Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sébastien Tellier
Sexuality  (Record Makers)  février 2008

Après avoir abordé des sujets tels que la famille (L'incroyable vérité) ou encore la politique (Politic), Sebastien Tellier s'attaque aujourd'hui au sexe, à la sensualité et aux relations charnelles entre individus.

Assez étrange d'ailleurs que le grand barbu féru de pop exentrique ne se soit pas attaqué à ce sujet généralement tabou avant...

Et Sexuality, quatrième album indubitablement plus électronique du parisien sorti chez Record Makers (label de Air), concu en couple avec Guy-Manuel de Homem-Christo, moitié du duo Daft Punk, regorge de mélodies pop à la fois glacées et sucrées. Evolution vers un son plus digitale qui semble quasi-normale à en juger par sa participation à l'excellente BO du film "Steak" composé en trio avec deux autres producteurs francais réputés pour leurs sons aussi lourds qu'originaux (SebastiAn et Mr Oizo).

L'auteur de "La Ritournelle" nous livre ici onze chansons délicatement vintage, sorte de synth pop à la fois mélancolique et troublante, qui ensemble forment une épopée glamour et sexy baptisé Sexuality.

Tantôt en anglais, tantôt en francais, l'alternance du chant montre son attachement réciproque pour les deux langues et pour deux catégories d'artistes qui ont enrichi la pop. L'héritage français reste indéniable et bien souvent dominant: Gainsbourg n'est jamais bien loin, tout comme Christophe ou Polnareff pour leurs sens de la mélodie ("L'amour et la Violence").

L'influence de Jean Michel Jarre est tout aussi importante à en juger par le premier extrait de cet album, "Sexual Sportswear" et ses drapés de synthétiseurs surpuissants, tout en finesse.

Chaque morceau délivre des phéromones par dizaines, notamment à cause de ces petites basses synthés au son légèrement pop corn nés d'une rencontre avec Rico, qui a réalisé la totalité des basses des musiques de films érotiques de Marc Dorcel dans les années 80. Sexuality est donc un hommage au sexe à la fois de manière poétique et parfois brutale.

Le parisien nous avait habitué à la naissance d'un nouveau personnage à chaque album : on découvre ici un Sebastien Tellier qui va jusqu'à se mettre à nu, s'adressant directement à son psychologue sur "L'amour et la violence", morceau, se clôturant par un délire synthétique sans nom après avoir débuté par une partie piano intimiste, qui conclut ce Sexuality.

Chacune de ces chansons, très marqué par la présence de choeurs féminins, apporte une vision très intime de l'amour et de la sensualité, des fantasmes de l'artiste et de sa sensabilité: "Roche" parle de ses premiers émois amoureux lors de ses vacances d'été à Biarritz, "Une heure" parle des mélange des corps, "Fingers Of Steel" évoque son fantasme de faire l'amour avec un robot ou "Manty", par laquelle il rend hommage à l'Italie qu'il chérit.

Sexuality est donc un album très personnel, une mise à nu sensuelle du personnage que campe Sebastien Tellier, costard/cravate et lunettes noires.

Sebastien Tellier est le dernier d'une lignée de crooner francais mystérieux, distillant une pop progressive et réfléchie, qui se masque et brouille son identité au fil de chaque album, s'enfermant dans ce qu'il qualifie d' "une aventure intellectuelle".

Comme à chaque fois, Sebastien Tellier livre un album volontairement sophistiqué et conceptuel, sa facon à lui de rendre hommage à la sensualité. Il ajoute même que cet album est magique uniquement dans certaines conditions: être amoureux et l'écouter à la tombée de la nuit un verre de champagne à la main...

Décidemment aussi je men foutiste que Gainsbourg, Sebastien Tellier évolue bien loin des frontières du business et repousse petit à petit les limites imposées par le marketing. C'est un petit pas pour cet homme, mais un grand pas pour la pop music.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Politics de Sébastien Tellier
La chronique de l'album Sessions de Sébastien Tellier
La chronique de l'album My God Is Blue de Sébastien Tellier
La chronique de l'album Confection de Sébastien Tellier
La chronique de l'album L’Aventura de Sébastien Tellier
Sebastien Tellier en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2008
Sebastien Tellier en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Sebastien Tellier en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
Sebastien Tellier en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - jeudi 1er novembre
L'interview de Sébastien Tellier (avril 2006)

Sébastien Tellier sur Myspace


Clément T.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=