Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alister - Austerlitz Radiateur
La Maroquinerie  (Paris)  14 mai 2008

Après la sortie de son premier album Aucun mal ne vous sera fait, Alister joue ce soir à la Maroquinerie ; sans que ce soit encore une reconnaissance complète, son premier album a suscité, rapidement, la curiosité du public, les radios diffusent "Qu’est ce qu’on va faire de toi ?" qui illustre plutôt bien les thèmes abordés par le jeune auteur : l’ennui, les poursuites de plaisirs illusoires, avec ce goût de la formule qui fait toute la saveur de ses textes. Alors ce premier passage à la Maroquinerie est comme un test : est-il également un homme de scène ? Sera-t-il convaincre un public qui, pour la plupart, ne connaît qu’un seul titre ?

La première partie est assurée par un groupe haut en couleur : les Austerlitz Radiateur.

Déjà leur nom sonne comme une parodie, et malgré le registre rock, ils arrivent habillés en orange, bleu, violet…

Rock amusant, un peu juvénile, il me semble s’inspirer des années 60 où une foule de groupe de teenagers se produisaient sur scène … du bon et du moins bon.

Nous retiendrons en leur faveur qu’une jeune fille est à la batterie mais que leur propos du style "Je ne t’aime plus depuis qu’il y a du soleil dans la rue" les classent définitivement dans la catégorie gentille pochade.

Puis Alister entre en scène avec son groupe : Julien Galner (batterie), Grégoire Maurel (basse), Dino Trifunovic (guitare) qu’il prendra soin de présenter comme ils le méritent, ayant chacun des expériences plus diverses les unes que les autres dans le milieu musical.

Et Alister me fait penser à une sorte de Patrick Dewaere sorti des "Valseuses" : démarche féline, avec son blouson de cuir ajusté sur un maillot de corps.

Et son goût pour l’entrechat qui ne le quitte pas : je suis là mais ce n’est pas moi ; c’est un concert mais vous êtes en train d’être filmés ou de regarder la télé ; je suis français mais comme je fais un show je prends l’accent anglais des artistes internationaux ; vous aimez la soirée mais insultez-moi…

Si bien que nous sommes pendus à ses lèvres, guettant ses incartades fantaisistes, goûtant ses textes, qui peuvent nous emmener très loin, à réfléchir sur nos vies sans envergure, comme si tous les combats étaient de l’histoire ancienne. Sombre constat des années 2000 en France. Enfin, avec humour et panache !

Alors les titres se suivent : "Miami", "Qu’est-ce qu’on va faire de toi ?", "Hier soir", "Bordel", "Quelque chose dans mon verre", "Psycholover" ( en anglais), "I am stupid and I want to have sex" ( en anglais/ français), "Désordre", "Paris by night", "Goodbye Baby Boom", "Sept heures du matin", "Fille à problèmes" sous la protection complice de ses amis musiciens.

Le temps ne pèse pas ; à la guitare, au piano ou simplement au micro, Mister Alister assure sur tous les tableaux.

Et nous nous demanderons si ce trublion gracile a aimé autant que nous, s’il va s’amarrer, davantage que le temps d’une saison au continent de la Chanson Française, avec ses propres projets, et des tournées, et des festivals et des prix … le tourbillon de la vie de chanteur, auteur et compositeur, quoi !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Aucun mal ne vous sera fait de Alister
La chronique de l'album Avant / Après EP de Alister
La chronique de l'album Mouvement perpétuel de Alister
Alister en concert aux Trois Baudets (mardi 27 septembre 2016)
L'interview de Alister (19 avril 2008)

En savoir plus :
Le Myspace de Austerlitz Radiateur
Le Facebook de Alister

Crédits Photos : David Didier (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Alister (19 avril 2008)


# 21 janvier 2018 : En attendant les beaux jours

Il pleut partout, il fait moche, il fait froid. Qu'à cela ne tienne, voici notre sélection de la semaine qui devrait pouvoir occuper vos jours gris et vos soirées au coin du feu avec moultes choses à écouter, à lire, et à voir. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Thanks for listening" de Chris Thile
"Moondog new sound" de Ensemble Minisym
"Mossy Ways" de Eric Le Lann
"MOR" de Marcel Kanche
"Mille excuses" de Misska
"Essais, volume 2" de Pierre de Bethmann Trio
"Songs of praise" de Shame
et toujours :
Aftermath" de Alex Stuart
"Kili kili" de Black Bones
"Jean Baptiste Lully : Alceste, ou le trimphe d'Alcide" de Christophe Rousset & les Talens Lyriques
Interview de Pierre autour d'une session live de 5 titres
"Girl's ashes" de Dirty Work of Soul Brothers
"Infernu" de Hifiklub
"Trio 30YearsFrom" de Théo Girard
"Destination overground : the story of Transglobal" de Transglobal Underground
"Classe moyenne" de Vincent Touchard

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Maladie de la Mort" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Schatten ( Eurydike sagt)" au Théâtre de la Colline
"Les Bacchantes" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Tertullien" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Le Menteur" au Théâtre de la Tempête
"Concertos de Passions" au Théâtre Les Déchargeurs
"Céline, derniers entretiens" au Théâtre Les Déchargeurs
"Après le tremblement de terre" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Paysages intérieurs" au Théâtre Le 13ème Art
"Les Fils prodigues" au Théâtre Le Maillon à Strasbourg
"J'arriverai par l'ascenseur de 22h43 (chronique d'un fan de Thiéfaine)" aux Docks à Lausanne
les reprises à ne pas rater:
"Trahisons" au Théâtre Le Lucernaire
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Constance - Gerbes d'amour" au Théâtre Apollo
"Mon meilleur copain" au Grand Point Virgule
et les chroniques des autres spectacles de janvier

Expositions :

dernière ligne droite pour "Irving Penn" au Grand Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"La Douleur" de Emmanuel Finkiel
et les chroniques des sorties de janvier

Lecture avec :

"Assad" de Régis Le Sommier
"Celui qui disait non" de Adeline Baldacchino
"Etienne de silhouette" de Thierry Maugenest
"Fausses promesses" de Linwood Barclay
"Le pouvoir" de Naomi Alderman
"Mille soleils" de Nicolas Delesalle
"Itinéraire d'un enfant maltraitée" de Liliane Zylbersztejn
et toujours :
"L'infinie comédie" de David Foster Wallace
"La femme qui ment" de Hervé Bel
"La friction du temps" de Martin Amis
"Les oiseaux morts de l'Amérique" de Christian Garcin
"Massacre des innocents" de Marc Biancarelli
"Un homme doit mourir" de Pascal Dessaint

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=