Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean-Louis Murat
Tristan  (V2)  mars 2008

Diable ! Serait-on subitement retourné dans les années 70 ? Depuis quelques temps, le disque envisagé comme simple collection de chansons paraît avoir du plomb dans l’aile, et l’antique notion d’"album concept" semble revenue à la mode.

Presque plus une semaine sans qu’un artiste auteur-compositeur ne prétende trouver à sa dernière œuvrette quelque épine dorsale thématique, histoire ou philosophie déclinée titre après titre, et qu’il s’agirait d’appréhender dans son ensemble pour en saisir toute la profondité. Que l’on songe, récemment, aux "réussites" très inégales de Florent Marchet, Jeanne Cherhal ou Camille… jeunots en quête de sens, et qui se sont parfois perdus dans les méandres d’une théorisation à outrance.

Le problème se pose différemment dans le cas d’artistes ayant derrière eux une discographie conséquente : "Il faut bien une histoire à raconter à la presse", avouait jadis Mick Jagger dans nos vieux Rock&Folk, blasé d’avance à l’idée de trouver l’angle inédit pour vendre son énième album.

L’inextinguible Jean-Louis Murat pourrait reprendre à son compte cette formule, sommé de susciter à nouveau l’intérêt moins de six mois après son précédent projet (Charles & Léo) et tout juste un an après Taormina, pour ce qui doit être (au bas mot) son 198ème album en moins de 10 ans, ou quelque chose s’en approchant…

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Tristan repose, selon son auteur, sur un double concept audacieux. Thématiquement, l’histoire de Tristan & Yseult aurait servi de détonateur à son inspiration. Un peu intimidante à première vue (l’on craint d’avoir oublié une partie des tenants et aboutissants de cette légende fondatrice), la démarche se révèle plus décomplexée que prévu : Murat lui-même n’est guère partisan d’une précision universitaire clinique, et préfère laisser libre cours à son imaginaire à partir d’impressions recueillies au fil de ses lectures, divaguer autour de quelques éléments généraux de l’histoire (fatalité amoureuse, féminité vénéneuse) plutôt qu’en proposer une illustration stricto sensu. Les puristes en seront donc pour leurs frais : s’il propose bien une bibliographie sur son site personnel, Murat ne prétend pas cette fois faire œuvre d’érudit, et l’album ne sera (malheureusement ?) pas un Madame Deshouillères bis.

Le concept autour de Tristan & Yseult est surtout prétexte à revenir, "dans l’esprit", à l’une des données fondamentales de l’univers muratien : la référence aux "troubadours", ces airs étranges où le vieux bluesman auvergnat semble retrouver un peu du secret des anciens bardes, alliage des deux sensibilités (J.J. Cale VS Chrétien de Troyes !) composant son si singulier charme personnel, qu’il avait un peu perdu de vue ces derniers temps, prisonnier de ce power-trio blues-rock univoque et pépère qui avait fini par nous lasser, sur la pente vertigineuse partie de l’excellent Lilith pour s’affaisser en Taormina, disque pas indigne, mais tout de même très loin de ses standards habituels.

Le deuxième parti pris de l’oeuvre est donc formel, et consiste à rompre avec le proche passé pour revenir à une formule d’enregistrement solitaire. Idée née d’une contrainte économique à la base (rachat de sa maison de disque V2 par Universal, impossibilité d’aller en Irlande à la rencontre de musiciens celtiques) ; acte créatif fort (sur le papier), consistant à tirer profit des aléas et les retourner à son avantage. A l’écoute, malheureusement, il s’avère que le choix d’enregistrer seul n’aboutit pas à une formule musicale si singulière que prévu. Ces chansons auraient globalement pu sonner de la même façon en présence d’autres musiciens : Murat a donc, si l’on veut, enregistré un disque de groupe (batterie, basse, guitare, claviers, saxo) en solo, et non le véritable disque en solitaire que l’on était en droit d’espérer, avec formule musicale à l’avenant.

Ces petites réserves passées (l’on aimerait qu’un artiste aussi brillamment volubile aille jusqu’au bout de ses positions), les chansons elles-mêmes finissent malgré tout par vaincre nos réticences. La première, "Légende dorée", accomplit presque à elle seule tout le programme "troubadour" du disque, entre descentes en simili-luth et imaginaire peuplé de bergères, pucelles, donzelles, maîtresses perchées en haut d’une tour, etc. Murat se glisse voluptueusement dans la peau du barde qui toutes les fera chavirer, offrant son art pour conquérir ces "joyaux" nichés derrière d’équivoques "triangles isocèles", bergères ou grandes dames suppliant son "muscle doux de [leur] faire un enfant".

