Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dominique A
Interview  (Paris)  octobre 2007

Ma dernière entrevue avec Dominique A s’était déroulée dans l’ambiance feutrée d’un bar lounge branchouille à l’occasion de la sortie de son album L’Horizon… Cette fois-ci je rejoins le bonhomme dans les locaux de sa maison de disque pas très loin d’Oberkampf…

Changement d’ambiance : Une pièce vide avec deux chaises et quatre murs fraîchement peints d’un blanc éclatant… C’est la dernière interview de la journée et je me dis que le bonhomme doit être lessivé d’avoir rabâché les mêmes réponses à longueur d’après-midi… Cependant, Dominique m’accueille de manière fort sympathique et avec le sourire…

Ça change des rocks stars méchées qui prennent des moues pas possibles pour avoir l’air de rock stars… Ça tombe bien que le garçon soit en forme car j’ai la ferme intention de connaître les raisons qu’ils l’ont poussées à sortir après une quinzaine d’année d’activisme, son premier album live…

Il a beau en être à une demi-heure de la quille, le garçon est en verve et enthousiaste de nous en dire un peu plus sur Nos Forces Motrices.


Après quinze ans de carrière, tu sors ton premier album live. Même si tu y avais déjà pensé par le passé, cela ne s’était jamais vraiment concrétisé… Maintenant que tu t’es décidé, peux-tu nous expliquer les raisons qui ont motivé ta décision ?

Dominqiue A : Ben j’avais besoin d’argent en fait (rires). C’est la façon dont le groupe revisitait les morceaux qui m’ont fait dire que c’était possible… Après, si je n’étais pas content, si le résultat ne me plaisait pas, je pouvais à tout moment dire stop. On avait essayé de le faire en 99, à l’époque de Remué. C’était sur un répertoire ultra-gothique, très noir. L’album ("Remué") ne marchait pas, donc un live sur ce disque aurait été suicidaire. En 2000 on a réessayé. Il y avait un côté rock, très direct, mais sur la bande, c’était un peu en dessous, trop pauvre. Je trouvais que ça manquait d’arrangements.

Là il y a un suivi avec le groupe depuis trois ans, depuis la version live de "Tout Sera Comme Avant", il y avait un esprit de groupe qui était plus compact que sur les formules précédentes, où parfois le groupe était en place pour un an. Il y avait l’enthousiasme des gens, à la fin des concerts qui était moteur, des personnes qui venaient nous voir en nous disant que c’était le bon moment pour faire un live. Donc au bout d’un moment tout cela fait que cela devient une espèce d’Arlésienne qu’il est bon de transformer en réalité. Et puis lorsque Textuels, la maison d’édition a proposé une biographie, ils nous ont demandé si un disque allait sortir à ce moment-là, c’était une possibilité, un disque qui accompagnerait la sortie du livre.

Autant sortir un live, ça fait un peu "canard boiteux", autant sortir un livre et un live, c’est un peu plus cohérent. Et puis je pense qu »’abondance de bien ne nuit pas », en cette période un peu mauvaise pour le disque, multiplier les expériences n’est pas préjudiciable. Et puis un live, c’est une manière de faire sortir hors de l’eau à des chansons qui ne vivent plus leur vie.

En ce qui concerne le choix des chansons, certains lui trouveront un petit côté "Best Of" (Ndlr : contestable et contesté par Dominque A). Mais tu sembles appréhender le live comme une aventure, comme un champ des possibles pour les morceaux existants…

Dominique A : Tout à fait, c’est une version possible, à un moment donné avec des gens. Si tu prends le courage des oiseaux, dans trois ans, ça n’aura rien à voir avec la version jouée sur le live. Une chanson c’est un peu comme de la pâte à modeler, elle n’a jamais vraiment de forme définitive, tant que tu veux y revenir. Même certaines chansons "secondaires" qui prennent un autre tour, un arrangement peut rendre un morceau pus intéressant qu’il ne l’est pas au départ. Un morceau comme "L’Amour", en terme d’écriture n’est pas très fort, simple, ce n’est pas un morceau que j’aurais mis en avant si le groupe n’avait pas fait ça du morceau, qui fait que ça devient une des pièces maîtresses du concert. Pourtant ce n’est pas le morceau dont je suis le plus fier de ma carrière en terme d’écriture… C’est presque un nouveau morceau.

