Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Grandaddy
Café de la Danse  (Paris)  18 juin 2003

Une fois de plus, la salle du Café de la danse était pleine à craquer pour ce concert de Grandaddy. Chaleur extérieure aidant, la température de la salle était à la limite de la forunaise ce qui a eu pour effet de rendre insupportable l’activité extrêmement bruyante autour du bar.
Carton rouge aux serveurs qui attendaient les moments de chute des décibels pour jeter sans retenue les bouteilles dans leur poubelle !

La scène, surchargée de matériel, accueillait en première partie Ben Kweller aux allures de jeune étudiant des sitcoms américaines des années 70 qui seul à la guitare ou au piano, se livre sans fioriture à des interprétations de son jeune répertoire folk rock punk certes avec un brin d'humour ("je vais vous chanter une chanson qui parle de ma vie, elle s'appelle 'Problems'") mais néanmoins bruyant et excité. La chose laisse quand même un goût de spectacle pour fête de fin d'année du campus. Il nous promet de revenir avec son groupe cette fois, peut être en automne, et il pourrait en être alors tout autrement, à l'image de son EP Phone Home, beaucoup plus rock'n'roll et plus "professionnel" même si ça reste assez déjanté. A suivre peut être.

Une grosse demie heure de sudation plus tard, c'est au tour des Grandaddy de faire leur entrée. Grandaddy c’est un quintet dont 4 barbus costauds, au look intermédiaire entre les ZZ top et les joyeux bûcherons des Rocheuses.
Un clavier, une guitare, une batterie, une basse (avec le sosie de Pavarotti à la basse, qui s'avérera avoir une voix toute fluette du plus belle effet en voix de fond ) et bien sûr Jason Lytle en personne qui cache toujours sa grande timidité derrière sa barbiche et sa casquette de base ball rabaissée sur les yeux. comme pour se protéger. Guitare en bandoulière, gérant une flopée de synthétiseurs et autres appareils électroniques, comme un élève studieux, il consulte avant chaque morceau sa petite boîte à fiches qui recèle ses recettes magiques.

Sur fond d’écran géant projetant des documentaires et clips bucoliques, animaux, grands espaces et baroudeurs bûcherons construisant radeau et cabane comme aux siècles passés (ça ne s'invente pas) Grandaddy démarre sur les chapeaux de roues devant un public conquis d'avance avec "Hewlett's Daughter" tiré de "The Sophtware Slump", leur excellent précédent album.

Si le son pêche au début du set, on oublie vite avec les titres qui s'enchaînent, essentiellement extraits des précédents albums avec quelques incartades quand même dans "Sumday", leur dernier disque tout juste sorti.

Sans avoir peur de plomber le spectacle, Jason nous annonce d'ailleurs qu'il dédit ce concert à 2 amis californiens qui viennent de quitter notre monde pour un monde meilleur comme il dit... Qu'à cela ne tienne, les Grandaddy enchainent illico.

En live la musique des Grandaddy est vive et spontanée, tout aussi sophistiquée certes mais plus brute et plus rock. La voix de Jason, même épaulée parfois par le bassiste révèle ses faiblesses mais plutôt que de décevoir par rapport aux disques (sur lesquels le chant ne constitue pas le point fort de Jason) elle donne à cette musique un côté humain et très attachant. De la musique vivante, jouée par de grands enfants (d'ailleurs eux mêmes ne s'y trompent pas puisque sont projetées des images de leurs caricatures miniatures, des "enfants-grandaddy")

Timide mais non dénué d'humour, Jason lance, avant d'entamer "Crystal Lake" (un des morceaux phares de The Sophtware Slump) : "Vous allez peut être reconnaître cette chanson, ça a presque fait un tube euh.. en Russie " avant de nous en proposer une version débridée et très rock, avec toujours ces petits sons électroniques dont il a le secret.

Et même quand Jason se plante sur les premiers mots de "He's simple, he's dumb, he's the pilot", il ne se démonte pas pour autant et rattrape la sauce a capella pour terminer ce concert sur ce brillant morceau qui introduisait "The Sophtware slump".

Habilement répartis entre les morceaux qui sonnent déjà comme des classiques, les titres du nouvel album (Sumday) nous semblent presque familiers, c'est sûrement cela la Grandaddy's touch, cette capacité qu'ont les grands groupes à sortir du lot et à se construire une véritable identité sonore.

Un concert de 1h30 à peine (les 22h30 réglementaires du Café de la Danse) qui laisse un goût de "revenez-y"... Nous attendrons donc décembre pour une nouvelle tournée française des Grandaddy en écoutant d'ici là, Sumday et les précédents albums..

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sumday de Grandaddy
La chronique de l'album Below the radio de Grandaddy
La chronique de l'album Just like the family cat de Grandaddy
La chronique de l'album Last Place de Grandaddy
Grandaddy en concert à Ninkasi (5 décembre 2003)
Grandaddy en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du dimanche

En savoir plus :
Le site officiel de Grandaddy
Le Bandcamp de Grandaddy
Le Soundcloud de Grandaddy
Le Facebook de Grandaddy


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=