Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Stanley Brinks
Mains d'Oeuvres  (Saint Ouen)  21 novembre 2007

A quoi peut bien ressembler la vie après Herman Düne ? Ou plutôt sans Herman Düne ? Telle était la question existentielle à laquelle nous cherchions à répondre en allant découvrir le nouveau projet solo d’André Herman Düne, désormais rebaptisé Stanley Brinks.

Fidèle à ses origines, celui-ci avait choisi, pour sa première halte parisienne, Mains d’Oeuvres comme point de chute. Rien de franchement surprenant quand on sait que Herman Düne fut des années durant l’un des principaux animateurs du lieu. Le seul hic avec les concerts à Mains d’Oeuvres reste le trajet pour rallier Saint-Ouen. Qui plus est au plus fort d’une grève de la RATP. Une seule solution : se muer en Raymond Poulidor le temps d’une mémorable soirée en banlieue …

Après une longue période de disette, Mains d’Oeuvres donne à nouveau signe de vie, revenant même à l’avant-garde des salles parisiennes. Remarqué en ouverture de Josh Pearson l’an passé dans ces murs, H-Burns effectuait son retour à l’occasion de la parution du successeur de Song From The Electric Sky.

Originaire de Valence dans la Drôme, le garçon confirme en live son élogieuse réputation, distillant un folk classieux face à des spectateurs respectueusement affalés sur le sol. Pour la suite, inutile de présenter Jason Molina, mythique fondateur de Songs:Ohia et tête pensante de Magnolia Electric Co. Chapeau de cow-boy, moustache à la D’Artagnan, parties de guitare épurées, voix aérienne, songwriting de haut vol, Jason ne lésine sur rien pour épater la galerie. Le public lui réservera un triomphe franc et massif, reconnaissant pour cette escapade parisienne au milieu d’une si brève tournée européenne.

Les heures défilent et Stanley Brinks grimpe déjà sur scène. A la fortune et à la célébrité, André a préféré, comme le suggérait si justement Jeffrey, la bohème urbaine. Décision inattendue que de planter, à l’aube d’une reconnaissance inespérée, le groupe fondé avec son frère à la fin des années 90. Cependant, entre New-York et Berlin, l’aîné des frères Düne semble encore se chercher.

Chemise hawaïenne de rigueur mais débarrassé de ses sempiternelles lunettes teintées, André donne l’impression de vouloir se livrer, loin de l’image véhiculée auparavant. Simplement fier de pouvoir graver ici une nouvelle page de son histoire. Première surprise, le répertoire de Stanley Brinks diffère notablement de celui d’André, guitariste d’Herman Düne : l’univers est noir, le son dépouillé, le jeu de gratte râpeux, mais la voix demeure identique et toujours aussi superbe ; un voire deux titres n’auraient pas dépareillé sur le prochain Herman Düne mais pas davantage.

Tapi dans l’ombre à l’arrière de la scène, Jason Molina viendra même, l’espace de quelques titres, prêter main forte à André ; les souvenirs de la tournée de Will Oldham avec Matt Sweeney n’étant jamais très loin. A voir André ce soir, les raisons de son orientation de carrière ne sont jamais apparues si évidentes. Difficile en effet de l’imaginer reproduisant tous les soirs un set pop formaté, épaulé par une armée de choristes, dans une grande salle qui plus est ...

Sous nos yeux se présente le véritable André : une histoire à partager, une guitare autour du cou, les yeux dans les yeux avec quelques dizaines de spectateurs … Tout simplement.

 

En savoir plus :

Stanley Brinks sur MySpace


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=