Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock 2008 Collection Hiver
Vic Chesnutt - Caribou - The Raveonettes - Le Loup - José González - Dirty Three - Pluramon & Julee Cruise - Yeasayer - MGMT  (Saint Malo)  22 et 23 février 2008

Pour cette troisième Route du Rock hiver, attendue par les amateurs de musique frustrés par le peu de concerts dans la saison froide, les organisateurs avaient décidé de concentrer le spectacle dans l'impeccable salle de l'Omnibus et de réserver le palais du centre ville aux concerts plus intimistes du dimanche.

Réduction de coûts mais aussi excellente idée pour centraliser l'animation et attirer les spectateurs. Mission réussie d'autant plus que la programmation, très internationale, était, encore plus cette année, d'une rare qualité et nous fait espérer que malgré les déconvenues financières de la structure organisatrice, nous pourrons encore voir beaucoup d'autres éditions été comme hiver.

Tout commence le vendredi par les américains de Yeasayer avec une pop fort originale où les multiples voix se mélangent aux guitares, où les looks des différents musiciens se détachent dans la relative pénombre du plateau. Tout le monde ne parle plus que d'Animal Collective pour situer le groupe qui laissera une grosse impression et entamera avec succès la soirée dans un Omnibus déjà bien rempli.

Deuxième concert et premier gros coup de coeur avec les trois gaillards des Dirty Three. 3 virtuoses habités sur de très longs morceaux instrumentaux tantôt post-rock tantôt jazz mais toujours experimentaux avec de gros morceaux de Velvet dedans. Warren Ellis, ex-Bad Seeds, profite des pauses pour raconter de petites histoires au public, dans un très bon français et explique joyeusement ses chansons avant de repartir dans des délires où le violon, la batterie et la guitare se rencontrent, se parlent et se déchirent.

Difficile d'arriver avec sa guitare sèche après un tel tremblement de terre. Pourtant José Gonzalès enchaîne sans trembler et propose au public bien réchauffé ses folksongs, seul sur le grand plateau de l'Omnibus. Point de formation live comme annoncé dans le programme, juste un chanteur et sa guitare pour d'excellents titres qui reposeront l'assemblée. Il terminera même par quelques reprises dont une étonnante version du "Love Will Tear Us Apart" de Joy Division.

Du shoegazing à la Route du Rock ? c'est devenu une tradition, tous les ans, en attendant la reformation des maîtres du genre que l'on rêverait de voir cet été au Fort de Saint-Père. Quand ce ne sont pas les DJ qui retracent l'histoire de ce mouvement en diffusant du Slowdive ou Ride entre les concerts, ce sont quelques rares groupes qui font revivre le style et que les organisateurs ne manquent pas d'inviter.

Seulement ce soir, point de pop bruyante ou de rock experimental, c'est du vrai et du pur. De la guitare saturée à l'envi et la voix unique d'une Julee Cruise surexcitée. Certains spectateurs en profiteront pour quitter la salle mais les amateurs apprécieront le déferlement de sons de Pluramon. Quasiment dans le noir, simplement coupé par un agaçant stroboscope, les deux guitaristes font de leur mieux pour remplir la salle de distortion et d'effets tandis que la voix de Julee Cruise se glisse dans cet ouragan. Une musique difficile mais ô combien intéressante et rare pour les amateurs.

Surprenant choix que de mettre la tête d'affiche en fin de soirée. Surprenant mais judicieux puisqu'il permet à tous les amateurs de profiter des groupes moins connus et surtout de rester jusqu'au bout. Les Raveonettes arrivent donc devant le public à presque 2 heures du matin et proposent, tout en simplicité, leurs excellents morceaux, bigrement efficaces. Pas de temps mort, juste un concert qui file, qui file et laisse un très agréable goût comme lors de leur passage en été. Un groupe discret mais très attachant.

Deuxième journée du festival avec une affiche aussi intéressante que la veille et toujours aussi originale.

Le Loup entame les hostilités. Le projet de Sam Simkoff se retrouve sur cette scène de l'Omnibus en formation complète avec trois guitares, du banjo et une belle section rythmique. Ajoutons à cela un choeur provenant de presque tous les musiciens et on obtient de longs morceaux épiques parfois calmes parfois déchainés et où les voix se mélangent aux guitares saturés pour un epoustouflant démarrage de la soirée.

Distortion toujours avec Vic Chesnutt qui s'installe très simplement sur le plateau entouré de son groupe de luxe ('the best fucking band in the world' dira-t-il) composé du Silver Mount Zion et de Guy Picciotto de Fugazi. Le passage du folk singer chez Constellation lui ayant donc permis de s'adjoindre les services de ce groupe pour son très beau dernier album North Star Deserter, profitons en et découvrons la voix éraillée de l'étonnant personnage associée aux envolées à cordes du groupe canadien. Sans surprise le spectacle est exceptionnel, maelstrom de guitares, de violons pour soutenir Vic, armé d'une simple guitare accoustique et d'une voix hors du commun. Un rappel, semble-t-il inattendu, nous permet même d'avoir un final majestueux avec Jessica Moss au chant.

Après cet ouragan, place à la seule déception de cette édition, MGMT. Encore un groupe à plusieurs voix, plusieurs guitares, encore un groupe sur lequel le tampon Animal Collective aura sa place, mais sans l'originalité de leurs prédécesseurs. Ca remue, ca bouge mais rien d'aussi percutant ou intéressant que tous les groupes qui ont pu se succèder sur la scène de l'Omnibus sur ces deux jours.

Ils étaient attendus avec impatience les Caribou et c'est dans un line-up particulier qu'ils arrivent au son de "Melody Day", un peu rabaché comme jingle de la météo de canal +, mais intéressant à voir en live. Dan Snaith, le maître de cérémonie n'a de cesse de changer d'instrument, proposant un étonnant duo de batteries entre deux parties de flutiau ou de guitares.

Le spectacle est impressionant et même si certaines chansons s'éloignent de la version cd, on ne saurait trop conseiller d'aller les voir en concert (et d'écouter Andorra).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Silver Lake de Vic Chesnutt
La chronique de l'album North Star Deserter de Vic Chesnutt
La chronique de l'album At the Cut de Vic Chesnutt
La chronique de l'album Swim de Caribou
Caribou en concert au Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
Caribou en concert au Festival Radar 2010 (6ème édition)
Caribou en concert au Festival La Route du Rock #24 (jeudi 14 août 2014)
La chronique de l'album Whip it on de the Raveonettes
La chronique de l'album Pretty in black de The Raveonettes
La chronique de l'album Raven In The Grave de The Raveonettes
The Raveonettes en concert au Festival International de Benicassim 2005 (samedi)
The Raveonettes en concert au Festival La Route du Rock 2005 (samedi)
The Raveonettes en concert à La Maroquinerie (20 septembre 2007)
The Raveonettes en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
L'interview de The Raveonettes (13 août 2005)
La chronique de l'album She has no string Buffalo de Dirty Three
Dirty Three en concert au Festival Primavera Sound 2007 (jeudi)
Yeasayer en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
La chronique de l'album Oracular Spectacular de MGMT
La chronique de l'album Congratulations de MGMT
Une 2ème chronique de l'album Congratulations de MGMT
La chronique de l'album eponyme de MGMT
MGMT en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
MGMT en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
MGMT en concert au Festival Rock en Seine 2009 (dimanche 30 août 2009)
MGMT en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Vendredi 6 juillet

crédits photos : Fred (plus de photos sur Tasteofindie)


Fred         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=