Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Thomas Dutronc
Comme un manouche sans guitare  (ULM)  octobre 2007

La sortie du premier album dudit Dutronc n’a pas manqué de faire grand bruit dans le Landerneau musical.Pas de quoi s’en étonner, le risque était faible, en lançant un tel nom dans la mare, de se voir confronté à une indifférence générale.

Thomas Dutronc n’a pas cherché à se cacher derrière un pseudo, une initiale ou un autre nom comme avant lui M, les fils Souchon et Voulzy (Les Cherche-Midi). Non lui, à l’instar d’un David Hallyday (qui aurait peut être d’ailleurs mieux fait de se la jouer plus discret…) a préféré afficher d’emblée la couleur, ce dès la pochette de l’album plus convaincante encore que n’importe quel test de paternité positif.

En même temps, quand "fils de" vaut pour "de Jacques Dutronc" (et accessoirement de Françoise Hardy), le risque pris n’était pas trop élevé. Au vu de cette filiation flatteuse, on se serait même aventuré à parier, avant même d’ouvrir ce disque, sur un gage certain de qualité.

Alors qu’en est-il ? Le Dutronc nouveau sera-t-il lui aussi promis à une discrète, mais solide carrière ponctuée de tubes qui seront encore de la play-list de tous les karaokés de ces trente prochaines années ?

Bien qu’il puisse revendiquer sans contestation possible l’héritage vocal de son père (même nonchalance, même flegme affiché), rien n’est moins sûr. D’autant qu’il est aujourd’hui particulièrement difficile de parier sur la longévité des jeunes artistes français, tant ceux-ci sont légions à faire des apparitions (et disparitions) à la chaîne depuis quelques années.

Pourtant il serait trop facile de cataloguer Thomas Dutronc d’énième nouveau venu sur la jeune scène française. Car le gitan Thomas explore, voyage, ne tient pas en place et ne se limite surtout pas à un seul style. Non, ce Comme un manouche sans guitare est un joyeux patchwork des genres un peu inclassable.

Une chose ne fait néanmoins pas de doutes, le petiot a certainement été plus largement influencé par un Django que par un Delerm ou un Fersen (normal en même temps, il est plutôt de la génération de ces derniers). Et si le jazz manouche ne constitue pas l’unique tonalité de cet album, la guitare si typique du genre est néanmoins fort présente et confirme ce que l’on savait déjà du Dutronc junior avant même qu’il ne s’essaie à un micro : le garçon possède un talent rare au bout des doigts (il a notamment fait ses preuves auparavant au sein du Gispy Project).

Outre le jazz manouche, on trouve aussi sur cet album des titres résonnant du swing jazzy du Paris d’après-guerre, ("China boy" et "September song", hommages directs au maître Reinardht), des morceaux instrumentaux qui nous font voyager à l’est ("Veish no drom"), des rythmes bossa ("Nasdaq"), ou encore des balades telles "Viens dans mon île" qui rappelle un peu l’univers cotonneux du "Jardin d’hiver" d’Henri Salvador ou "Solitaire" , le doux duo entre pop et chanson avec Marie Modiano ("fille de" l’écrivain Patrick Modiano !).

Bien sûr on retiendra aussi et surtout de cet album le cynisme et l’humour de Thomas Dutronc (ce qui là encore n’est pas sans rappeler les qualités du papa). Ainsi de sa déclaration d’haine/amour à Paris ("J’aime plus Paris"), retour de bâton évident aux amours déclarés de son père pour la capitale de l’époque, ou du particulièrement immoral mais ô combien réaliste "NASDAQ", ou encore du loufoque "Les frites bordel", chanson a priori normale commençant telle une gentille parodie de "l’ été indien" de Joe Dassin, voix parlée et chœurs roucoulants à la clé, pour s’achever sans aucune suite logique en une véritable ode hurlée aux "bon gros steak/frites et aux graisses saturées !!!" .

Oh ouiiiiii Thomas, des frites !!!!!


 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album George Benson - Jamie Cullum & Eric Cantona - Madeleine Peyroux - Angélique Kidjo - Bebel G de Jazz Loves Disney 2 - A Kind of Magic
Thomas Dutronc en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Thomas Dutronc en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Thomas Dutronc en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche


SLB         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=