Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alela Diane
The pirate's gospel  (Fargo)  septembre 2007

Il y a des albums comme ça. Pour lesquels seuls trois accords sont nécessaires pour que l’évidence éclate au grand jour : celui-ci vous accompagnera pour le restant de votre existence.

Qu’importe si l’objet vous échappe, son contenu demeurera présent dans votre mémoire, comme imprimé à jamais au plus profond de vous-même.

L’an passé, une jeune américaine nommée Alela Diane traverse l’Atlantique pour glisser, comme la majorité de ses congénères, un de ses morceaux sur la désormais fameuse compilation Even Cowgirls Got The Blues parue chez Fargo. Son titre : "The Pirate’s Gospel" . Sans conteste, la composition la plus incroyable du lot. Telle une apparition venue de nulle part.

Mais comment oser imaginer une telle claque à l’écoute du format longue durée, là où tant d’autres avaient auparavant douché nos espoirs. Déconcertant, fascinant, envoûtant, à couper le souffle, The Pirate’s Gospel (l’album) s’élève au dessus de la totalité des productions folk féminines entendues depuis Moon Pix de Cat Power en 1998. Rien de moins.

Tentons maintenant d’éclaircir ce miracle ! Tout d’abord, la caractéristique première de The Pirate’s Gospel réside dans son intemporalité. L’absence totale d’artifices dans l’interprétation – voire l’absence de production tout court –, l’imagerie vieillotte de la pochette font voler nos repères en éclats.

Et de chercher à savoir de prime abord qui est Alela Diane ? D’où vient-elle ? Vit-elle encore ? Serait-elle une alter ego folk de Bessie Smith ? Une jeune indienne absente du catalogue du label Folkways ? Ou encore une des ces folk girls sixties oubliées à ranger aux côtés de Linda Perhacs ou Sandy Denny ? Parmi ces supputations, une seule bouée à laquelle se raccrocher : cette galette ne peut qu’avoir été un éclair de génie sans lendemain chez son auteur.

Comment, dans le cas contraire, nos oreilles auraient-elles pu rester éloignées si longtemps d’un disque aussi précieux ? Difficile à croire, mais The Pirate’s Gospel a été réalisé en 2004 par une jeune californienne alors âgée de 19 ans. Autre élément inhérent à l’oeuvre : l’apparente simplicité des chansons.

Sur la forme, la musique d’Alela se présente comme une succession de démos acoustiques guitare-voix, agrémentées de quelques overdubs de piano ou de guitare électrique, de sifflements, de chœurs d’enfants … Dépouillement total assuré. Une écoute plus attentive révèlera des arpèges délicats ("Tired Fleet"), des successions d’accords vertigineuses ("Pigeon Song"), des mélodies à couper le souffle ("The Rifle")

… Comme chez Georges Brassens, il faudra du temps avant de percer toutes les richesses de l’accompagnement. Car comment ne pas être avant tout subjugué par la voix d’Alela, tant celle-ci règne en maître sur chaque titre. Etonnement, le timbre de la demoiselle ne possède rien de franchement original : entre Bianca de CocoRosie, Mira de White Magic et de l’inévitable Karen Dalton. Du genre à vous faire perler des larmes aux paupières à chacune de ses envolées. Les frissons en prime.

Petite écoute chronologique à présent. Comme déjà évoqué, quelques secondes de "Tires Feet" suffisent à comprendre qu’Alela Diane possède ce talent, cette personnalité la différenciant du commun des mortelles. "The Rifle" assène un coup supplémentaire.

En plage trois arrive la fameuse chanson éponyme, plus que jamais la plus affolante du lot. Une merveille absolue. En arrière plan, le banjo se fait envoûtant, le chant hanté, les chœurs angéliques … Le dossier de presse stipule que "trois joyaux s’enchaînent dès l’ouverture". Laissant implicitement entendre que la qualité décroîtrait par la suite ? FOUTAISE ! Aucune inflexion ne sera à mentionner au long de ce premier effort.

Quoiqu’elle tente, Alela Diane réussit tout ; une onde de génie traversant le disque de bout en bout. Pour preuve, "Something Gone Awry", sorte de récréation pavée d’éclats de rire n’usurpant en rien pas sa place sur la tracklist définitive. D’un titre à l’autre, l’auditeur se délecte sans atteindre la satiété : de la majestueuse "Clickity Clak" à la fascinante "Pieces Of String" en passant l’affolante "Pigeon Song" et son riff que Cat Power n’a pas eu le temps d’imaginer. L’œuvre d’un ange touché par la grâce.

A peine la bouleversante "Oh ! My Mama" terminée, deux titres cachés achèveront, s’il le fallait encore, de convertir les plus réticents. Enfin pour tenter de convaincre ceux que le folk rebute, n’oublions pas qu’il reste à la base une musique de l’âme, gorgée d’émotions et en ce sens à rapprocher du blues.

Tant lorsqu’il reste insipide ou prétentieux, celui-ci vire rapidement à l’ennui ou à l’indigeste. Mais dès lors qu’il lorsqu’il atteint un tel niveau, il peut devenir la plus envoûtante des musiques. Inutile de remonter à Dylan, Woody Guthrie ou autre Hank Williams pour s’en convaincre.

Jetons simplement un coup d’oreille aux toujours actifs David Eugene Edwards, Viking Moses, Will Oldham, Josh Pearson, Six Organs Of Admittance … Ou mieux encore : les voir sur scène défendre leurs chansons. Jouer leur vie, une guitare sèche autour du cou.

Alors oui, définitivement, Alela Diane appartient à cette race de songwriter de génie. Une nouvelle étoile vient de voir le jour. Un choc aussi puissant que l’émergence de Devendra en 2004. Qu’importe si la demoiselle ne donnait pas suite, resterait pour l’éternité ce joyau intemporel … Inutile de préciser qu’il constitue LE disque folk de l’année venant de s’écouler.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album To Be Still de Alela Diane
La chronique de l'album eponyme de Alela Diane & Wild Divine
La chronique de l'album About farewell de Alela Diane
La chronique de l'album Cold Moon de Alela Diane & Ryan Francesconi
Alela Diane en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Alela Diane en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Alela Diane en concert à L'Aéronef (1 avril 2009)
Alela Diane en concert au Festival Les Vieilles Charrues (vendredi)
Alela Diane en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #16 (jeudi 21 mars 2013)
L'interview de Alela Diane (5 mars 2011)
L'interview de Alela Diane (samedi 17 juin 2014)

En savoir plus :
Le site myspace d' Alela Diane


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=