Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival des Inrocks Motorola 2007
Gossip - The Go! Team - Jack Penate - Yelle - Cajun Dance Party  (La Cigale)  10 novembre 2007

La troisième soirée parisienne du festival commence tôt, ouverture des portes à 17h30. L’affiche de ce soir est un mélange de découvertes et de confirmations, mais tous devront convaincre. J’ai essayé de ne pas écouter les inconnus afin de garder l’esprit de découverte qu’est ce festival.

L’entrée est un mélange de stands de goodies et de pubs pour les divers sponsors. Les deux escaliers menant à la salle sont gardés par des piles d’un quotidien national, partenaire de l’événement, tel des lions de pierre gardant l’entrée d’un château.

La fosse n’est pas remplie, loin s’en faut, mais il est très tôt et c’est devant un public clairsemé que Cajun Danse Party entame son set.

Daniel Blumberg et ses comparses distillent une pop gentille, lui se déchaînera de plus en plus au cours de la prestation, sa façon de bouger est saccadée, voire maladive, surjouée. Pendant ce temps, ses camarades restent relativement calmes devant cette tornade de chanteur, qui tourne, virevolte, jette son pied de micro au sol, emmêle son câble et manque tomber.

Vicky, claviériste du combo, lance des sourires crispés au public, grimée comme une poupée, le sac à main pendant mollement, au support de son instrument. Les jeunes anglais auront tout de même réchauffé une salle qui ne semblait pas réceptive au départ, et ont fait largement grimper la température

Lorsque les lumières se rallument, c’est pour constater que la Cigale s’est bien remplie. Ce pourrait il que ce soit le groupe suivant qui attire ce monde ? Car maintenant c’est au tour de Yelle.

Affublée d’une tenue volée aux années 80, une robe faite de paillettes dessinant un visage, elle arbore ce que certains pourraient appeler un collier fait d’un smiley de la taille d’un freesbee. Ses deux acolytes portent tous deux la même combinaison blanche, décorée d’os de couleur, quel goût !

Tout le reste est à l’avenant, 10 années des plus mauvaises chansons du Top 50, un pillage en règle. Les poses les plus ridicules possibles, des chorégraphies dignes de la danse des canards, des paroles à faire passer Carlos pour un philosophe (le chanteur, pas le terroriste) Des "Vous êtes chaud Paris ?" fusent de derrière le clavier…

Affligeant, c’est sans conteste la plus grosse faute de goût de l’ensemble du festival (qui a dit depuis sa création ?) Passons. Une grande partie du public, tout de même, semble avoir apprécié la prestation.

C’est maintenant au tour des jeunes anglais de Jack Peñate, accent cockney en avant. Jack et sa bande ont de l’énergie à revendre.

Ils jouent vite, des rythmiques aux accents funk. Dés la fin du premier titre, le chanteur est complètement essoufflé.

Il faut dire que Jack court partout, est tout le temps en mouvement, et dégage une réelle joie d’être sur scène. Armé de sa bonne humeur, il assène ses chansons à la vitesse de la lumière. Le batteur est excellent, taillé pour résister à l’énergie de son compagnon, le bassiste quand a lui est un peu plus effacé mais tout aussi efficace.

Leur rock soul est arty dans l’exécution, avec des sons très aigus, un jeu de guitare presque africain sur une musique, en revanche, très blanche. Le public ne s’y trompe pas et lui rends la joie de vivre qu’il procure. Le niveau est largement relevé, même cela pouvait paraître facile.

La Cigale est plus que remplie à cette heure, l’entrée transformée en fumoir ne désempli quasiment pas, des dizaines de journaux gisent au sol constellé de mégots et verres de bière. On y croise quelques personnalités venues participer à la fête.

Décidemment cette soirée est placée sous le patronage d’Albion. The Go ! Team, viennent de Brighton, et sont emmenés par Ninja, la chanteuse bondissante.

La formation est quelque peu originale; puisque le groupe est composé de deux batteries et de quatre musiciens/chanteurs.