La thématique érotique sera encore amplifiée dans "Mousse Noire", dont le titre prolonge l’imagerie pubienne et dont les métaphores avancent de moins en moins voilées, culminant sur la vision éruptive d’une "tendre none aux seins gonflés" qui, apparemment, en fait voir de toutes les couleurs à notre ménestrel. Le titre, rudement efficace (malgré un léger ressassement du refrain en bout de course), se présente sous la forme a priori coutumière d’un gros rock tendu, mais débarrassé de la grandiloquence de ces dernières années ; pour filer la métaphore sexuelle : les guitares ont appris à maîtriser leurs ardeurs, contenir leur sève électrique, pour un effet plus durable et profond qu’auparavant (nous y reviendrons).

Entre-temps, "L’Amour En Fuite" aura introduit la notion de désespérance mortifère qui, dans la thématique du disque, accompagne immanquablement le plaisir charnel. D’un imaginaire moins médiéval, cette belle chanson déambulatoire & contemplative ("je vogue autour du monde, dans mon humeur de fin d’été") fait un sort à la femelle fatale, "patronnesse au cœur stupide, idée équipée d’un con/tendre garce des Tropiques, maîtresse de ma chanson" qui, d’Yseult-fleur-de-ronce à l’aguicheuse virtuelle perdue sur la toile, évolue de garce en salope, perdant en chemin cette classe qui fait toute la différence.

L’humeur maussade atteint alors son point culminant avec "L’Hermine", intrigante prière, d’un minimalisme rêvé. Sans doute sur ce titre que l’on mesure le mieux les efforts produits par le chanteur pour vaincre ses tics blues-rock : alors que le refrain (en anglais méchant) s’y prêterait, nulle trace d’américanitude dans son interprétation, mais au contraire une rage froide habilement soulignée par un orgue glacé de religiosité (Las : interprétant le morceau en radio dans une formule guitare acérée + harmonica baveux, il retrouvera malheureusement les vieux automatismes rednecks qui polluaient son répertoire le plus récent).

Malgré ces quatre premiers titres de haute volée, le clou de l’album pourrait bien être "Chante Bonheur" : comme son titre (repris en chœur au refrain) le laisse augurer, il s’agit d’une de ces splendides envolées de candeur/pureté dont le méchant Auvergnat retrouve parfois le secret. Ignorant le second degré, il parvient à se tenir, sans jamais choir (n’est-ce pas précisément là le propre de l’Art ?), sur le fil ténu entre mielleux et envoûtant, niaiserie et sublime. Mystérieuse hésitation, jamais véritablement résolue, qui fait tout le sel ambigu de ce titre ; et plaisir de voir notre misanthrope baisser un instant la garde, exposer son cœur comme il exposait jadis son cul.

En comparaison avec cette première face d’une absolue dignité, la deuxième moitié de l’album, malgré certaines choses intéressantes ça et là, apparaît fatalement un peu plus terne.

Sans être une grande chanson en soi, le léger "Tel Est Pris" s’avère quand même rafraîchissant. Les atermoiements amoureux y sont fredonnés sur un air gracile serti de guitares finaudes ; le texte creuse encore l’éternel tourment du baladin, esclave consentant au bonheur/malheur d’aimer, esquissant (de "vaines crevasses" en "tétines" grêlées ou hideux "pressoirs") un inquiétant imagier du rut féminin.

Placé juste après, les "Voyageurs Perdus" font malheureusement un peu doublon, déployant peu ou prou la même ambiance, dans un registre encore plus ouvertement pop dont la simplicité nous convainc moins. Non que les précédents titres aient été spécialement complexes ou déroutants ; mais ils faisaient montre, chacun à sa manière, d’une singularité qui les distinguait du tout-venant "accessible". Dans ce cas précis, on croit retrouver le syndrome "Ce que tu désires" : l’objectif radio est peut-être un peu trop présent, qui rend la chanson trop lisse et fait succéder à des couplets pas désagréables un refrain en petite forme, aisément mémorisable sans être (c’est le hic) tout à fait mémorable…

On peut malheureusement en dire autant de "Dame Souveraine", qui ne tient pas les promesses de son titre (courtoisie petits bras, imaginaire érotique en berne, frustration everywhere) et se traîne un peu tristement, sur une mélodie réminiscente de l’antique "Fort Alamo", en (forcément) moins convainquant.

