Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Anthony Reynolds
British Ballads  (Spinney records / La Baleine)  janvier 2008

Cette chronique ne sera pas objective une seule seconde.
D'abord parce que j'ai toujours apprécié le travail d'Anthony Reynolds connu en nos contrées par l'intermédiaire de son double groupe au coeur des années 90 nommé Jack d'une part et Jacques d'autre part. 2 groupes pour une seule tête et une seule voix, surtout. Celle de Anthony, jeune crooner romantique déjà marquée par quelques excès divers.

Mais si Jack/Jacques a connu son heure de gloire sur les labels Setanta et Labels, son noyau de fans n'a jamais réussi à suffisamment s'ouvrir pour en faire le groupe qu'il aurait pu être. Faute de ventes et d'argent, malgré le soutien de quelques Magic et autre Bernard Lenoir, les groupes disparaissent petit à petit après une dernière tentative sur le label espagnol Acuarela.

Exilé quelques années dans une ferme de la campagne anglaise, Reynolds a connu les vaches maigres, le doute et un désert artistique bien trop aride.
De projets avortés (il a notamment écrit une bio de Scott Walker, jamais publiée pour cause de décès de son éditeur) en album ultra confidentiel (sous le nom de Anthony sur le label américain Secret Crush), Anthony Reynolds avait depuis longtemps matière à faire un autre album. Les plus curieux d'entre vous ont d'ailleurs peut-être déjà écouté quelques versions plus ou moins aboutis sur le site d'Anthony dont le contenu est pour le moins ... varié.

Ces British Ballads sont donc enfin disponibles en vente libre. Quel titre pourrait être plus approprié que ce British Ballads qui réussit en 2 mots à décrire parfaitement son contenu et son auteur. Une certaine idée de l'Angleterre, loin du tumulte glamour des grandes villes, même si Reynolds a quitté sa campagne. Ici, on se sent comme chez soi, comme dans un village de l'inspecteur Barnaby, verdoyant mais dans lequel on n'est pourtant jamais à l'abri du danger.

Ces ballades très anglaises donc sont dans la continuité du travail de Reynolds, peut- il d'ailleurs faire autre chose ?

Entouré de la même équipe avec notamment Julian Simmons, Paul Cook ou encore Fiona Brice aux cordes, il pose toujours sa voix impériale avec autant de délicatesse sur des mélodies dont il a le secret.

Pas toujours aussi enthousiasmantes que des titres comme "Nico's children" pouvaient l'être à l'époque, ces British ballads un peu hors du temps renouent avec un style musical qui se fait rare, et dont finalement Anthony Reynolds reste un des derniers représentants. Cette pop entre le easy listening à violons et le sublime de Scott Walker (il n'y a pas de hasard).

La voix de crooner légèrement dandy décadent et romantique est toujours présente, les cordes délicates, parfois un rien miéleuses, aussi. On se sent bien dans ces Ballads, en terrain connu que nous n'avions plus fréquentées depuis longtemps, bercés par la mélodie et la mélancolie que dégage chaque titre.

Quelques collaborations viennent également ponctuer ces ballades, comme Dot Allison sur "I know you know" ou encore Vashti Bunyan ou Simon Raymonde. On retrouve également Colin Wilson, une autre des idoles de Anthony qui vient poser sa voix sur le mystérieux "The Hill", réservé à un public anglophile.

British ballads signe de belle façon le vrai retour de Reynolds, et ravira les fans à coup sûr et devrait donner envie aux autres de redécouvrir son travail précédent. Au moins 2 bonnes raisons de vous procurer cet album. Challenge supplémentaire, tentez de retrouver le très amusant Neu York de anthony et son tubesque "'Lush life".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Neu York de Anthony Reynolds
La chronique de l'album Life's too long 1995-2011 de Anthony Reynolds
L'interview de Anthony Reynolds (Août 2003)
L'interview en VO de Anthony Reynolds(August 2003)
L'interview de Anthony Reynolds (4 octobre 2006)


En savoir plus :
Le site officiel de Anthony Reynolds
Anthony Reynolds sur Myspace


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Anthony Reynolds et Arnaud Gransac (17 février 2011)


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=