Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Shades
Le meurtre de Vénus  (Tricatel)  mars 2008

Prenez un ouragan, faites vrombir le tonnerre, laissez sécher les victimes et ramassez les corps. Regarder la scène rock parisienne quatre ans après son explosion et faire le bilan, à l’heure de la sortie des premiers albums. Les Shades, signés chez Tricatel pour leur premier album, ressemblent à des miraculés. L’orage (médiatique) est passé, et les cinq fringuants publient un meurtre bien honorable.

Mais autant le dire d’emblée, Le meurtre de Vénus ne satisfera pas toutes les bourses. Il y aura, comme au temps des mods, des punks, des hippies… il y aura des détracteurs, des fans et des groupies. Des dissidences. Car les Shades, d’une part, sont le premier album véritablement rock du label Tricatel. Et puis, comme je le soulignais plus haut, Vénus est attendue au tournant. Dernière sortie de la vague des « twenty something » parisiens. Et la musique alors hein ?

Au croisement de plusieurs sentiers. Chantiers même ! Pop, rock, variété (au sens où Tricatel l’a toujours entendu, avec noblesse et retenu) qui d’entrée affiche la carte : Guitares, synthés et voix sous filtre. Un regard moderne qui enterre bien profond la vision France con-con pratiqué par les déjà ancêtres du rock parisien (je ne les citerai même pas tiens). Une vision blanche, stoned immaculate aurait dit l’autre. "De Marbre ", troisième piste, et un mur de guitare soft entourent les claviers d’Hugo, les paroles de Benjamin Kerber marquent un grand pas dans, toujours à moitié mystique, à moitié réelle. Un bel effort.

Alors les Shades… Des enfants prodiges ? La chanson éponyme n’apporte pas la réponse, et la voix de Kerber, si elle peut se révéler agaçante à la longue pour le trentenaire habitué au chant monocorde, n’en reste pas moins passionnée.

Et c’est "Orage mécanique" qui enfonce le clou. Oui, c’est un premier album honnête. Qui retranscrira mal (forcément) la folie des concerts, l’apoplexie des premiers rangs. And so what ? Puisqu’il faut bien commencer quelque part, et qu’à choisir les Shades ont fait le bon choix : Jouer la longueur, refuser aux majors, et puis tant qu’à faire, autant se faire plaisir et se défaire des … machinations. L’un des meilleurs titres, loin devant "Le prix à payer". Trop entendue, déjà obsolète. "Machination", un regard kleenex bye bye à la jeunesse perdue.

C’est paradoxalement les titres les plus langoureux qui raviront l’auditeur novice. "La détente", justement, est l’un d’entre eux. Des odes aux relations sexuelles underage, lentes et chaudes, pour les kids qui ont encore des rêves. Et alors que tout le monde se réclame de Burgalat (Patron de Tricatel, NDR), les Shades parviennent à trouver leur autonomie face à papa. Car passé un certain âge, il faut bien prendre son envol. Il faudra plusieurs écoutes pour comprendre toutes les astuces de production, tout ce gai-savoir que Burgalat (producteur de l’album) a su ici dissimuler derrière les guitares, sans trop en faire sur les sonorités.

Le meurtre de Vénus… A la question "Ce premier album est-il génial ?", la réponse semble être non. L’exigence semble parfois pousser à des envies inatteignables dont tout le monde attend des miracles au premier riff . Mais les Shades, inévitablement, sont l’avenir du rock français. Une capacité de songwriting étonnante. Quelques compositions sévèrement burnées….

"J’ai vu la lumière" crie Benjamin sur le prix à payer… Effectivement. Cet album vaut quelque chose, et la monnaie est plus qu’honnête.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Une 2ème chronique de l'album Le meurtre de Vénus des Shades
Les Shades en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Les Shades en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
La chronique de l'album Portrait robot de Bertrand Burgalat
La chronique de l'album Les choses qu'on ne peut dire à personne de Bertrand Burgalat
Bertrand Burgalat en concert à l'Elysée Montmartre (Soirée Tricatel) (7 décembre 2005)
L'interview de Bertrand Burgalat (juin 2005)
La chronique de l'album Va chercher la police de AS Dragon
AS Dragon en concert au Festival Schmoul 2004
AS Dragon en concert au Festival RocknSolex 2004
AS Dragon en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
AS Dragon en concert au Festival Festa Dies 2004
AS Dragon en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
AS Dragon en concert au Festival Au Pont du Rock 2005
L'interview de AS Dragon ( mars 2004)
L'interview de AS Dragon (19 mai 2005)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Les Shades (3 mars 2008)


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=