Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tunng
Interview  (Paris)  28 mars 2008

Phénomène folktronica, le sextuor d’outre-manche Tunng est une nouvelle fois de passage à Paris pour un concert privé organisé par une célèbre marque de téléphonie mobile.

L’occasion idéale d’échanger quelques mots pour mieux comprendre comment le collectif fonctionne.

Rencontre avec Sam Genders, Mike Lindsay, les 2 membres fondateurs, et Becky Jacobs leur chanteuse.

Vous voilà une nouvelle fois en France, après votre résidence aux Transmusicales de Rennes, votre concert au Point FMR, il y a un peu plus de 2 mois. Quel succès depuis votre dernier album !

Sam Genders : Effectivement, il y a une véritable différence entre les fois où nous sommes venus il y a de ça un ou deux ans. Les gens aujourd’hui chantent nos chansons en concert ! Aux Transmusicales, c’était vraiment impressionnant.

Cette résidence partagée, aux Transmusicales, avec Buck 65 et Serafina Steer n’était pas totalement due au hasard…

Mike Lindsay : Oui en fait, on avait déjà eu l’occasion de jouer avec Buck 65 il y a deux ans et on s’était dit qu’on aimerait d’une manière ou d’une autre, collaborer de nouveau ensemble. Et pour Serafina, j’ai travaillé avec elle sur son dernier album. J’ai produit une partie de cet album en fait.

Que pensez-vous de cette appellation "folktronica" qui vous colle désormais à la peau ?

Mike Lindsay : A vrai dire, c’est un terme qui existe depuis longtemps, je crois qu’il nous correspond bien.

Il y a un autre mot qui est associé à votre musique, "cocooning"… peut-être est-ce parce que certains des instruments que vous utilisez sont des instruments d’enfant ?

Sam Genders : Je n’ai jamais entendu que ce mot avait été relié à notre musique. Mais oui, certains sons peuvent peut-être être une explication à l’utilisation de ce terme pour nous qualifier.

Pourquoi avez-vous intitulé votre dernier album Good Arrows, que signifie-t-il exactement ? Y-a-t-il un rapport avec le célèbre Cupidon ?

Becky Jacobs : Oh c’est mignon, mais non ça n’a pas de rapport avec Cupidon !

Sam Genders : Non, en fait, ça un rapport avec le jeu de fléchettes. Mon frère a toujours utilisé cette expression. C’est en fait quand la flèche atteint le centre. C’est donc une extrapolation positive pour dire "dans le mille" !

Savez-vous que certains de vos albums contiennent une faute de frappe sur votre nom. On peut lire "Tungg" avec deux "g", au lieu de "Tunng" avec les deux "n" (ndlr : je leur en fais la preuve en leur montrant le CD qui m’appartient et qui contient cette faute).

A l’unisson : Ah oui ! On en a entendu parler mais sans jamais en avoir vu. C’est génial !

Sam Genders : Effectivement, la bonne écriture est celle avec les deux "n" ! Tu devrais le vendre sur Ebay ! Je suis sur que ça vaut une fortune ! (rires)

Pour ce dernier album justement, vous avez, cette fois-ci, tous travaillé à son écriture. Comment avez-vous fonctionné exactement ? (ndlr : sur le premier album, seuls Sam et Mike étaient membres de Tunng, le sextuor s’est formé pendant l’écriture du deuxième album).

Mike Lindsay : Oui effectivement, tout le monde a été impliqué dans la création de cet album, même si Sam et moi nous chargeons toujours de la production. Chacun a pu apporter différentes idées ce qui a enrichi les compositions, ce qui s'entend bien sûr !

Becky Jacobs : Comme on a énormément joué ensemble depuis le deuxième album, on peut vraiment dire que cet album est empreint de chacun de nous.

Il y a quelque chose de paradoxal dans votre dernier album. Chaque morceau est très complexe, les compositions sont riches et inventives, pourtant les titres choisis pour les illustrer sont très simples… puisque ce sont des mots. Pourquoi avez-vous fait ce choix ?

Mike Lindsay : Oui, c’est un peu une liste de mots. Quand on travaillait sur nos morceaux, nous les appelions par un seul mot. On a gardé les choses comme ça. Et puis, ça va bien avec le titre de l’album, c’est comme si chaque chanson était en fait une flèche !

Vous avez été plutôt productifs, trois albums en 3 ans … Cela se fait de plus en plus rare une telle productivité dans l’industrie musicale. Est-ce que c’est parce que vous ressentez le besoin de produire ?

Mike Lindsay : Oui mais cette fois-ci c’est fini, on ne fera plus d’albums ! (rires) Non mais peut-être l’année prochaine, on verra. En tout cas, on ne sortira rien cette année. On va prendre un peu de temps pour éventuellement faire d’autres choses.

Sam Genders : En fait, les choses ne se sont pas tout à fait passées dans cet ordre. On a commencé à bosser sur le premier album en 2003 mais il est sorti seulement en 2005. Et le temps qu’il sorte, nous avions déjà les chansons pour le deuxième album.

Mike Lindsay : Mais c’est vrai que le troisième, nous l’avons fait assez vite.

Qu’écoutez-vous personnellement comme musique ? On imagine qu’à vous six, il doit y en avoir pour tous les goûts !

Sam Genders : J’écoute beaucoup de musique acoustique.

J’ai cru comprendre que l’un d’entre vous était un fan de heavy metal…

Mike Lindsay : Oui c’est moi ! (rires) J’aime vraiment ça.

Et en ce qui concerne les concerts ? Est-ce que vous avez eu le temps de voir des choses intéressantes… malgré vos emplois du temps qu’on imagine chargés !

Mike Lindsay : Oui j’ai pu voir les Dirty Projectors, ils sont vraiment vraiment bons ! Foals n’étaient pas mal non plus !

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Mike Lindsay : Pour moi, prendre le temps de réfléchir à ce que Tunng va devenir.

Sam Genders : Pour ma part, je travaille sur un autre projet, plus électronique.

Becky Jacobs : Je chante toujours de temps en temps avec mon frère. Il sort d’ailleurs un nouvel album mais je ne suis pas dessus !

Si vous n’avez toujours pas vu Tunng sur scène, ils seront de nouveau à Paris, au Trabendo, le 27 mai prochain.

Retrouvez Tunng en
Froggy's Session pour 2 titres
acoustiques en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Tuung en concert au Grand Mix (mercredi 20 octobre 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Tuung
Le Myspace de Tuung

Crédits Photos : Laurent Hini (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=