Pour ce live, tu as écouté des bandes en sélectionnant les morceaux ou alors tu savais pertinemment avant un concert qu’il figurerait sur un futur album live ?

Dominique A : Le choix des concerts était avant tout pour des raisons techniques, des raisons de salles. Angoulême est une super salle au niveau de l’accueil, du son, ils étaient très bien équipés pour enregistrer, donc on s’est dit voilà. À La Rochelle et Rosporden c’était pareil, les salles s’y prêtaient bien. Pour les morceaux, il y avait un éventail de seize à dix-sept morceaux que je voulais voir figurer sur le disque. Je voulais peu de morceaux de l’horizon, pour pas que cela soit un appendice au disque. Ce qui m’intéressait, c’était de revisiter les anciens morceaux.

Il y a aussi eu des surprises, des morceaux que l’on ne comptait pas mettre. Un morceau comme la relève n’était pas prévu par exemple. Il y avait aussi des passages obligés, un morceau comme "La Peau" ou "Le Courage Des Oiseaux". Après, il fallait savoir ce que l’on faisait des morceaux choisis. Je voulais un disque très ramassé, sur dix douze morceaux. Les gens autour de moi me disaient que c’était bizarre, que ça allait être frustrant. Mais bon un disque live c’est presque une hérésie à la base. Un disque est fait pour les oreilles, alors que le live est fait pour les yeux, pour recevoir une présence. Mais c’est un ressenti physique qui passe parce que l’on voit… C’est un peu pour ça que j’ai longtemps freiné des quatre fers. Ou alors on fait un DVD

Ce que tu avais fait pour les Bouffes Du Nord … Et c’était plutôt pas mal…

Dominique A : Pourtant je me suis fais violence pour le sortir…

Pourquoi ne pas en avoir fait un Cd live ?

Dominique A : Non, c’était une vraie souffrance d’écouter les bandes des concerts… Sans être perfectionniste, sans finasser, le son ne me plaisait pas. En même temps, c’est très subjectif, j’ai le nez dessus. Si j’entends un truc désaccordé, ça va me pourrir la vie… Ce n’est qu’après avoir vu les images que je me suis dis que ça allait, que ça fonctionnait avec l’instant, le lieu… Mais un Cd seul , ça ne tenait pas la route. Je ne l’aurais pas assumé. Alors que pour ce live, quand on a jeté une oreille sur les premiers enregistrements, c’était rassurant, musicalement je savais que ça allait me plaire.

Le fait d’être en groupe, c’était important ? Tu n’as pas envisagé de sortir une performance en public solo ?

Dominique A : Oui, parce qu’avec le groupe, le travail de réinterprétation est plus fort. Les morceaux ont plus de force en groupe. Seul j’ai mes limites. Musicalement ce n’est pas suffisant

Tu as commencé avec une certaine économie de moyen pour varier peu à peu tes palettes sonores, on pourrait envisager une Dominique A à nouveau minimaliste ?

Dominique A : A la fin de l’année, on sort des démos et j’adore cette idée là. On sort ça en coffret un peu luxe en fin d’année… Et ça me plait bien. Les trucs solos j’en ferai toujours, mais j’ai plus envie de défendre des projets avec des gens… Après si, je reviendrai à ça… Je vais faire mon disque folk. J’attends de progresser avec des gens pour me le permettre. Je me suis rendu compte que mon travail sol progressait grâce à mes différentes expériences musicales avec les autres.

