Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Christophe Jean
Interview  (Paris)  22 décembre 2007

Dans le cadre du cycle Shakespeare au Théâtre du Nord-Ouest, Christophe Jean joue le rôle d’un Petruccio atypique dans "La mégère apprivoisée" mise en scène par Cédric Grimoin, un spectacle monté par les Compagnons Comédiens.

Compagnon comédien lui-même, il y présente également un "Jules César" dont il assure la mise en scène.

Nous l’avons donc rencontré à cette occasion.

Dans le cadre du cycle Shakespeare au Théâtre du Nord-Ouest, vous jouez le rôle de Petruccio dans "La mégère apprivoisée" dont le parti pris de mise en scène divise les specatteurs.

Christophe Jean : Je tiens à préciser que dans cette pièce je suis l’acteur principal mais je ne suis pas le metteur en scène. En tant qu’acteur, je suis l’outil du metteur en scène. Ensuite, il faut transformer sa parole et son désir pour faire de beaux personnages et raconter de belles histoires dans de belles pièces. Surtout Shakespeare qui est magnifiquement bien écrit.

Le parti pris du metteur en scène Cédric Grimoin est simple et il parle ainsi de cette pièce : drôle d’histoire sur un triste sujet et drôle de sujet pour une si triste fin. Cédric Grimoin a opté pour un parti pris très fort qui, effectivement, divise les spectateurs de manière souvent radicale. Pour ceux qui n’adhèrent pas, ils se sentent un peu floués, un peu déçus. Mais pour les autres, quand les gens sont heureux cela fonctionne très bien car les gens sont surpris. Et, de ce fait, "La mégère apprivoisée" marche bien et est une des pièces phares de ce cycle.

En l’occurrence, le parti pris n’est pas de raconter un couple qui soit épique dans sa séduction tout au long de la pièce comme on pourrait l’imaginer ou vu chez Zefirelli avec de grands acteurs de notre temps. Le parti pris de Cédric Grimoin, avec moi qui joue Petruccio et avec Lisa Sans qui joue Catarina, c’est que rapidement, quand Petruccio ramène Catarina chez lui par les cheveux, il devient le premier ayatollah en Italie. Du coup, la pièce bascule dans la tragédie d’une femme qui est complètement humiliée et manipulée par un homme dont on ne connaît ni les moyens, ni, surtout, les limites.

Mon personnage fait alors très peur en devenant à la limite du monstrueux et de l’inhumain parce qu’on ne sait pas de quoi il est capable. En tout cas, on se rend compte, à la fin, qu’il est capable d’humilier Catarina à un tel point qu’elle se soumet à lui, et là, on retombe sur la morale de Shakespeare : on ne sait pas qui tient l’autre. La pièce s'achève sur un baiser qui laisse en suspens la question sans réponse que celui qui porte la culotte dans ce couple.

"La mégère apprivoisée" est un spectacle des Compagnons Comédiens. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Christophe Jean : Les Compagnons Comédiens regroupent une vingtaine de comédiens, qui ont fait des grandes écoles supérieures d’art dramatique et venant de tous les horizons, qui ont une quinzaine d’années de métier - "La mégère apprivoisée", par exemple, est mon 65ème spectacle - qui ont envie de monter des projets ensemble. Par ailleurs, nous avons créé la formule "A l’envol" qui est une master classe qui a pour finalité d’aider les jeunes comédiens et leur mettre le pied à l’étrier.

Cette master a pour objectif de donner aux apprentis comédiens, en l’espace de 6 mois, tout le matériel nécessaire à l’intégration dans le milieu professionnel, pour une cotisation de 2 400€. Nous leur proposons une formation essentiellement pragmatique pour leur permettre de faire le pont entre leur sortie d’école et la scène du théâtre où ils vont pratiquer leur métier de manière à leur donner tous les outils pratiques et toutes les clés que nous avons accumulés depuis vingt ans.

Dans le cadre des projets avez-vous une ligne théâtrale ?

Christophe Jean : Non, c’est totalement ouvert. La seule exigence est de monter un projet avec une distribution qui dépasse 10 personnes de manière à pouvoir financer un budget suffisant pour monter le projet et permettre que tous les comédiens soient rémunérés. C’est ainsi que j’ai monté "Jules César" toujours dans le cycle Shakespeare du Nord-Ouest mais avec seulement quatre cotisations. C’est le compagnon comédien qui invite les jeunes à travailler sur un de ses projets. Toutes les informations sont disponibles sur le site web des Compagnons Comédiens.

Quels sont vos projets pour 2008 ?

Christophe Jean : En janvier démarreront des auditions pour un "Tartuffe" de Molière que nous allons monter Lisa Sans et moi. Je précise que quand je suis metteur en scène j’agis sous le nom de Christophe Boudé. Cette dualité de noms ne relève pas de la préciosité mais du distinguo que je fais entre l’acteur, un peu labellisé, et un autre aspect de mon travail quand je fais de la mise en scène ou écris de la poésie ou des textes.

Pour revenir sur "La mégère apprivoisée" et "Jules César", s’agit de projets que vous souhaitez exporter ?

Christophe Jean : Les pièces de Shakespeare comportent une nombreuse distribution ce qui entraîne des coûts important notamment quand on veut organiser une tournée. Monter Shakespeare est une ambition. Je vais répondre en deux temps. Pour "La mégère apprivoisée" nous avons eu une proposition de jouer en Martinique chez la fille d’Aimé Césaire, Michèle Césaire, au Centre dramatique de Fort de France.

Et nous serions bien ravis de voir ce projet aboutir. "Jules César" est une aventure d’école et nous verrons s’il peut intéresser des producteurs. Cela étant les Compagnons comédiens nourrissent un autre projet qui est de créer des comptoirs en province c’est-à-dire de fédérer d’autres compagnons comédiens dans les grandes villes de province de manière à créer un réseau qui permettent des échanges de spectacles.

Et vos projets personnels en tant que comédien ?

Christophe Jean : Quand Christophe Boudé metteur en scène et directeur d’école travaille beaucoup, Christophe Jean travaille un peu moins. En ce moment, je joue en alternance dans deux pièces de Feydeau : dans "N’te promène donc pas toute nue" mis en scène par Rodolphe Sand à la Comédie des Trois bornes et dans "Les pavés de l’ours" mis en scène par Aymeric de Nadaillac au Théâtre des Deux Rêves".

 

En savoir plus :

Le site de la compagnie Les Compagnons Comédiens


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=