Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Phoebe Killdeer
Interview  (Paris)  13 mars 2008

Camille depuis longtemps émancipé du projet Nouvelle Vague auquel elle avait prêté sa voix, on n'attendait pas forcément qu'une autre voix du projet de Marc Collin pointe le bout de ses cordes vocales sur un album aussi étonnant et intéressant que ce Weather's Coming, sorte de mélange entre la noirceur de Tom Waits et la douceur de Bjork.

Entretien trop rapide avec Phoebe Killdeer, auteure de ce bel album, pour parler de l'après Nouvelle Vague et de ce nouveau départ vers une carrière solo prometteuse.

On te connait de Nouvelle Vague essentiellement. Tu as fais des choses avant ?

Phoebe Killdeer : J'avais commencé par le hip hop, à écrire des textes surtout. Je viens de loin pour arriver là où j'en suis aujourd'hui. C'était il y a 10 ans. J'ai découvert le hip hop au Zimbabwe, j'étais partie faire une année bénévole. Je n'en avais jamais vraiment écouté et j'ai découvert ce monde en écoutant la radio là-bas. J'ai commencé à écrire des textes.

Après, je suis rentrée à Londres où j'habitais. Je sortais donc à des jam sessions, des open mic sessions. Là, j'ai rencontré des producteurs, j'ai travaillé avec eux. Petit à petit, des notes commençaient à venir. J'ai travaillé avec différents styles de musiques, à chercher le son que je voulais. J'ai fini par le trouver avec Marc Collin. Il était très ouvert et d'accord avec mes idées.

Nouvelle Vague s'intercale à quel moment, en fait ?

Phoebe Killdeer : Nouvelle Vague, très important ! Magnifique projet de Monsieur Marc Collin (ndlr : Marc Collin passe à côté de nous à ce moment là)! (Rires) En fait, mon manager avait envoyé ma démo à Marc Collin qui cherchait des chanteuses.

Je suis venue à Paris, j'ai enregistré l'album et après, on a fait la tournée. Deux ans après, il m'a dit qu'il avait beaucoup aimé la maquette, les morceaux que j'avais envoyés à l'époque et m'a proposé d'essayer de les développer.

Et c'était ces morceaux là déjà à l'époque, ceux de Weather's Coming ?

Phoebe Killdeer : Oui, il y a de vieux morceaux, il y en a des nouveaux.

Quand tu dis vieux, la période hip hop est complètement gommée là-dessus.

Phoebe Killdeer : Oui, il y a juste des morceaux qui sont vieux de 5 ans.

Nouvelle Vague t'a permis d'arriver à Paris, avec Marc. Evidemment, c'est totalement différent. Avec Nouvelle Vague, on avait quelque chose plus bossa, plus le style mais une influence très anglo-saxonne. Là, on est plus de l'autre côté de l'Atlantique. Tu te retrouves dans les deux ou ça, c'est vraiment beaucoup plus personnel finalement ? Sur MySpace, c'est marqué Australie. Tu es australienne en fait ?

Phoebe Killdeer : En fait, mes parents sont australiens et j'ai la nationalité australienne. J'ai vécu en Angleterre et un petit peu en France aussi. Je ne me sens absolument pas australienne, française ou anglaise. Je me sens un peu le mélange des trois.

C'est presque une compilation de ton travail précédent.

Phoebe Killdeer : C'est un peu un résumé de ce qui s'est passé jusqu'à présent, avec un son qui est très proche de ce que je voulais. J'avais eu l'opportunité de sortir un album il y a 5 ans, cela n'allait pas, même dans ma façon d'interpréter les choses. J'avais l'impression d'être quelque chose d'autre, cela ne venait pas du cœur ou d'un cri.

Dans Nouvelle Vague, tu n'avais pas l'impression d'être quelque chose d'autre aussi ?

Phoebe Killdeer : C'était plutôt une interprétation. Quand tu prends part à un projet de quelqu'un d'autre, cela peut être assez flexible. Je trouve que c'est magnifique parce que tu peux être très libre.

