Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)
Poney Express - Les France Cartigny - The Concretes  (Paris, La Maroquinerie)  22 avril 2008

C’est le début du festival, il fait beau dehors, alors, il y a quelques flâneurs à la terrasse de la Maroquinerie, qui en oublieraient presque que trois groupes jouent ce soir, au sous-sol. L’affiche est aux deux tiers françaises : Poney Express et Les France Cartigny et, suédoise pour le troisième tiers avec The Concretes.

Le public ne remplit pas encore complètement la salle, que les Poney Express commencent. Formé par Ana (ex-Tétard) et Robin (de Louise Attaque), Poney Express n’en est pas moins un jeune groupe qui présente ses toutes jeunes compositions.

Accompagnés d’une violioniste et d’un batteur qui cultive sa ressemblance avec Bob Dylan : chapeau de cow-boy et visage anguleux, Ana et Robin cherchent encore la formule. Robin la voudrait plus punk ; ne se déguise-t-il pas en Pete Doherty avec sa cravate fine et son chapeau noir. Et dès qu’il peut, il fonce sur l’intro de "Blister in the sun" des Violent Femmes. Ana, dans sa chemise à carreaux et sa frange sage la voudrait plus chanson française avec sa voix à la Emily Loizeau. On ne sait trop sur quel pied danser.

Quand les France Cartigny entrent en scène, l’ambiance tourne résolument vers le rock, avec France debout à la batterie entre ses deux escogriffes Sylvain Cartigny et Daniel Roux.

Montée sur ressort, elle présente son nouveau disque : Les Meilleurs, avec quelques incursions dans le passé. Quelle énergie et quel culot chez cette femme. Sur un titre comme "Un Jour J", on se rappelle Brigitte Fontaine lorsqu’elle criait "Je suis conne". Même si elles ont des écritures différentes, quelque chose se passe. France Cartigny nous hameçonne par ses chansons, la chair est triste hélas et la vie est cruelle. On ressent une véritable prise de risque et la présence d’une artiste, celle qui nous surprend par un mot, une phrase, une mélodie.

Et tout ça avec humour. Si elle dit "Ah la condition féminine…", elle ajoute "les femmes sans mail … même pas internet ! Les femmes !". L’air de rien. Et ça m’a fait rire, tellement c’est futé. Son album Les Meilleurs mérite qu’on y fasse un tour : allez écouter "Mister Eastwood", il vous sera devenu indispensable de connaître davantage cette artiste singulière. A regret, France Cartigny laisse place, pour le dernier groupe : The Concretes.

The Concretes sont venus de Suède, formation de près d’une dizaine de personnes dont une avec le poignet en vrac. Originairement portés par Victoria Bergsmann, ils ont su trouver un nouveau souffle grâce au charisme de Lisa Milberg.

Juste et précise, cette longue fille blonde installe une atmosphère de sensualité. Habillée d’une longue chemise rouge, sur des collants noirs, elle me fait penser à Debbie Harry (Blondie) ; elles ont la capacité de pouvoir tout porter sans qu’il y ait une faute de goût.

Jouant avec humour son rôle de poupée, elle mena en maître le chant sur des rythmes efficaces. "That’s for the song". Tout est dit, n’est-ce pas ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Daisy Street de Poney Express
La chronique de l'album Interview de Poney Express
La chronique de l'album Palladium de Poney Express
L'interview de Poney Express (décembre 2010)
La chronique de l'album Les Meilleurs des France Cartigny
La chronique de l'album eponyme de The Concretes

En savoir plus :
Le site officiel du festival
Le Myspace du festival

Crédits photos : Laurent Hini (retrouvez toute la série sur Taste of indie)


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Poney Express (29 novembre 2010)


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=