Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gorillaz
D-sides  (EMI)  novembre 2007

Gorillaz n'est plus un groupe à présenter. Formé de Damon Albarn, roi de la pop, et de Dan The Automator, non moins respecté dans le milieu du hiphop ainsi que de curieux petits personnages dessinés.

Cette curieuse réunion fut à l'origine de quelques tubes qui ont su passer au-delà de la barrière d'un public averti, pour aller toucher les tympans d'une audience beaucoup plus large et variée. La meilleure preuve demeurant, bon gré mal gré, l'utilisation multiple de quelques morceaux phares dans moultes publicités et autres émissions de télévision.

Les représentations du spectacle "Monkeys" au Théâtre de la Ville à Paris, constituant également en soit un petit évènement dans le monde de la pop musique.

Gorillaz est donc une valeur sûre et ce D side, arrivé judicieusement dans les bacs un mois avant Noël, est aussi un peu là pour faire le pont entre les albums passés et les projets futurs (notamment l'histoire de ces fameux personnages dessinés, image de marque (forte) du groupe qui devrait s'intituler Banana (on sait rigoler chez les Gorillaz).

Sur cette compilation, car comme son titre le laisse entendre, il s'agit bien de cela, point de tubes cependant. Car comme son nom l'indique aussi, il ne s'agit pas de faces B mais carrément de faces D. Autrement dit, des inédits qui trainent et quand même quelques faces B, le nom de ce disque étant surtout lié au fait que la période concernée tourne autour de l'album Digital Days. Je vous l'accorde, l'information n'est pas capitale.

Pas de tubes mais tout de même quelques petites choses dans le genre bricolo bien ficelées qui se laissent écouter malgré un début de disque un peu repoussant pour lequel un petit effort de réécoute peut s'avérer nécessaire.

On reste sur le premier disque, car oui il y a deux cds dans la boite pour le prix de presque un seul, dans un univers hiphop pop très proche de l'univers connu de Gorillaz avec des choses cependant moins mélodiques qu'à l'accoutumée. Comprendre qu'il n'est pas forcément facile de siffloter sous la douche sans convoquer un ou deux voisins pour retranscrire la "partition".

Autre différence, le chant se fait très rare et presque effacé derrière les boucles de guitares ("Spitting out the demons"). Parfois, un peu difficile sur la longueur, ce premier disque contient donc quelques bons moments que seront ravis de retrouver les fans de la première heure mais qui pourraient peut-être refroidir qui viendrait à tomber par hasard sur Gorillaz.

Quand au second disque, c'est tout à fait autre chose. Il regroupe en effet, certes des titres de Gorillaz mais bigrement remixés par quelques pointures du milieu électro.

L'énergie qu'il y a pas toujours sur le premier disque vient ici nous frapper de plein fouet avec, en ouverture, un remixe de "Dare" à faire trembler les dancefloor, selon l'expression consacrée, signé DFA et qui devrait sûrement rendre jaloux les Happy Mondays. Facile et efficace, reconnaissons-le. Le reste n'est pas forcément aussi réussi mais Soulwax, Hot Chip et DFA tirent leur épingle du jeu qui, du même coup, en devient un pour l'auditeur, de jeu.

Un double cd à prendre comme un bonus plutôt que comme un jalon mais qui permet de rester en contact avec les singes les plus rock'n roll du monde. Pour les non-fan, préférez quand même un album sauf si vous craquez pour les remixes.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Plastic Beach de Gorillaz
La chronique de l'album Humanz de Gorillaz
Gorillaz en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
Gorillaz en concert à Zénith (lundi 22 novembre 2010)
Gorillaz en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2018 - Samedi 21

En savoir plus :

Le site officiel de Gorillaz


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=