Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alister - Austerlitz Radiateur
La Maroquinerie  (Paris)  14 mai 2008

Après la sortie de son premier album Aucun mal ne vous sera fait, Alister joue ce soir à la Maroquinerie ; sans que ce soit encore une reconnaissance complète, son premier album a suscité, rapidement, la curiosité du public, les radios diffusent "Qu’est ce qu’on va faire de toi ?" qui illustre plutôt bien les thèmes abordés par le jeune auteur : l’ennui, les poursuites de plaisirs illusoires, avec ce goût de la formule qui fait toute la saveur de ses textes. Alors ce premier passage à la Maroquinerie est comme un test : est-il également un homme de scène ? Sera-t-il convaincre un public qui, pour la plupart, ne connaît qu’un seul titre ?

La première partie est assurée par un groupe haut en couleur : les Austerlitz Radiateur.

Déjà leur nom sonne comme une parodie, et malgré le registre rock, ils arrivent habillés en orange, bleu, violet…

Rock amusant, un peu juvénile, il me semble s’inspirer des années 60 où une foule de groupe de teenagers se produisaient sur scène … du bon et du moins bon.

Nous retiendrons en leur faveur qu’une jeune fille est à la batterie mais que leur propos du style "Je ne t’aime plus depuis qu’il y a du soleil dans la rue" les classent définitivement dans la catégorie gentille pochade.

Puis Alister entre en scène avec son groupe : Julien Galner (batterie), Grégoire Maurel (basse), Dino Trifunovic (guitare) qu’il prendra soin de présenter comme ils le méritent, ayant chacun des expériences plus diverses les unes que les autres dans le milieu musical.

Et Alister me fait penser à une sorte de Patrick Dewaere sorti des "Valseuses" : démarche féline, avec son blouson de cuir ajusté sur un maillot de corps.

Et son goût pour l’entrechat qui ne le quitte pas : je suis là mais ce n’est pas moi ; c’est un concert mais vous êtes en train d’être filmés ou de regarder la télé ; je suis français mais comme je fais un show je prends l’accent anglais des artistes internationaux ; vous aimez la soirée mais insultez-moi…

Si bien que nous sommes pendus à ses lèvres, guettant ses incartades fantaisistes, goûtant ses textes, qui peuvent nous emmener très loin, à réfléchir sur nos vies sans envergure, comme si tous les combats étaient de l’histoire ancienne. Sombre constat des années 2000 en France. Enfin, avec humour et panache !

Alors les titres se suivent : "Miami", "Qu’est-ce qu’on va faire de toi ?", "Hier soir", "Bordel", "Quelque chose dans mon verre", "Psycholover" ( en anglais), "I am stupid and I want to have sex" ( en anglais/ français), "Désordre", "Paris by night", "Goodbye Baby Boom", "Sept heures du matin", "Fille à problèmes" sous la protection complice de ses amis musiciens.

Le temps ne pèse pas ; à la guitare, au piano ou simplement au micro, Mister Alister assure sur tous les tableaux.

Et nous nous demanderons si ce trublion gracile a aimé autant que nous, s’il va s’amarrer, davantage que le temps d’une saison au continent de la Chanson Française, avec ses propres projets, et des tournées, et des festivals et des prix … le tourbillon de la vie de chanteur, auteur et compositeur, quoi !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Aucun mal ne vous sera fait de Alister
La chronique de l'album Avant / Après EP de Alister
La chronique de l'album Mouvement perpétuel de Alister
Alister en concert aux Trois Baudets (mardi 27 septembre 2016)
L'interview de Alister (19 avril 2008)

En savoir plus :
Le Myspace de Austerlitz Radiateur
Le Facebook de Alister

Crédits Photos : David Didier (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Alister (19 avril 2008)


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=