Tous les membres changeront d’instrument au cours de leur représentation, certains plusieurs fois, comme si le groupe se plaisait à bousculer les codes. Ninja annonce qu’ils joueront essentiellement des titres de leur dernier opus, nous auront aussi quelques inédits qui régaleront les fans.

Tout leur set sera un patchwork d’une puissance scénique extraordinaire, désordonnée et peu convaincante. Néanmoins, si quelques personnes dans l’assistance avaient pu s’endormir, la prestation des anglais aura réveillé les plus récalcitrants avec un final explosif. Ils quitteront la salle en laissant le public haletant.

Les esprits sont échauffés, tout le monde attend avec impatience l’arrivée de la tête d’affiche, d’ailleurs l’impatience commence à se faire sentir. Quand, de derrière le rideau, une main mystérieuse dépose un pied de micro. Quelques secondes après, un guitariste se positionne et entame une chanson lente aux paroles décalées. Une histoire de femme et de combats de chiens.

Finalement, il restera pour deux titres, aux accents blues. Les sifflets fusent, mais impassible, le chanteur inconnu continue et sera applaudit avec entrain. Il nous dira s’appeler Sing Sing juste avant de disparaître derrière le rideau rouge. A suivre.

Ceux tant attendu arrivent enfin, Gossip, à ce moment il est inutile d’essayer de se déplacer dans la salle tant la foule est dense et électrique.

Nombre de gens essaieront d’avoir une meilleure vue de Beth Ditto et ses deux comparses, sans succès, les meilleures places sont prises d’assaut.

Leur arrivée déclenche une vague de hurlements qui font trembler les murs. Le phénomène de Portland donne tout ce qu’elle à pour son public.

La prestation est urgente, Brace Paine joue comme un fou sur sa guitare et sa basse, Hannah Blilie martèle ses fûts pour le plus grand bonheur de tous. Les meilleurs titres de leur album sont repris par le public.

Entre deux titres, Beth en profite pour échanger quelques mots avec le public. La générosité de la chanteuse ravira tout le monde, elle s’occupe même d’aider les plus audacieux à la rejoindre sur la scène et les aide à redescendre en toute sécurité.

Elle sera submergée de marques d’affection (embrassades, câlins) au grand dam des agents de sécurité, rapidement venus la rejoindre, pour éviter les débordements. Beth entamera le début de "What’s Love Got to do With It" de Tina Turner.

Sommés de revenir au baissé de rideau, c’est avec un plaisir non dissimulé que The Gossip reviendront pour un final explosif de deux titres, qui verra le public envahir la scène pour ce final magique Le mot est faible, c’est du rarement vu.

La qualité de la prestation est époustouflante, les sourires et les commentaires élogieux sont sur toutes les lèvres. Et nous en retard pour la suite du festival à la Boule Noire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Gossip parmi une sélection de singles (juillet 2007)
La chronique de l'album Standing in the way control de Gossip
La chronique de l'album Music for men de Gossip
Gossip en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Gossip en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Gossip en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Gossip en concert au Festival Furia Sound 2009
Gossip en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Gossip en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Gossip en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - dimanche
Gossip en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche
Gossip en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Les Découvertes
Gossip en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Jeudi 4 juillet
La chronique de l'album Proof of youth de The Go! Team
La chronique de l'album The Scene Between de The Go! Team
The Go! Team en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
The Go! Team en concert au Festival des Vieilles Charrues 2008
La chronique de l'album Matinée de Jack Penate
Jack Penate en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (dimanche 8)
Yelle en concert au Festival Art Rock 2007 (Samedi et Dimanche)
Yelle en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Yelle en concert au Festival International Benicàssim 2008
Yelle en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
La chronique de l'album The Colourful Life de Cajun Dance Party
Cajun Dance Party en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008

En savoir plus :

Le site officiel de Gossip
Le site officiel de The Go ! Team
Le site officiel de Jack Penate
Le site officiel de Yelle
Le site officiel de Cajun Dance Party

Crédits photos : Laurent (Plus de photos sur Taste of Indie)


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=