Tu vas jouer quelques concerts fin novembre…

Dominque A : C’est le groupe, c’est le support du live. Au début je ne voulais pas faire de live comme la tournée était finie. Et puis sortir un live sans faire de scène, c’est un peu couillon. Au départ l’idée était de faire une nouvelle formule et puis je me suis dit non, j’n’ai pas l’énergie. Je veux vraiment que ces concerts soient un feu d’artifice par rapport au groupe, parce qu’après chacun va reprendre ses activités.

C’est un peu un jubilé…

Dominique A : Exactement (rires)

La suite de "L’Horizon" ?

Dominique A : Il est dans la tête, pas dans les mains. J’ai quelques chansons. J’aimerais bien faire un disque très rythmique, basé sur du percussif, avec quelques séquences rythmiques élaborées.

Tu t’orienterais vers du Tortoise, avec deux batteries ??? Du post-rock

Dominique A : Pourquoi pas ? Un côté Post-rock ramassé, avec des chansons de quatre minutes, avec des textes très courts. J’ai de pistes. Il faut que je prenne du temps pour les travailler. Donc il faut que je me coupe de la scène.

Un livre est sorti récemment. Tu peux nous en dire un peu plus…

Dominique A : C’était une proposition de Textuels (ndlr : maison d'édition), c’est une carte blanche. Ils m’ont dit "tu fais un livre sur toi par toi". Pour moi ça faisait beaucoup… Je préfèrerais que ça passe par quelqu’un d’autre. Ils m’ont proposé un auteur maison, Bertrand Richard, avec qui je me suis super bien entendu. Comme je suis sensible aux lieux, on est parti sur cette idée de raconter mon histoire par rapport aux lieux qui ont compté dans ma vie… Du coup j’ai ramené un tas de documents persos. Ça raconte une histoire, mais de façon "fanzinesque", il y a un côté élaboré dans le texte, amis à la fois ce côté fouillis qui me représente bien…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Tout sera comme avant de Dominique A
La chronique de l'album L'horizon de Dominique A
La chronique de l'album Sur nos forces motrices de Dominique A
La chronique de l'album La Musique de Dominique A
La chronique de l'album Kick Peplum (EP) de Dominique A
La chronique de l'album Vers les lueurs de Dominique A
La chronique de l'album Eléor de Dominique A
La chronique de l'album Toute latitude de Dominique A
La chronique de l'album La Fragilité de Dominique A
Dominique A en concert à la Salle Jeanne d'Arc (21 novembre 2003)
Dominique A en concert à la Salle de la Cité (11 novembre 2004)
Dominique A en concert à l'Olympia (30 novembre 2004)
Dominique A en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Dominique A en concert au Festival International de Benicassim 2006 (vendredi)
Dominique A en concert au Festival La Route du Rock 2009 (dimanche)
Dominique A en concert au Grand Mix (vendredi 27 novembre 2009)
Dominique A en concert à Casino de Paris (jeudi 26 novembre 2009)
Dominique A en concert au Fil (samedi 6 février 2010)
Dominique A en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Dominique A en concert au Festival La Route du Rock #22 (vendredi 10 août 2012)
Dominique A en concert au Festival La Route du Rock #22 (samedi 11 août 2012)
Dominique A en concert à Théatre Lino Ventura (jeudi 4 avril 2013)
Dominique A en concert à L'Aéronef (samedi 25 mai 2013)
Dominique A en concert au Festival Europavox 2015 - Samedi 23 mai
Dominique A en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi
Dominique A en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2015 - Du jeudi au dimanche
Dominique A en concert au Colisée (dimanche 29 novembre 2015)
La vidéo de En solo aux Bouffes du Nord (DVD) par Dominique A
L'interview de Dominique A (6 mars 2006)
L'interview de Dominique A (26 avril 2006)
L'interview de Dominique A (27 mars 2009)
L'interview de Dominique A (samedi 7 juillet 2012)
L'interview de Dominique A (jeudi 19 mars 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Dominique A
Le site Comment certains vivent
Le Facebook de Dominique A


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Laetitia Velma et Dominique A (28 mars 2011)


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=