Dieu merci, ce ventre mou de l’album prend fin avec "Il Faut S’En Aller", dont les riffs amples et les voix profondes ramènent un peu de solennité à l’ensemble. Si le texte ne brille guère par son originalité (archi-rebattues rimes en "oir" : soir, miroir, désespoir, tamanoir, etc.), l’on en apprécie particulièrement les guitares finales, toutes en retenue, qui jamais ne zèbrent le sobre spectre sonore de giclures trop abondantes. C’est définitivement la bonne nouvelle et belle leçon de ce disque : Murat impose à nouveau à ses soli un genre de ceinture de chasteté, évitant toute forme de complaisance. Si l’on veut à tout prix rattacher Tristan à l’imaginaire courtois (Murat lui-même ne s’en prive pas, bien que dans les faits Tristan & Yseult ne relèvent pas exactement de cette tradition), cette retenue musicale retrouvée pourrait apparaître comme le pendant d’un inassouvissement raffiné de fin’amor

C’est dans ce bel esprit retrouvé que s’achève le disque, sur une nouvelle figure de femme fatale lascive (même si totalement anachronique par rapport à la pseudo-thématique médiévale) : "Marlène". Pour le coup, et contrairement à ce qui se passait dans les Voyageurs Perdus, le registre pop s’avère léger sans être inconsistant, et le chanteur semble avoir retrouvé tout son allant, chantonnant gaiement malgré les tourments endurés. Et qu’importe leur gravité, au fond, si ceux-ci sont vecteurs de sensations artistiques ?

Si l’on ne saurait, au final, parler de Tristan comme d’un grand disque, il constitue néanmoins un digne effort pour remonter la pente, et apparaît comme l’un des plus équilibrés de son auteur. Si l’on n’y trouve non plus aucune chanson susceptible d’entrer dans la liste de ses "classiques intemporels instantanés" (les "Dordogne", "Se Mettre Aux Anges", "Voleur de Rhubarbe" ou autre "Col de la Croix-Morand"), le fossé est moindre entre les titres réussis et les baisses de régime, ce qui garantit à l’album une belle écoute en continu, sans se heurter à ces caillasses qui, sur les disques les plus récents, entravaient quelque peu la majesté des grands moments.

La parenthèse enchantée 2003-2005, de Lilith à Mockba (son "millésime Dylan 65-66" à lui) semble donc définitivement close, où l’auvergnat proposait tous les six mois un nouveau projet grandiose, productivité acharnée associée à une inspiration jamais démentie. Revenu à des hauteurs plus humaines, il marque un peu le pas et alterne désormais plus "humainement" les réussites et faux pas. Plutôt qu’à Dylan, il faudrait aujourd’hui le comparer à ce qu’a été un Fassbinder pour le cinéma : qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse… plus que les albums en eux-mêmes, c’est le tourbillon créatif qui les a engendré qui s’avère impressionnant. En rappelant malicieusement que le terme de "productivité" s’est lu la première fois sous la plume de Baudelaire, le chanteur prolifique nous invite à prendre conscience de notre propre inertie, et incite les autres artistes à sortir de leur torpeur… relever le gant & s’en venir guerroyer, rivaliser de prouesses afin de mériter les honneurs (et le lit) de leur muse !

