Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Godspeed You! Black Emperor
Cabaret Sauvage  (Paris)  13 mai 2003

Mardi 13 mai. Jour de grève. Dans le taxi qui nous emmène au parc de la Villette, je songe avec appréhension à la soirée qui m'y attend : je mets les pieds pour la première fois au Cabaret Sauvage ; je vais y entendre pour la première fois les Canadiens de Godspeed You ! Black Emperor ; et je vais devoir relater cette expérience dans ma première chronique pour Froggy. Croyez-moi, cela fait beaucoup de premières fois pour un seul homme. D'autant que, pour compliquer les choses, je suis accompagné de mes camarades chroniqueurs mais néanmoins amis, Barbel et Loopkin, qui surveillent mes moindres gestes et m'interdiront par la suite de dire ou d'écrire le moindre mal de GY!BE!

Voilà pourquoi je mets ma vie en jeu en écrivant les quelques paragraphes qui vont suivre : il se peut que cette première chronique soit aussi ma dernière …

Mais entrons dans le vif du sujet avec Hangedup, la première partie de ce soir, qui arrive assez rapidement sur scène. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, expliquons que les Hangedup viennent aussi du Canada, de Montréal plus précisément. Leur deuxième album, Kicker In Tow, a paru l'année dernière sur le label Constellation, c'est-à-dire précisément celui de GY!BE. Si la filiation est évidente (une musique répétitive qui utilise des motifs simples et lorgne simultanément vers le minimalisme et l'expérimentation ), le résultat est cependant très différent.

Il s'agit en fait d'un duo. Eric Craven en est le batteur. Geneviève Heistek joue de l'alto. Tous les deux utilisent un matériel assez limité : Heistek se contente de quelques pédales d'effet, dont elle use d'ailleurs avec parcimonie, et de cet enregistreur-boucleur, que les spectateurs des concerts solo de Joseph Arthur ou de Dominique A connaissent bien. Quant à Craven, il tape sur un kit plutôt restreint, agrémenté de quelques gongs, mais comportant finalement assez peu de fûts. Seule originalité : un objet bizarre, une paire de cordes métalliques ( de basse sans doute ) montées sur une planche de skate-board, de laquelle il tire des sons agressifs de machines en fonctionnement.

Le résultat, n'ayons pas peur de le dire, est assez enthousiasmant. Le style de Craven est plutôt austère ( assez peu de changement de tempo ou de mesure, des rythmes généralement binaires ) mais très dense. De même, Heistek utilise une palette limitée mais très efficace, faisant systématiquement appel aux doubles cordes et aux passages en staccato. Malgré cette simplicité des moyens employés, Hangedup parvient à conjurer une musique riche, relativement variée, délibérément non-mélodique et pourtant évocatrice : on songe à des machines grinçantes, bruyantes, brûlantes et sales, à des paysages de révolution industrielle où l'homme n'a pas de place …

Les moments les plus réussis de cette curieuse alchimie se produisent aux débuts des morceaux, lorsque les bribes de phrases musicales se structurent lentement d'elles-mêmes et que du chaos naissent les premiers mouvements, ou au contraire lorsque la musique s'emballe et tourbillonne en prenant des allures de transe hypnotique. Enfin et surtout, la complicité des deux musiciens fait plaisir à voir : ils se comprennent d'un regard et leurs morceaux s'enchaînent avec facilité et naturel.

Alors que la première partie vient de se terminer et que nous attendons GY!BE, je repense à Hangedup, plutôt séduit. Bien sûr, on peut trouver à redire : si la formule est très intéressante, on peut leur reprocher de ne pas la pousser dans ses derniers retranchements, de ne pas en explorer toutes les possibilités. La ressource mélodique est délibérément ignorée : c'est à mon avis un tort. Une plus grande variété dans les rythmes serait également la bienvenue. Le duo gagnerait aussi à superposer plus souvent plusieurs phrases d'alto, une technique pourtant facile à mettre en œuvre et aux résultats intéressants, mais dont il fait peu usage.

