Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival des Inrockuptibles Nokia 2003
An Pierlé, Playground, Venus  (Paris)  23 octobre 2003

C'est la fin de la saison pour la tournée Inrockuptibles / Nokia qui a fait venir près de chez vous les groupes que vous aviez envie de voir (ou presque). Une initiative certes commerciale mais qui a eu pour résultat un peu plus de musique dans nos oreilles et pas seulement à Paris.

La tournée 2003 se termine donc et c'est à grand renfort de T shirts célébrant celle-ci que nous sommes accueillis à l'Elysée Montmartre qui mettra un peu de temps à se remplir mais qui offrira à An Pierlé et à Venus une salle comble (mais quand même un peu tiède).

Au programme ce soir, Playground, An Pierlé et Venus.

Commençons donc par Playground, premiers à débarquer sur scène. Et quand je dis "débarquer" je pèse mes mots, c'est vraiment l'artillerie lourde pour ce set de 30 minutes de musique médiocre et beaucoup trop forte.

Ce groupe semble largement privilégier l'attitude à la musique et malheureusement ça se voit beaucoup trop. Poitrine en avant dans son tshirt "Gilbert et George" le chanteur se prend pour Mick Jagger et déambule sur la scène en essayant de se faire entendre par dessus le boucan terrible de la musique, d'autant plus désagréable que le son n'est pas très bon et encore moins intéressant. Même les morceaux acoustiques ne sont pas au point. Tellement pas que, après une vaine tentative de faire fonctionner la guitare sèche, le groupe décide que finalement ils feront la chanson en électrique!

Ne nous attardons pas plus, on ne tire pas sur une ambulance chargée de blessés. Courte pause avant de passer à ce que l'on prend au début pour un amuse bouche avant Vénus et qui on le verra plus tard sera belle et bien LE concert qu'il ne fallait pas manquer.

An Pierlé arrive enfin sur scène, souriante dans sa petite robe d'été accompagnée de son groupe (basse, guitare, batterie). A peine le temps de saluer le public et la voilà installée derrière son piano. Non pas comme tout le monde assise gentiment sur un traditionnel tabouret académique recouvert d'un beau velours rouge mais sur un gros ballon translucide. Idée originale et du jamais vu pour ce qui me concerne qui nous emmène bien loin du pianiste très statique et du concert emmerdant sauf si ledit pianiste joue debout comme le disait si bien (!) France Gall (d'ailleurs An Pierlé jouera aussi debout, comme quoi ...).

Assise sur un ballon donc, An Pierlé n'aura de cesse d'aller de droite et de gauche, d'avant, d'arrière et accessoirement de haut en bas puisque le ballon a la faculté de rebondir sous les impulsions fessières de la dame. Et si elle est tout à fait capable de jouer du piano debout elle sait aussi jouer du piano à bretelles (plus connu sous le nom d'accordéon) et nous donnera l'occasion à 2 reprises de le constater de visu.

Il serait assez difficile de définir précisément la musique de An Pierlé, parfois très folk-rock, comparable à une Tori Amos ou une Heather Nova, parfois totalement barrée et déconnante, qui prend toute sa dimension en live. On sent que la scène ne lui fait pas peur et que le plaisir de jouer est aussi fort que celui que nous avons à les écouter et les voir.

Car pour An Pierlé il est bien question de jouer sur scène, ainsi elle est très bavarde entre les morceaux et a toujours un bon mot à dire, assorti d'un accent belge à couper à la tronçonneuse ("on ne se met jamais tout nu en concert, c'est marrant, allez enlevez tous vos vêtements"... m'enfin quand même !). Elle essaie même de faire chanter le public, tel un choeur géant en nous apprenant à faire "whouhouhou" en se déhanchant ... et elle réussit à faire monter un couple sur la scène pour danser un slow pendant qu'elle chante.

