur amplitude.

Des musiciens à la forte personnalité donc mais sur lesquels l'ascendance d'Elyas Khan reste prégnante comme sa voix, torride et chamanique, qui domine par sa simple force assurée .

De la cacophonie organique ("No politic no sex") à bruitisme maîtrisé ("Dead naked"), Nervous Cabaret donne un concert étourdissant.

Celui, qui a pris comme emblème le gorille éructuant, qui s'est d'ailleurs dupliqué en une année, a réussi ce soir son pari affiché d'une "music for ecstatic soul". Ene pas rater, comme on dit, s'il passe près de chez vous. A bon entendeur salut !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Nervous Cabaret
La chronique de l'album Drop Drop de Nervous Cabaret
Nervous Cabaret en concert au Festival Les Trans 2005 (Jeudi)
Nervous Cabaret en concert à La Flèche d'or (1er mars 2006)
Nervous Cabaret en concert à La Maroquinerie (9 mai 2006)
L'interview de Elyas Khan - Nervous Cabaret (février 2006)

En savoir plus :

Le site officiel de Nervous Cabaret

Crédits photos : Laurent (Plus de photos sur Taste of Indie)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Et si on ne se mentait plus ?" à la Scène Parisienne
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=