Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Godspeed You! Black Emperor
Cabaret Sauvage  (Paris)  11 mai 2003

"Et il eut alors envie, confusément et irrésistiblement, d'une musique immense, d'une bruit absolu, d'un bel et joyeux vacarme qui embrasserait, inonderait, étoufferait toute chose, où sombrerait à jamais la douleur, la vanité, l'insignifiance des mots." - Kundera in L'insoutenable légèreté de l'être.

Ce n'est pas une petite affaire qu'un concert de Godspeed. Personnellement on parle ici d'un groupe qui a changé l'an dernier mon échelle de valeur dans l'appréciation et l'expérience des concerts.

Le collectif investit le cabaret sauvage pour permettre aux parisiens d'assister à deux des treize dates de leur tournée française. Au fur et à mesure des tournées les salles ne cessent de devenir plus grandes sans pourtant que le frénésie liée à la recherche des ticket ne se calme.

Gy!be est en effet ce qu'on appelle un groupe culte, une hydre à neuf têtes qui marque son époque sans être jusqu'à présent avili par son succès tant leur ligne de conduite restera rigoriste, voire intégriste selon certains adeptes de la caricature. On peut rapprocher hâtivement leur musique au Mogwai de la première époque qui associe passages contemplatifs et déchainements en déflagration sonique, mais ici en même temps rien à voir : on peut alors évoquer les chateaux de sable qu'on construit pour les voir disparaitre dans les vagues, le groupe établissant respectueusement de monumentales cathédrales pour y mettre joyeusement le feu dès la dernière pierre posée. On aurait ainsi peut être une petite idée sans vraiment réussir à gratter la surface de l'entreprise musicale.

Car c'est aussi, et peut être avant tout, un collectif militant qui a une vision de la musique ambitieuse : anti-commercial non pas comme une pose ou une étiquette marketing de bon ton dans le rock (ie les popstars qui lachent un "stop the war" aux Brit awards), mais comme une raison d'être profonde justifiée par une reflexion en commun qui a mûri depuis des années dans les bas fonds de mile end à Montréal. Cette volonté ne prend sur scène la forme d'aucun message à l'intention du public (il n'y a pas de micro voix de toute façon), tout le propos du groupe passe par leur musique, et accessoirement par quelques projections suggestives (selon moi redondante tant la musique de Gdspeed est cinématographique).

Au final un set raisonnablement exceptionnel qui commence sur les arpèges étouffées de "Tazer floyd", seul titre du dernier LP à être joué ce soir (il y figure sous le nom "Rockets fall on rocket falls") qui déchaine une montée progressive que n'aurait pas renié Pink Floyd, justement, dans sa période meddle.

Ensuite "Monheim" un des magnifiques titres du "Lift yr..."(rappelez vous le sample "they don't sleep anymore on the beach") qui montre que le groupe peut tout en jouant très (très) fort montrer une sensibilité et une émotion à fleur de peau. Vient ensuite l'inédite du groupe nommé actuellement sobrement "Albanian" une nouvelle grande fresque épique avec un passage sur une gamme orientalisante qui relance sans cesse le morceau de l'avant dans le chaos.

Sur ce, Dave l'un des guitaristes (responsable des lignes mélodiques les plus précises) nous casse une corde, le temps de la changer le groupe en profite pour construite une improvisation tout à fait convaincante qui prend forme sous nos yeux. Car c'est un des aspects les plus stupéfiants dans ce groupe, c'est l'écoute entre eux : ils ont beau être neuf sur scène et être immergés dans leur musique à la limite de la transe ils se regardent toujours et communiquent avec un échange gestuel minimaliste implicite qui montre une complicité totale.

Ainsi quand Efrim tapote sur sa guitare on sait que les possibilités sont innombrables dépendant de la réception/réaction de chacun, ce passage sans grandiloquence nous aura ainsi permis de profiter de ce qui peut se passer quand Gy!be décide d'élaborer un nouveau morceau ou de chercher l'inspiration : elle vient à la fois de chaque individu mais surtout de la synergie de tout ce groupe.

Une fois la guitare en nouvel état de marche, l'enchainement se fait naturellement vers un frénétique "World police and the friendly fire" malsain et violent (un de mes titres préférés... comment ça rien à faire!) puis un titre de la même inspiration "Dead metheny" (providence) où la réponse des riffs est à son plus haut niveau entre ligne ciselée et insistante et vagues sonores saturées.

Efrim survolté et en transe, pourtant bien vissé sur sa chaise et à demi dos au public, traduit le mieux cet élan par les soubresauts qui agitent tout son corps et en particulier ses jambes dans une sorte de galop épique et statique. Le rappel (il n'y en aura qu'un! le groupe nous avait habitué à des concerts de plus de trois heures désormais on se recentre sur un format plus court, presque standard serait on tenté d'avouer) est un phénomène miraculeux : l'enchainement des deux faces du premier EP du groupe "Slow riot for new zero kanada" à savoir "Moya" et "Blaise bailey finnegan III" séparés par le sample associé des plus évocateur.

Au final une bonne setlist qui remplit toutes ses promesses, et si le concert n'atteint pas tout à fait les sommets de leur tournée précédente (en longueur et peut être aussi en intensité) les concerts des canadiens restent inratables et au dessus du lot de tout ce que j'ai jamais vu et c'est dire si cette chronique est en dessous de la réalité de l'expérience. La tournée en province se poursuit et c'est là qu'on pourra les voir avec le plus de proximité : les concerts de nombreuses dates ne sont pas encore complets...

Et pas vi vite! La chronique n'est pas tout à fait terminée. Devinez la première partie... Hanged'up ! (c'est un vrai point d'exclamation comme quand on est étonné/content/véhément et ainsi ne fait pas partie du nom du groupe comme pour... enfin vous voyez ce que je veux dire... toh!).

Un de mes groupes préférés dur disque qui convainct tout autant en concert. Le plus hallucinant c'est de découvrir sur scène qu'il ne sont que deux : Geneviève à l'alto et Eric à la batterie. La densité des albums est rendu par l'utilisation par la violoniste d'effets et d'auto-sampling, bien en vogue de puis quelques temps déjà, et par une batterie inventive, précise et virevoltante. En effet le batteur a étoffé son jeu de caisses et de cymbales classiques par des percussions préparées concrètes (dures et métalliques) et une sorte de pedal steel saturé sur lequel il s'acharne avec ses baguettes.

Un son riche, des relances au cordeau, des constructions incroyables, un jeu précis : c'est parfait mais vraiment trop court. Ils ont sortit deux disques sur Constellation tous deux géniaux.

La seule mauvaise nouvelle c'est que votre liste de disque à se procurer vient de s'allonger, zut.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 'Allelujah ! Don't bend ! Ascend ! de Godspeed You! Black Emperor
Godspeed You! Black Emperor en concert à Cabaret Sauvage (13 mai 2003)
Godspeed You! Black Emperor en concert au Grand Mix (10 mai 2003)
Godspeed You! Black Emperor en concert à La Condition Publique (samedi 3 novembre 2012)
Godspeed You! Black Emperor en concert à La Condition Publique (samedi 3 novembre 2012) - 2ème
Godspeed You! Black Emperor en concert au Festival La Route du Rock #23 (vendredi 16 août 2013)
Godspeed You! Black Emperor en concert à L'Aéronef (jeudi 16 avril 2015 )
Godspeed You! Black Emperor en concert à Condition Publique (dimanche 22 octobre 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Godspeed You! Black Emperor
Godspeed You! Black Emperor sur le site de Constellation Records
Le Facebook de Constellation Records


Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=