Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cream
BBC Sessions 

Considéré à juste titre comme un des groupes les plus mythiques des sixties, Cream a, tout au long de sa courte existence, considérablement influé sur la musique de son époque : "Fresh Cream", parfaite synthèse du blues boom anglais jouée par la crème des musiciens anglais ; "Disraeli Gears" ou la découverte du blues psychédélique et enfin le fameux double album de légende ("Wheels Of Fire", 1968) annonçant la révolution heavy metal en devenir (il convient de laisser de côté le piètre posthume "Goodbye").

Le problème (en plus de la rivalité entre Jack Bruce et Ginger Baker) de Cream – et certainement celui qui causa sa perte – était l’existence, en son sein, de deux groupes : un pour le studio qui composait de petits hymnes pop faisant mouche dans les hit-parades et un autre qui montait sur scène pour étirer ses titres dans d’interminables improvisations nécessitant pour être goûtées d’être dans le même état que les musiciens, à savoir complètement fracassé.

Vaguement poussé par des aspirations bassement mercantiles ou désireux de combler les fans avides de versions inédites, Polydor, reprend, cette année, la traditionnelle recette des performances à la BBC, déjà testée avec succès avec Hendrix, les Who, Beatles ou Led Zeppelin. Enregistrées en huit fois entre novembre 1966 et janvier 1968, ces sessions se concentrent logiquement sur le répertoire des deux premiers disques dans des versions du même format qu’en studio mais suffisamment différentes pour présenter un intérêt.

Un double album aurait rassemblé l’intégralité de ces enregistrements, mais le compilateur a choisi de n’en garder que le meilleur en ajoutant quelques extraits d’interviews mais en laissant de côté leur premier passage où le "Spoonful" de Willie Dixon avait été joué. Hormis le premier single "Wrapping Paper", le début du disque fourmille de reprises toutes plus croustillantes les unes que les autres figurant sur le premier album ("Rollin’ And Tumblin’ ", "Cat’s Squirrel" et "I’m So Glad") à l’exception de "Crossroads" de Robert Johnson dont la version n’atteint malheureusement pas celle de "Wheels Of Fire" (celle de "Traintime" étant tout bonnement incomparable car égale au cinquième de sa durée).

Après une deuxième bribe d’interview du sieur Clapton, l’auditeur assiste à un bombardement en règle de simples – "I Feel Free", "N.S.U." et "Strange Brew" – dans des versions beaucoup plus rêches qu’en studio, mais tout aussi jouissives.

Vient ensuite "Tales Of Brave Ulysses", le meilleur titre de Clapton avec Cream et "We’re Going Wrong", tous deux tirés du fabuleux "Disraeli Gears".

La fin du disque reste encore sur ce disque ("Take It Back", "SWALBR" et évidemment "Sunshine Of Your Love") en donnant les orientations du suivant ("Politician" et la relecture du "Born Under A Bad Sign" d’Albert King) démontrant au passage les incontournables talents des musiciens et surtout l’alchimie magique se dégageant de leurs prestations.

Le doute n’est décidément plus permis, Jack Bruce est probablement le plus grand bassiste rock de tous les temps, Ginger Baker et Eric Clapton étant les meilleurs batteur et guitariste du monde…. respectivement derrière Keith Moon et Jimi Hendrix… on s’en doutait.

C’est bien simple, tout bon fan de Cream qui se respecte devra acheter ce disque, incontestable tant sur le fond (la période bénite du groupe avant qu’il ne tombe dans la grandiloquence) que sur la forme (des versions tranchant radicalement avec les prises live déjà disponibles).

 

Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=