Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Wombats
A guide to love, loss and desperation  (Ryko)  novembre 2007

Dans la liste déjà fournie des groupes qui n’ont rien inventé, The Wombats viennent malheureusement ajouter leur nom avec l’album A Guide To Love, Loss And Desperation.

Ce n’est pourtant vraiment pas l’impression que nous avait laissée le trio lors de leur convaincante prestation au Batofar en octobre 2006, aux côtés de Dorian Pimpernel et de The Parisians (autre groupe emblématique de la liste pré-citée).

A l’époque, c’est en qualité de néophytes que nous découvrions donc les lads de Liverpool et leur musique, au premier abord, inventive. De l’énergie, il y en avait à revendre. Les compositions étaient incroyablement rafraîchissantes et les chœurs, paradoxalement désuets à base de "woo woo" et autres "wah wah doo doo", n’étaient pas pour rien dans cette originalité et cette fraîcheur. La péniche en avait tangué d’enthousiasme.

Nous avions alors quitté l’embarcation complètement convaincus par deux choses. D’abord et bien sûr, par leur show, et ensuite par le fait qu’ils allaient très bientôt faire trembler d’autres scènes que celle de la calle humide d’un bateau moisi éternellement amarré.

Un1 an plus tard, le NME labellise le titre "Let’s Dance to Joy Division" "Single of the Week" et voilà nos 3 Wombats propulsés avec fracas dans les coussins douillets de la gloire.

Alors pourquoi l’enthousiasme d’hier s’est-il transformé en déception aujourd’hui ? Pourquoi avons-nous subitement viré de bord ?

La faute à cet album … Loss And Desperation et plus particulièrement à sa production. La power pop dite "sucrée" est passée à l’édulcorée et les ravissantes aspérités se sont faites totalement raboter. Aux manettes de ce formatage en règle, Stephen Harris. Si je vous dis Kaiser Chiefs, The Automatic… Et oui, c’est le même monsieur qui avait massacré de la même manière l’album de The Automatic. Un live ébouriffant, un album on ne peut plus convenu. Même syndrome, même maladie.

L’homme en question n’aura heureusement pas réussi à tout lisser. Les compositions de The Wombats ont au moins l’avantage de ne jamais tomber dans la redondance. Jugez plutôt. Une intro à capella d’1’10’’ "Tales of girls boys and marsupials", formidable concentré de "doo doo" "wap wap" digne de Pow Wow 50’s, un peu plus loin "Party in the forest (Where is Laura)", quelqu’un a dit Weezer ?

"Little Miss Pipedream" balade romantique bordée de claviers. Ou encore l’évident "Let’s Dance To Joy Division" prouvant bien que The Wombats ont bien cette réelle capacité de créer une pop inventive.

Une chose est sure, nous ne nous étions pas trompés, il y a un an. Même si les Wombats n’ont pas inventé un nouveau courant musical, ce qu’ils donnent, ce qu’ils jouent, ce qu’ils créent … ils le font originellement très bien.

The Wombats ont indéniablement du potentiel, ce n’est malheureusement pas cet album qui pourra vous en convaincre. Pour cela, seul un live du trio pourra faire le vrai boulot. A vos calendriers.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Beautiful people will ruin your life de The Wombats
The Wombats en concert à La Maroquinerie (1er novembre 2007)
The Wombats en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
L'interview de The Wombats ( novembre 2007)

En savoir plus :

Le site officiel de The Wombats


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=