Bonne ambiance, certe mais surtout excellent concert d'un groupe qui fait vraiment des efforts pour son public. Concert qui se terminera par une reprise "spécialement pour vous les parisiens" de Jacques Dutronc, "Il est 5 heures", dans une version très rock'n'roll accompagnée d'un accordéon en furie.

Nous aurions aimé un rappel ... Nous aurons seulement droit au concert de Venus.

Car vous l'aurez compris, en un mot comme "émile", le concert de Vénus fut dé-ce-vant (oui je sais ça fait trois mots mais enlevez les tirets pour voir...).

Pourtant j'en gardais un excellent souvenir des concerts de Vénus, notamment celui de la Cigale il y a presque 4 ans déjà. Epoque bénie où le groupe s'amusait sur scène, faisait le spectacle et reprenait en rappel "le port d'Amsterdam" de Brel en anglais.

Ce soir là, si la reprise est toujours au programme du rappel, comme une vieille habitude que l'on ne songe même plus à supprimer, elle a beaucoup moins de charme que jadis et le spectacle sur scène est bien fini. Les Vénus restent plantés derrière leur micro comme posés là attendant qu'on vienne les rechercher. Le "est ce que ça va ? je vous entend pas, est ce que ça va" ne jette même pas assez de poudre aux yeux pour feindre l'enthousiasme, ni de la part du groupe, ni, juste retour, de la part d'un public que l'on sent déçu.

Pourtant on ne peut pas reprocher à Vénus de mal jouer leurs morceaux. Tout est en place, batterie, contrebasse, guitare, chant, violon et même en renfort 2 demoiselles venues tater du clavier. Mais ce qui leur manquait ce soir là, c'était le génie, ce petit éclair qui illumine un morceau tout juste moyen pour en faire un quasi chef d'oeuvre en live. A trop vouloir s'appliquer, Vénus s'est planté et à vouloir en garder sous le pied ils n'ont jamais vraiment ouvert les vannes pour se libérer complètement.

Un concert que le groupe n'a même pas pris le risque d'entamer sur un de leur titre mais sur une reprise de Johnny Cash, bel hommage à ce génie récemment décédé mais qui n'aurait rien perdu à être joué en final, au lieu de se lancer sur un de leur morceau phare qui est souvent déterminant pour la suite. Cela étant, Loopkin m'a confirmé que leur prestation au début de l'été au Café de la danse fût peu ou prou du même acabit.

N'insistons donc pas et comme beaucoup de spectateurs ce soir là, allons prendre notre métro un peu plus tôt que prévu.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de An Pierlé & White Velvet
La chronique de l'album Hinterland de An Pierlé & White Velvet
La chronique de l'album Strange Days de An Pierlé
La chronique de l'album Strange Ways de An Pierlé
La chronique de l'album Arches de An Pierlé
La chronique de l'album Cluster de An Pierlé
An Pierlé en concert au Festival Les femmes s'en mêlent 2006
An Pierlé en concert au Festival de Dour 2006 (samedi)
L'interview de An Pierlé (septembre 2003)
L'interview de An Pierlé (lundi 5 septembre 2016)
La chronique de l'album Playground de Matthieu Marthouret Organ Quartet
La chronique de l'album A single room de Venus del Rocco
La chronique de l'album Le meurtre de Vénus des Shades
Une 2ème chronique de l'album Le meurtre de Vénus des Shades
La chronique de l'album Venus Gets Even de Nadéah
La chronique de l'album Venus Parade & More Songs Beyond Love de A Singer Must Die
Venus en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Venus en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Venus en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Venus en concert au Festival International de Benicàssim #18 (samedi 14 juillet 2012)
Venus en concert à Pzzle Festival #3 (édition 2017)
L'interview de Vénus (octobre 2003)

En savoir plus :
Le site officiel d'An Pierlé
Le Soundcloud d'An Pierlé
Le Myspace d'An Pierlé
Le Facebook d'An Pierlé


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=