Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Syd Matters
Ghost days   (Because)  janvier 2008

Syd Matters #3. Les plus anglosaxons des groupes parisiens pur jus, Jonathan Morali et sa bande, sont de retour. Sans tambour ni trompettes, ça n’a jamais été dans leurs habitudes, mais leur réapparition discrète sur le marché du disque était pourtant attendue de pied ferme par un petit cercle d’inconditionnels et de critiques.

Ces derniers semblent d’ailleurs en avoir pour leurs frais, ce troisième album ne tarit déjà pas d’éloges dans la presse spécialisée.

Avant toute chose, rapide retour sur l’histoire du groupe : si aujourd’hui encore Syd Matters continue à faire figure de groupe plutôt "underground", il commença par être pourtant un pur produit Inrocks.

Et bien que Jonathan Morali n’en n’ait jamais fait grand cas, être nommé révélation CQFD à 22 ans aide, il faut quand même l’admettre, à acquérir une certaine notoriété lorsque jusqu’alors on ne bénéficiait que d’une promo bricolée maison, c'est-à-dire limitée à de pauvres flyers placardés dans les toilettes de clubs parisiens. Donc le chanceux lecteur des Inrocks découvre Syd Matters en 2002 avant de se risquer à acheter leur premier album un an plus tard.

Un premier bébé particulièrement bien accueilli par la critique, avec notamment l’imparable "Black and white eyes" qui reste encore à ce jour LE tube du groupe. On découvrait alors sur ce A Whisper and a Sigh l’univers terriblement nostalgique de la pop aérienne et ciselée de Jonathan Morali et déjà on avait envie d’aller planer avec lui dans des sphères lointaines. Il n’en fallait pas plus pour que la presse lui assigne quelques références et pas des moindres : Radiohead, Nick Drake, Pink Floyd, influences que le groupe a par ailleurs toujours assumées.

Deux années passent, le temps pour Jonathan Morali de s’accoler la participation de quatre musiciens (Olivier, Jean-Yves, Clément, Remi) pour partager son succès naissant, avant la naissance d’un second bébé. Aussi unanimement accueilli par le microcosme musical indépendant que le précédent, Someday we will foresee obstacles confirme alors l’existence d’une véritable et atypique patte "Syd Matters" dans le paysage pop/folk français.

Que pouvait-on alors espérer de plus ? Un virage en douceur en ne s’éloignant pas trop dangereusement de la voie de départ ? Ca semble chose faite avec Ghost days dont les premières galettes encore chaudes ornent les rayons des disquaires depuis le 14 janvier.

Ce troisième album conserve tout ce qui fait qu’on a aimé dès la première rencontre les deux précédents : les mélodies arachnéennes, la voix céleste et languissante de Jonathan, l’orchestration planante et soignée, l’absence de réelle structure des morceaux (oh délice, un groupe qui ne s’évertue pas à fonctionner selon le trop arrêté "couplet/refrain"!).

Si la révolution n’est donc pas en marche pour le groupe, ce Ghost days résonne malgré tout différemment. Passé le premier et magnifique "Everything else" déjà en passe de devenir un incontournable, on oserait aller jusqu’à le trouver gai ce nouvel opus, beaucoup moins mélancolique que ses prédécesseurs. Allez, ce petit dernier, on se risquerait presque à l’offrir à un ami dépressif !

Un sentiment que même les névrosés que sont Jonathan Morali et ses acolytes se laissent aller à partager : "c’est vrai que les compositions sont moins tristes, les arrangements presque joyeux, tout cela est venu naturellement en cherchant à changer un peu notre son". En privilégiant par exemple aux synthés, des cordes bien pincées, des claviers bien appuyés, qui concourent à offrir un son plus brut.

Mais ce qui fait l’essence première de Ghost days, c’est sa justesse, le fait qu’il soit profondément en accord avec ce que son géniteur a le sentiment d’être aujourd’hui. Et pour cause, cet album, Jonathan Morali l’aura lentement laissé mûrir dans la solitude de jours passés dans son appartement, des jours fantômes où il ne se passe pas grand chose, mais, explique-t-il "Avoir l’impression qu’il ne se passe rien, c’est déjà sentir quelque chose et ça vaut alors le coup d’en parler. Dans la création, j’ai compris cela : à partir du moment où je respire, où je vis, j’ai des choses à exprimer."

C’est ce dépouillement qui compose toute vie et cette sérénité atteinte en en prenant pleinement conscience que Jonathan Morali a souhaité exprimer aujourd’hui. Alors, les diplômés ès références pourront toujours s’échiner à trouver tout au long des 14 titres qui défilent un "Louise" en réponse à un "Suzanne" de Leonard Cohen, un "Big moon" en hommage au "Pink moon" de Nick Drake, etc.

Certes, certes, on ne les contredira pas, mais on préfèrera se contenter de ressentir, sans rien chercher de plus, des émotions célestes qui ne nous obligent plus à aller chercher outre-manche ce que l’on a aussi en France.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Brotherocean de Syd Matters
Syd Matters en concert à La Cigale (5 octobre 2005)
Syd Matters en concert à L'Antipode (5 novembre 2005)
Syd Matters en concert au Trianon (1er février 2006)
Syd Matters en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
Syd Matters en concert au Splendid (dimanche 17 avril 2011)
Syd Matters en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - dimanche
Syd Matters en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
L'interview de Syd Matters (14 décembre 2007 )

En savoir plus :

Le site officiel de Syd Matters


SLB         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Syd Matters (14 décembre 2007)


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=