Tu as écrit les textes et les musiques ?

Phoebe Killdeer : En fait, j'ai fait des maquettes, on peut appeler cela comme ça, parce que je ne joue pas de guitare ou de piano ou d'autres instruments. J'ai posé le squelette d'un morceau, la mélodie, tous les mots. Je passe des heures à trouver les sons que je veux. Ce sont des notes, pas des accords.

Après Cédric arrive au studio, il joue les accords et amène vraiment beaucoup de lui. Je lui demande d'une certaine manière de composer, d'arriver avec ses idées.

Je suis très têtue en studio, avec les musiciens. En même temps, sans eux, l'album n'existe pas. Moi j'ai le chant, la mélodie, les idées. Je dirige l'orchestre.

J'ai vu aussi par liens interposés l'existence d'un groupe qui s'appelle True Stories. C'est toi sous un autre nom ?

Phoebe Killdeer : Oui, c'est un autre projet. C'est un projet électronique que j'ai depuis 5 ans, qui a été mis un peu sur pause. J'ai travaillé avec Nick Phillips et cela prenait du temps à se finaliser. Là, c'est 50-50.

On fait tous les deux un peu de tout. C'est quelque chose de très spécial, de très différent. J'ai toujours été quelqu'un dirigé vers la musique acoustique. Il m'a vu faire un show à Londres et il m'a demandé de travailler avec lui sur des chansons. C'est quelque chose de complètement différent encore et ça sortira plus tard.

Il y a un gros travail de production aussi qui est complètement différent de ce que peut proposer Marc Collin sur d'autres projets. C'est parce que tu avais aussi des idées très arrêtées ?

Phoebe Killdeer : On était tous les jours ensemble à le faire. Je voulais être là. Pour le mixage, je suis allée à San Francisco avec Oz Fritz. J'étais là à côté de lui. Pour moi, c'est le rêve, j'étais toujours là à dire ce que je voulais. J'avais une idée assez précise, envie de pousser les gens plus loin qu'ils pensaient pouvoir aller. Je voulais que les gens qui viennent travailler se donnent à 200%. Je crois qu'ils en sont assez contents.

Tu chantes en anglais. Evidemment, il y a des grosses influences américaines, je pense à Tom Waits que l'on retrouve sur beaucoup de morceaux. C'est quelque chose que tu revendiques ?

Phoebe Killdeer : C'est un artiste que j'écoute beaucoup, depuis l'âge de 8 ans. Quand tu es jeune; tu écoutes quelque chose, tu t'y accroches. Je suis partie, j'ai voyagé et je suis revenue aux origines. C'est comme si c'était chez moi, en fait. Obligatoirement, cela doit ressortir quelque part.

Le fait que ce soit étalé sur 5 années, on sent quand même des ambiances différentes, très jazz presque à la Madeleine Peyroux, avec une ambiance très club, et puis quelque chose de plus rock. "Never tell a lie" est quelque chose d'un peu plus différent, "Paranoïa" aussi. Deux titres presque à part par rapport à tout le reste. Cela ne t'a pas embêté au départ de faire des choses vraiment qui tranchent ?

Phoebe Killdeer : Je voulais essayer d'avoir différentes choses. Une chose que je ne voulais pas, c'est la sensation d'avoir entendu tout l'album, quand tu as écouté les trois premiers morceaux. Cela me frustre à mort. Cela peut être un projet de décrire une ambiance mais ce n'était pas ce que je voulais.

C'était plutôt d'essayer d'avoir comme quand tu vas voir un bon film ou une bonne pièce de théâtre ou un spectacle de danse et que tu traverses des émotions différentes. Cela te faire rire, puis tu pleures et à la fin, tu te sens soulager parce que tu as lâché beaucoup de choses et cela t'a vidée. Après tu peux repartir et te re-remplir. Paris Texas me fait ça, il y a des moments beaux, des moments tristes, des moments durs.

C'est ce que j'essayais de faire, c'est juste un début.