NOTE : pour prolonger l’expérience Tristan, l’on pourra jeter une oreille sur la quinzaine de titres composés et enregistrés pour la BO du joli film Coupable, de Laetitia Masson (qui n’existe pas dans le commerce, mais peut se glaner ici et là sur le web). S’il y laisse parfois libre court à certaines pulsions honteuses (retour des grosses guitares), le parti pris minimaliste-solo y est beaucoup plus affirmé que dans l’album. L’on y trouve particulièrement une merveille intitulée "Dieu des Amours", que le chanteur, décision incompréhensible, a préféré offrir à la vilaine québécoise Isabelle Boulay, au lieu de l’inclure à son propre disque.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Moscou de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Les fleurs du mal - Charles et Léo de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Le cours ordinaire des choses de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Grand Lièvre de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Toboggan de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Babel de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Live aux [PIAS] Nites de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Morituri de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Travaux sur la N89 de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Il Francese de Jean-Louis Murat
Jean-Louis Murat en concert aux Saulnières (28 octobre 2004)
Jean-Louis Murat en concert à La Cigale (17 novembre 2006)
Jean-Louis Murat en concert au Studio Davout (3 septembre 2009)
Jean-Louis Murat en concert au Grand Mix (vendredi 2 avril 2010)
Jean-Louis Murat en concert à L'Alhambra (mardi 23 novembre 2010)
Jean-Louis Murat en concert à la Salle Moebius du Beffroi (samedi 10 octobre 2015)
L'interview de Jean-Louis Murat (20 septembre 2011)
La chronique de l'album Lilith de Jean Louis Murat
La chronique de l'album A bird on a poire de Jean Louis Murat - Fred Jimenez - Jennifer Charles
La chronique de l'album Charles et Léo de Jean Louis Murat
Jean Louis Murat en concert à La Cigale (3 et 4 novembre 2003)
Jean Louis Murat en concert à La Cigale (9 et 10 mars 2004)
La vidéo de Parfum d'acacia au jardin par Jean Louis Murat

En savoir plus :
Le site officiel de Jean-Louis Murat
Le Myspace de Jean-Louis Murat


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 octobre 2018 : Réchauffement culturel

Pollution, pesticides, réchauffement climatique, guerres, brexit, cum-ex. A notre manière, chez Froggy's Delight, on essaie de lutter contre toute cette morosité avec notre petite sélection culturelle histoire de se réchauffer le coeur et les neurones. C'est parti :

Du côté de la musique :

"K A N A P S" de EuTéPé
"Radiate" de Jeanne Added
"Their Prime" de Jo Passed
"In our circle" de Rivulets
"Mount pleasant" de Smoove & Turrell
"Common wealth" de The 10:04s
"Schaum" de Unhappy birthday
Rencontre avec Vanessa Philippe, autour de son album "A l'abri du vent". le tout accompagné de la première partie de la session acoustique de Vanessa Philippe et Fredda
"Forces" de Arca
"Les portes du paradis" de Dani Terreur
"Par mon nom EP" de Nawel Ben Kraiem
"Enfant du vide" de Pandore
Compte rendu du festival Ellipse à Toulouse avec Derinëgolem - Drame - Zombie Zombie - Gareth Dickson - Petit fantôme - Franky Goes To Pointe à Pitre - Halo Maud - Moodoïd
et toujours :
"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Dom Juan ou Les Limbes de Molière" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Je parle à un homme qui ne reste pas en place" au Théâtre du Rond-Point
"Les vagues, les amours, c'est pareil..." au Centquatre
"L'Architecte et l'Empereur d'Assyrie" au Théâtre Darius Milhaud
"Jester Show" au Théâtre Les Déchargeurs
"Au nom du père, du verre... Et paf par terre !" à la Maison des Métallos
"Cyrano" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Je viens de nulle part et c'est loin de Paris" au Théâtre La Croisée des Chemins
"L'Apocalypse de Jean" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"C'est pourtant simple !" au Théâtre d'Edgar
"Une vie de pianiste" à la Comédie Bastille
les reprises :
"Au menu, amours de saison" au Théâtre de l'Epée de Bois
"La Cerisaie, variations chantées" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Popeck - Même pas mort !" au Théâtre L'Archipel
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre du Petit Montparnasse
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Transmission/Transgression - Maître et élèves dans l'atelier" au Musée Bourdelle
"Ossip Zadkine - L'instinct de la matière" au Musée Zadkine
"Zao Wou Ki - L'espace est silence" au Musée d'Art Moderne

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"People that are not me" de Hadas Ben Aroya
"La tendre indifférence du monde" de Adilkhan Yerzhanov
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Jean Moulin, l'affranchi" de Bénédicte Verguez Chaignon
"L"assassin de ma soeur" de Flynn Berry
"L'espace du rêve" de David Lynch & Kristine McKenna
"La chance de leur vie" de Agnès Desarthe
"Le douzième chapitre" de Jérôme Loubry
"Les fils de la poussière" de Arnaldur Indrioason

et toujours :
"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles

Froggeek's Delight :

"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
et toujours :
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=