Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Anthony Reynolds
British Ballads  (Spinney records / La Baleine)  janvier 2008

Cette chronique ne sera pas objective une seule seconde.
D'abord parce que j'ai toujours apprécié le travail d'Anthony Reynolds connu en nos contrées par l'intermédiaire de son double groupe au coeur des années 90 nommé Jack d'une part et Jacques d'autre part. 2 groupes pour une seule tête et une seule voix, surtout. Celle de Anthony, jeune crooner romantique déjà marquée par quelques excès divers.

Mais si Jack/Jacques a connu son heure de gloire sur les labels Setanta et Labels, son noyau de fans n'a jamais réussi à suffisamment s'ouvrir pour en faire le groupe qu'il aurait pu être. Faute de ventes et d'argent, malgré le soutien de quelques Magic et autre Bernard Lenoir, les groupes disparaissent petit à petit après une dernière tentative sur le label espagnol Acuarela.

Exilé quelques années dans une ferme de la campagne anglaise, Reynolds a connu les vaches maigres, le doute et un désert artistique bien trop aride.
De projets avortés (il a notamment écrit une bio de Scott Walker, jamais publiée pour cause de décès de son éditeur) en album ultra confidentiel (sous le nom de Anthony sur le label américain Secret Crush), Anthony Reynolds avait depuis longtemps matière à faire un autre album. Les plus curieux d'entre vous ont d'ailleurs peut-être déjà écouté quelques versions plus ou moins aboutis sur le site d'Anthony dont le contenu est pour le moins ... varié.

Ces British Ballads sont donc enfin disponibles en vente libre. Quel titre pourrait être plus approprié que ce British Ballads qui réussit en 2 mots à décrire parfaitement son contenu et son auteur. Une certaine idée de l'Angleterre, loin du tumulte glamour des grandes villes, même si Reynolds a quitté sa campagne. Ici, on se sent comme chez soi, comme dans un village de l'inspecteur Barnaby, verdoyant mais dans lequel on n'est pourtant jamais à l'abri du danger.

Ces ballades très anglaises donc sont dans la continuité du travail de Reynolds, peut- il d'ailleurs faire autre chose ?

Entouré de la même équipe avec notamment Julian Simmons, Paul Cook ou encore Fiona Brice aux cordes, il pose toujours sa voix impériale avec autant de délicatesse sur des mélodies dont il a le secret.

Pas toujours aussi enthousiasmantes que des titres comme "Nico's children" pouvaient l'être à l'époque, ces British ballads un peu hors du temps renouent avec un style musical qui se fait rare, et dont finalement Anthony Reynolds reste un des derniers représentants. Cette pop entre le easy listening à violons et le sublime de Scott Walker (il n'y a pas de hasard).

La voix de crooner légèrement dandy décadent et romantique est toujours présente, les cordes délicates, parfois un rien miéleuses, aussi. On se sent bien dans ces Ballads, en terrain connu que nous n'avions plus fréquentées depuis longtemps, bercés par la mélodie et la mélancolie que dégage chaque titre.

Quelques collaborations viennent également ponctuer ces ballades, comme Dot Allison sur "I know you know" ou encore Vashti Bunyan ou Simon Raymonde. On retrouve également Colin Wilson, une autre des idoles de Anthony qui vient poser sa voix sur le mystérieux "The Hill", réservé à un public anglophile.

British ballads signe de belle façon le vrai retour de Reynolds, et ravira les fans à coup sûr et devrait donner envie aux autres de redécouvrir son travail précédent. Au moins 2 bonnes raisons de vous procurer cet album. Challenge supplémentaire, tentez de retrouver le très amusant Neu York de anthony et son tubesque "'Lush life".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Neu York de Anthony Reynolds
La chronique de l'album Life's too long 1995-2011 de Anthony Reynolds
L'interview de Anthony Reynolds (Août 2003)
L'interview en VO de Anthony Reynolds(August 2003)
L'interview de Anthony Reynolds (4 octobre 2006)


En savoir plus :
Le site officiel de Anthony Reynolds
Anthony Reynolds sur Myspace


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Anthony Reynolds et Arnaud Gransac (17 février 2011)


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=