Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Anthony Reynolds
British Ballads  (Spinney records / La Baleine)  janvier 2008

Cette chronique ne sera pas objective une seule seconde.
D'abord parce que j'ai toujours apprécié le travail d'Anthony Reynolds connu en nos contrées par l'intermédiaire de son double groupe au coeur des années 90 nommé Jack d'une part et Jacques d'autre part. 2 groupes pour une seule tête et une seule voix, surtout. Celle de Anthony, jeune crooner romantique déjà marquée par quelques excès divers.

Mais si Jack/Jacques a connu son heure de gloire sur les labels Setanta et Labels, son noyau de fans n'a jamais réussi à suffisamment s'ouvrir pour en faire le groupe qu'il aurait pu être. Faute de ventes et d'argent, malgré le soutien de quelques Magic et autre Bernard Lenoir, les groupes disparaissent petit à petit après une dernière tentative sur le label espagnol Acuarela.

Exilé quelques années dans une ferme de la campagne anglaise, Reynolds a connu les vaches maigres, le doute et un désert artistique bien trop aride.
De projets avortés (il a notamment écrit une bio de Scott Walker, jamais publiée pour cause de décès de son éditeur) en album ultra confidentiel (sous le nom de Anthony sur le label américain Secret Crush), Anthony Reynolds avait depuis longtemps matière à faire un autre album. Les plus curieux d'entre vous ont d'ailleurs peut-être déjà écouté quelques versions plus ou moins aboutis sur le site d'Anthony dont le contenu est pour le moins ... varié.

Ces British Ballads sont donc enfin disponibles en vente libre. Quel titre pourrait être plus approprié que ce British Ballads qui réussit en 2 mots à décrire parfaitement son contenu et son auteur. Une certaine idée de l'Angleterre, loin du tumulte glamour des grandes villes, même si Reynolds a quitté sa campagne. Ici, on se sent comme chez soi, comme dans un village de l'inspecteur Barnaby, verdoyant mais dans lequel on n'est pourtant jamais à l'abri du danger.

Ces ballades très anglaises donc sont dans la continuité du travail de Reynolds, peut- il d'ailleurs faire autre chose ?

Entouré de la même équipe avec notamment Julian Simmons, Paul Cook ou encore Fiona Brice aux cordes, il pose toujours sa voix impériale avec autant de délicatesse sur des mélodies dont il a le secret.

Pas toujours aussi enthousiasmantes que des titres comme "Nico's children" pouvaient l'être à l'époque, ces British ballads un peu hors du temps renouent avec un style musical qui se fait rare, et dont finalement Anthony Reynolds reste un des derniers représentants. Cette pop entre le easy listening à violons et le sublime de Scott Walker (il n'y a pas de hasard).

La voix de crooner légèrement dandy décadent et romantique est toujours présente, les cordes délicates, parfois un rien miéleuses, aussi. On se sent bien dans ces Ballads, en terrain connu que nous n'avions plus fréquentées depuis longtemps, bercés par la mélodie et la mélancolie que dégage chaque titre.

Quelques collaborations viennent également ponctuer ces ballades, comme Dot Allison sur "I know you know" ou encore Vashti Bunyan ou Simon Raymonde. On retrouve également Colin Wilson, une autre des idoles de Anthony qui vient poser sa voix sur le mystérieux "The Hill", réservé à un public anglophile.

British ballads signe de belle façon le vrai retour de Reynolds, et ravira les fans à coup sûr et devrait donner envie aux autres de redécouvrir son travail précédent. Au moins 2 bonnes raisons de vous procurer cet album. Challenge supplémentaire, tentez de retrouver le très amusant Neu York de anthony et son tubesque "'Lush life".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Neu York de Anthony Reynolds
La chronique de l'album Life's too long 1995-2011 de Anthony Reynolds
L'interview de Anthony Reynolds (Août 2003)
L'interview en VO de Anthony Reynolds(August 2003)
L'interview de Anthony Reynolds (4 octobre 2006)


En savoir plus :
Le site officiel de Anthony Reynolds
Anthony Reynolds sur Myspace


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Anthony Reynolds et Arnaud Gransac (17 février 2011)


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=