Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Iron and Wine
Le Divan du Monde   (Paris)  19 janvier 2008

Suite à la sortie de son excellent album The Shepherd’s dog, Sam Beam, la tête pensante de Iron and Wine s’arrête au divan du monde pour une date unique. Depuis l’écoute de ce disque foisonnant, on attendait forcément avec impatience ce concert...

Huit heures précises, Eleni Mandell ouvre la soirée. La californienne, munie uniquement d’une guitare acoustique égrène ses chansons aux accompagnements folks ou minimalistes. Malgré les apparences trompeuses, le jeune femme n’est pas une novice et a déjà quelques albums à son actif. De la douceur mais aussi quelques envolées énergiques, somme toute une sympathique entrée en matière.

Dès la fin de la première partie, les conversations reprennent bon train dans la salle et je me rends compte que le public s’exprime avec aisance dans la langue de Shakespeare. La France serait-elle devenue soudain polyglotte ? Je penche finalement pour une seconde explication et en conclue que tous les américains de Paris, dans la confidence du concert de ce soir, se sont donné rendez-vous. Mais neuf heures déjà, les lumières déclinent.

Bien qu’aux quatre coins de la scène soient disposés de nombreux instruments, Sam Beam trompe son monde et arrive simplement accompagné d’une jeune femme (qui se trouve être sa sœur). Le premier titre se fera donc a minima, guitare acoustique et choriste en renfort.

Et c’est avec "Trapeze swinger" que Iron and Wine ouvre le bal. Tiré de la BO de "In good compagny", le morceau met doucement dans l’ambiance et la voix sucrée de Sam Beam berce les oreilles. La jeune femme cache très bien sa joie d’être là. Sollicitée uniquement pour le dernier quart du morceau, elle reste inévitablement à attendre enfin son tour, plantée sur scène ne sachant que trop quoi faire des ses mimines (on découvrira un peu plus tard dans la soirée qu’elle s’en sert aussi pour jouer du violon).

Rejoint par le reste du groupe sitôt ce premier morceau achevé, la scène ne compte finalement pas moins de 8 musiciens (Sam Beam compris). Chacun jouant au moins de deux instruments, je vous laisse faire le total. Et il n’en fallait pas moins pour restituer l’essence et la densité de l’album. Au quizz des instruments présents on répond clavier, basse, contrebasse, guitare, batterie, percussion, vibraphone, accordéon, violon et bien sûr pedal steel. Ce dernier présent sur pratiquement tous les morceaux donne la touche americana aux chansons.

La finesse de l’arrangement qui figurait sur l’album est retranscrite au-delà des espérances. Pourtant, pas de démonstration, un travail efficace et sobre avec des musiciens qui injectent même une couleur jazzy dans l’affaire. Evidemment propices à des jams, les morceaux sont ponctués de longs instrumentaux, laissant le public ébaubi.

De The Shepherd’s dog, on retrouve notamment les magnifiques "Carousel", "Peace beneath the city" et le très attendu "Boy with a coin" que le public accompagne allégrement en frappant des mains, à l’instar de la version studio.

Les deux précédents albums ne sont pas pour autant oubliés. Le folk "Upward over the mountain" tiré de The creek drank and the waddle, devenu pop léger pour l’occasion ou "Sodom,south Geogia" tiré de Our endless Numbered days démontrent que le savoir-faire de Sam Beam ne date pas d’hier. Les morceaux coulent les uns après les autres, n’étant parfois même plus différenciés. On se laisse alors porter.

Le barbu n’est pas un grand fan de la communication, simplement un "bonsoir" et quelques mots en début de concert puis des "merci" distribués avec parcimonie. Mais la musique est là, et c’est bien cela le plus important.

Une heure et quart après le début du concert "Flightless bird,american mouth" la jolie valse doucereuse vient fermer la boutique. Mais sous les appels du public Sam Beam revient avec sa troupe prolonger l’enivrement avec un dernier morceau, "Resurrection fern" tout en subtilité.

On a retrouvé ce soir la richesse de l’album, enrichi de luxuriants instrumentaux et porté par la voix sucrée de Sam Beam. Le moment lumineux d’une soirée d’hiver.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Iron and Wine parmi une sélection de singles (octobre 2007)
La chronique de l'album The Shepherd’s dog de Iron and Wine
La chronique de l'album Around The Well de Iron and Wine
Iron and Wine en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (mercredi)

En savoir plus :

Le site officiel de Iron and Wine


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=