Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Twisted Charm
Real Fictionnal  (Because Music)  septembre 2007

Le 28 novembre dernier, la France était triste. Fred Chichin nous laissait là, comme des cons, complètement médusés par son départ précipité. Ironie du sort, le soir même, Les Rita aurait dû jouer dans une salle aussi mythique qu’eux, l’Olympia. Twisted Charm aurait eu alors l’incroyable honneur de les supporter dans cette superbe tâche…

Double coup dur pour les 4 jeunes britons, qui exprimaient il y a encore peu, leur joie de jouer aux côtés de telles sommités, et par la même occasion de faire l’expérience d’un public plus mature.

Il est vrai qu’après avoir tourné avec Klaxons pendant plusieurs mois, l’envie de se détacher de cette "référence", d’exister en tant que groupe original, devait se faire sérieusement sentir.

Original, on ne peut pas dire que ce soit le cas de l’histoire de ces 4 garçons. Nathan Doom (voix, guitares, synthés), Luke Georgiou (saxophone), John Garley (basse) et Dominic Cole (batterie) viennent d’un bled paumé dans l’imprononçable Northompstonshire. Sympathique trou dans lequel la classe moyenne british végète, eux y compris. Bref, une histoire glauque, mille fois entendue à travers le monde de la musique. "La seule façon de s’en sortir : monter un groupe et s’installer à Londres", pour reprendre les mots de la bio presse.

Cohérents, les Twisted Charm, avec ce premier album Real Fictional, nous parlent donc de société anesthésiée par la téloche "Television Nation", où chaque destin est similaire "Clone Baby", où l’ennui règne graaaaaave "Boring Lifestyles" bref un monde aseptisé où il ne fait pas bon grandir "Never Grow Older".

Un désarroi quelque peu naïf paradoxalement habillé d’un son inventif et mature par sa complexité. Lance Thomas (Ladytron / PJ Harvey), à la production, n’y est sûrement pas étranger. Il est parvenu a donner un sens à une musique qui puise sa force un peu partout : guitare saillante façon Buzzcocks, basse vedette façon Joy Division, saxophone chaotique et incontrôlable façon James Chance, synthés discordants façon Devo. Un délire musical parfaitement orchestré et arrangé.

Leur style robotique 80’s devrait remonter le moral aux inconsolables de la période cold-wave. Une once discrète d’électro apporte une touche de modernité à l’ensemble de l’œuvre, la plaçant peut-être ainsi dans la nouvelle catégorie NME dite "nu-rave".

Peu importe. Catégorie ou pas, la musique mutante de Twisted Charm est avant tout rafraîchissante, charmante, oscillante et surtout pas chiante. Comme son nom l’indique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Twisted Charm parmi une sélection de singles (avril 2007)
La chronique de l'album Cinema de Twisted Charm
Twisted Charm en concert au Festival Les Volcaniques de Mars 2007

En savoir plus :

Le site officiel de Twisted Charm


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=