C'est ce que l'on ressent. C'est varié et il y a quand même une unité et des choses surprenantes. Dans "Somebody", on pourrait croire qu'il y a juste une voix qui termine l'album mais en fait non, il y a aussi des bruits.

Phoebe Killdeer : Complètement, on les a même rajoutés. Je me rappelle, on a passé longtemps avec Oz Fritz à trouver la bonne ambiance. Le bruit que l'on entend, c'est dans le Sacré Cœur. Lui voyage beaucoup et avait amené une valise remplie de cassettes de sons qu'il avait enregistrés. Il en avait sorti une, c'était un endroit un peu comme une église, où il y avait un peu d'écho.

Comment tu penses que les gens ressentent cet album par rapport à ta carrière précédente ? Le rapprochement avec Nouvelle Vague va plutôt t'aider à ton avis ?

Phoebe Killdeer : Je crois que les gens qui m'ont vu sur scène avec Nouvelle Vague vont faire le lien. Contrairement à l'album de Nouvelle Vague, je suis beaucoup plus dramatique et je ressemble beaucoup plus à cela.

J'ai la place de m'exprimer tandis que sur l'album Nouvelle Vague, Marc a utilisé le grain de ma voix et c'est lui qui a dirigé l'interprétation. Mais sur scène, il n'a pas le contrôle. (Rires) Je ne pense pas qu'il le veuille de toute manière.

Le live devrait être quelque chose de très différent. Pour moi, c'est un plaisir de jouer ces morceaux. Il y a un an qu'ils ont été enregistrés. J'ai l'impression d'avoir un peu évolué et que les morceaux ont eu une vie et ont grandi.

Depuis un an, tu attends que l'album sorte ou tu continues à travailler ?

Phoebe Killdeer : Je crée continuellement. Bien sûr, les idées viennent. Surtout que l'album fait 34 minutes et l'on doit faire des shows d'1 heure 1/4. Il faut venir voir le show live.(Rires)

La longueur de l'album est assez étonnante parce que c'est une musique dans laquelle il faut rentrer. En fait, c'est un album punk à la limite, c'est une volonté de ne pas bavarder sur un morceau ?

Phoebe Killdeer : J'aime bien les albums courts.

Les ambiances ne sont pas forcément très festives dessus, c'est aussi une volonté de donner une coloration particulière à l'album ou parce que c'était ton inspiration du moment ? Ce n'est pas désespéré non plus mais c'est assez noir quand même, un peu comme Tom Waits d'ailleurs.

Phoebe Killdeer : Pour moi, c'est moitié moitié plutôt et j'y ai même caché de l'ironie.

Si tu avais un ami, ton meilleur ami sans doute, qui partait à l'autre bout du monde, et que tu devais lui donné un album de ta discothèque, tu donnerais lequel pour qu'il pense à toi ?

Phoebe Killdeer : Le soundtrack de Paris-Texas.

Retrouvez Phoebe Killdeer
and the Short Straws
en Froggy's Session pour 2 titres
acoustiques en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bande à part de Nouvelle Vague
La chronique de l'album 3 de Nouvelle Vague
La chronique de l'album Couleurs sur Paris de Nouvelle Vague
La chronique de l'album I could be happy de Nouvelle Vague
Nouvelle Vague en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Nouvelle Vague en concert au Grand Rex (25 avril 2007)
Nouvelle Vague en concert au Fil (17 octobre 2008)
Nouvelle Vague en concert à Aéronef (samedi 12 février 2011)
La chronique de l'album Weather's coming de Phoebe Killdeer and the Short Straws
Phoebe Killdeer en concert au Nouveau Casino (26 mars 2008)
Phoebe Killdeer en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Phoebe Killdeer en concert au Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)
Phoebe Killdeer en concert au Fil (vendredi 10 février 2012)
Phoebe Killdeer en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Phobe Killdeer
Phoebe Killdeer sur Myspace

Crédits photos : Laurent Hini (plus de photos sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Phoebe Killdeer and the Short Straws (13 mars 2008)


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=