Puis, après quelques minutes, GY!BE entre enfin sur scène. Trois guitaristes, deux bassistes, deux batteurs, une violoniste, et une violoncelliste. Et voici que commence la partie la plus difficile de mon travail.

D'abord parce qu'un concert de GY!BE est pratiquement impossible à chroniquer : leur parti pris est de construire des paysages sonores à partir d'éléments minimalistes et répétitifs, joués par tous les membres du groupe, et d'utiliser l'effet d'ensemble pour suggérer une richesse sonore que les éléments constitutifs ne possèdent pas. Leur musique, une fois commencée, ne s'arrête vraiment qu'à la fin du concert : le public applaudit lorsque le volume baisse, mais leurs compositions ne font que rebondir et s'enchaîner les unes avec les autres. Pour le spectateur, il s'agit d'un long voyage musical, pendant lequel il peut alternativement s'ennuyer profondément ou vibrer en phase avec les musiciens.

D'où l'embarras dans lequel je me trouve, embarras d'autant plus grand que, je dois bien l'avouer, je me suis justement plus ennuyé que je n'ai vibré.

Pourtant, le concept qui sous-tend la musique de GY!BE est très séduisant sur le papier. Non seulement il renouvelle la notion d'orchestre en lui donnant un sens dans un contexte "rock", mais encore il utilise toutes les ressources du minimalisme pour produire un son dense, profond, et touffu. Pratiquement, chaque musicien du collectif a son rôle, comme dans un orchestre, justement. Même si les pédales d'effet encombrent la scène, les guitares et les basses conservent le même son au cours du concert : chacun a sa propre partie à jouer dans son propre registre. L'un des guitaristes égrène des arpèges en son clair ; un autre produit des notes lancinantes fortement teintées de réverbération ; le troisième attaque régulièrement sa guitare au médiator avec un son légèrement saturé. Quant aux bassistes, seulement l'un d'entre joue véritablement des basses alors que l'autre reste souvent cantonné aux médiums. Enfin, la violoniste est responsable des phrases les plus mélodiques, tandis que la violoncelliste renforce systématiquement les basses.

Au final, les motifs joués par chacun sont d'une simplicité extrême, presque enfantine même. Mais le résultat est toujours changeant : parfois calme et nostalgique, la musique peut lentement prendre des forces, puis devenir menaçante et finalement tout emporter sur son passage.

Alors pourquoi s'ennuie-t-on autant ? Pourquoi n'ai-je été transporté que deux ou trois fois pendant ces deux heures et quelques minutes de concert ? Pour ma défense, et celle, indirectement, de GY!BE, il faut expliquer qu'il s'agit d'une musique extrêmement exigeante : pour se laisser captiver par ces paysages froids, il faut prêter attention au moindre détail et s'appuyer sur toutes les aspérités de leurs compositions. Peut-être suis-je sujet à un déficit d'attention chronique ? Ou peut-être s'agit-il seulement d'une musique qui requiert plusieurs écoutes ?

Quoiqu'il en soit, je vais donner une nouvelle chance à GY!BE. Mais sur disques cette fois-ci.

 


A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 'Allelujah ! Don't bend ! Ascend ! de Godspeed You! Black Emperor
Godspeed You! Black Emperor en concert à Cabaret Sauvage (11 mai 2003)
Godspeed You! Black Emperor en concert au Grand Mix (10 mai 2003)
Godspeed You! Black Emperor en concert à La Condition Publique (samedi 3 novembre 2012)
Godspeed You! Black Emperor en concert à La Condition Publique (samedi 3 novembre 2012) - 2ème
Godspeed You! Black Emperor en concert au Festival La Route du Rock #23 (vendredi 16 août 2013)
Godspeed You! Black Emperor en concert à L'Aéronef (jeudi 16 avril 2015 )
Godspeed You! Black Emperor en concert à Condition Publique (dimanche 22 octobre 2017)


En savoir plus :
Le site officiel de Godspeed You! Black Emperor
Godspeed You! Black Emperor sur le site de Constellation Records
Le Facebook de Constellation Records


Gribouille         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=