Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Phoebe Killdeer - Red
Nouveau Casino  (Paris)  26 mars 2008

Le nouveau casino a mis ses habits rouges ce soir et lorsqu'on rentre dans la salle ce mercredi soir, il règne une drôle d'atmosphère avec ces lumières rouges qui flottent tout autour de nous. Aux platines, installées pour l'occasion à la porte des loges, Phoebe Killdeer et ses musiciens se relaient pour nous passer quelques nuggets bien choisis. On est bien, un peu comme chez soi finalement en dehors du fait qu'on ne mettrait jamais autant de cette affreuse lumière rouge chez soi, bref.

Et puis arrive l'heure de la première partie dans une salle assez bien remplie déjà, ce qui laisse présager une soirée plutôt réussie.

Red entre donc en scène, seul. Ce français qui visite le blues et la musique américaine au fil de ses albums et de ses collaborations (Thomas Belhom, Laetitia Shériff ...) branche sa clé usb / lecteur mp3 et accompagné de cet orchestre aussi virtuel que facétieux tentera de secouer un peu le public. Mais, malgré le jeu de lumières remarquables mettant vraiment le musicien en scène, malgré ses gesticulations et sa rock attitude sincère, la sauce aura du mal à prendre et la distance avec le public bien difficile à combler. On attendait peut-être trop, ce qui n'empêchera pas, au contraire de replonger dans sa discographie.

Qu'à cela ne tienne, tant pis pour le bonus, il reste à espérer que Phoebe Killdeer et son groupe, The Short Straws, tiendront les promesses faites ça et là, concernant leur puissance de feu sur scène.

Sans suspens aucun, la réponse est oui. Sur scène, les compositions de l'album déjà remarquables prennent une toute autre dimension. Les trois musiciens qui entourent Phoebe sont d'ailleurs pour beaucoup dans la qualité du set. Batterie, basse et guitares, sont maniées non seulement avec inspiration et dextérité mais également avec une énergie et une présence scénique impressionnante.

Les déhanchements du guitariste n'ayant d'égal que l'attitude de méchant du bassiste derrière ses lunettes noires, dont la prestation au triangle montre que si le groupe prend le concert très au sérieux, il n'en est pas moins exempt d'humour.

De l'humour et de l'énergie, ce n'est pas non plus ce qui manque à Phoebe Killdeer. Son arrivée presque timide sur scène laisse vite place à une chanteuse très à l'aise et au charisme rare qui, ajouté à l'énergie déployée sans compter, n'est pas sans rappeler les performances scéniques d'un autre australien en la personne de Nick Cave.

Toujours un instrument un peu exotique à la main (percussions en tout genre), Phoebe alterne les titres de son album Weather's Coming avec des chansons encore inédites. Comme elle le souligne avec humour, avec un seul album de 34 minutes à son actif, il fallait trouver une solution pour faire une heure de show : soit chanter moins vite, soit proposer d'autres compositions. Elle a donc fait le second choix, et heureusement pour nous, ces chansons ne sont pas que du remplissage mais sont largement à la hauteur de celles contenues sur l'album.

Quelques blagues avec le public, de petites mises en scène amusantes (notamment sur le très charmant "Light that Match" sur lequel elle s'amuse avec des allumettes et improvise un peu lorsqu'elles s'éteignent trop tôt).

Tube de l'album, "Paranoia" lancera définitivement le concert en arrivant très tôt dans la setlist. Nos craintes que le concert ne retombe en puissance ensuite se dissipent très vite après "Jack", "Looking for a Man" ou encore "How far" tout aussi remarquables.

Allant crescendo, le concert atteindra des sommets d'intensité sur "Never tell a lie", titre nerveux et froid sur le disque qui prend en live toute sa puissance rock. Le groupe déchainé reviendra néanmoins pour un ultime rappel avant de quitter définitivement la scène. Concert trop court malgré la rallonge de titres promise mais un concert intense et électrisant à la joie communicative en plus d'une musique puissante et diablement rock'n'roll !

Phoebe Killdeer and the Short Straws sont définitivement à voir sur scène. Ne vous privez donc pas de leur passage dans votre ville, notamment à l'occasion du Printemps de Bourges et du Festival Les Femmes s'en Mêlent !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Weather's coming de Phoebe Killdeer and the Short Straws
Phoebe Killdeer en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Phoebe Killdeer en concert au Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)
Phoebe Killdeer en concert au Fil (vendredi 10 février 2012)
Phoebe Killdeer en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)
L'interview de Phoebe Killdeer (13 mars 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Phobe Killdeer
Phoebe Killdeer sur Myspace

Crédits Photos : Laurent Hini (Plus de photos sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Phoebe Killdeer and the Short Straws (13 mars 2008)


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=