Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alister - Austerlitz Radiateur
La Maroquinerie  (Paris)  14 mai 2008

Après la sortie de son premier album Aucun mal ne vous sera fait, Alister joue ce soir à la Maroquinerie ; sans que ce soit encore une reconnaissance complète, son premier album a suscité, rapidement, la curiosité du public, les radios diffusent "Qu’est ce qu’on va faire de toi ?" qui illustre plutôt bien les thèmes abordés par le jeune auteur : l’ennui, les poursuites de plaisirs illusoires, avec ce goût de la formule qui fait toute la saveur de ses textes. Alors ce premier passage à la Maroquinerie est comme un test : est-il également un homme de scène ? Sera-t-il convaincre un public qui, pour la plupart, ne connaît qu’un seul titre ?

La première partie est assurée par un groupe haut en couleur : les Austerlitz Radiateur.

Déjà leur nom sonne comme une parodie, et malgré le registre rock, ils arrivent habillés en orange, bleu, violet…

Rock amusant, un peu juvénile, il me semble s’inspirer des années 60 où une foule de groupe de teenagers se produisaient sur scène … du bon et du moins bon.

Nous retiendrons en leur faveur qu’une jeune fille est à la batterie mais que leur propos du style "Je ne t’aime plus depuis qu’il y a du soleil dans la rue" les classent définitivement dans la catégorie gentille pochade.

Puis Alister entre en scène avec son groupe : Julien Galner (batterie), Grégoire Maurel (basse), Dino Trifunovic (guitare) qu’il prendra soin de présenter comme ils le méritent, ayant chacun des expériences plus diverses les unes que les autres dans le milieu musical.

Et Alister me fait penser à une sorte de Patrick Dewaere sorti des "Valseuses" : démarche féline, avec son blouson de cuir ajusté sur un maillot de corps.

Et son goût pour l’entrechat qui ne le quitte pas : je suis là mais ce n’est pas moi ; c’est un concert mais vous êtes en train d’être filmés ou de regarder la télé ; je suis français mais comme je fais un show je prends l’accent anglais des artistes internationaux ; vous aimez la soirée mais insultez-moi…

Si bien que nous sommes pendus à ses lèvres, guettant ses incartades fantaisistes, goûtant ses textes, qui peuvent nous emmener très loin, à réfléchir sur nos vies sans envergure, comme si tous les combats étaient de l’histoire ancienne. Sombre constat des années 2000 en France. Enfin, avec humour et panache !

Alors les titres se suivent : "Miami", "Qu’est-ce qu’on va faire de toi ?", "Hier soir", "Bordel", "Quelque chose dans mon verre", "Psycholover" ( en anglais), "I am stupid and I want to have sex" ( en anglais/ français), "Désordre", "Paris by night", "Goodbye Baby Boom", "Sept heures du matin", "Fille à problèmes" sous la protection complice de ses amis musiciens.

Le temps ne pèse pas ; à la guitare, au piano ou simplement au micro, Mister Alister assure sur tous les tableaux.

Et nous nous demanderons si ce trublion gracile a aimé autant que nous, s’il va s’amarrer, davantage que le temps d’une saison au continent de la Chanson Française, avec ses propres projets, et des tournées, et des festivals et des prix … le tourbillon de la vie de chanteur, auteur et compositeur, quoi !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Aucun mal ne vous sera fait de Alister
La chronique de l'album Avant / Après EP de Alister
La chronique de l'album Mouvement perpétuel de Alister
Alister en concert aux Trois Baudets (mardi 27 septembre 2016)
L'interview de Alister (19 avril 2008)

En savoir plus :
Le Myspace de Austerlitz Radiateur
Le Facebook de Alister

Crédits Photos : David Didier (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Alister (19 avril 2008)


# 22 avril 2018 : Summertime

Voilà enfin les beaux jours, de l'hiver à l'été il n'y a qu'un pas que les premiers pique-niques sur les pelouses parisiennes ont déjà franchi. Quoi qu'il en soit voici le programme culturel de la semaine.

Du côté de la musique :

"La grande effusion" de Kent
"Fontaine Wallace" de Fontaine Wallace
"A l'abri du vent" de Vanessa Philippe
"Live in vienna, Schumann piano concerto, Brahms Handel Variations" de Alfred Brendel
"Brainbow" de Brainbow
Ughett, Laake, Theodora et P4N4 dans une compilation Disquaire Day 2018
"Orphéon" de France de Griessen
"IT" de Frantic
"Hommage à Jacques Higelin
"Richard Strauss, Don Quixote & Cello works" de Ophélie Gaillard
Ramon Pipin au Café de la Danse
et toujours :
"27 passports" de The EX
"Simple appareil" de Lofofora
"Haydn : 3 sonatas" de Arthur Ancelle
Interview de Da Silva
"Room 102" de Hotel
"Deux ans pour résoudre un puzzle 2 pièces" de Lucarne
"Where the weather went" de Newton Colours
"Absence" de Niki Niki
"Born to try" de Part-Time Friends
"Plaisir moderne" de Scratchophone Orchestra
"Your queen is a reptile" de Sons of Kemet
"Memory Sketches" de Tim Linghaus

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"The Beggar's Opera" au Théâtre des Bouffes du Nord
"L'Affaire Courteline" au Théâtre Le Lucernaire
"Too Much Time - Women in prison" à La Loge
"Mon Lou" au Théâtre Le Lucernaire
"Lady Macbeth" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Billie Holiday - Sunny Side" au Théâtre Essaion
"Frédrick Sigrist - Tout le monde croit que je suis un mec bien" au Théâtre Le Funambule Montmartre
dans le cadre du Festival La semaine Extra au Théâtre Le Nest à Thionville : "Price "- "Jours radieux" - "Les Imposteurs" - "Longueurs d'ondes"
des reprises à ne pas rater :
"La loi des prodiges" au Théâtre de la Tempête
"Ciel, mon placard !" à La Loge
et les chroniques des autres spectacles d'avril

Exposition avec :

"Subodh Gupta - Adda/Rendez-vous" au 11 Conti-Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Foxtrot" de Samuel Maoz
"La Route sauvage" de Andrew Haigh
"Mes Provinciales" de Jean-Paul Civeyrac
"La Révolte des jouets" de Bretislav Pojar et Hermina Tyrlova
et les chroniques des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Derniers jours à Berlin" de Harald Gilbers
"La confession" de John Herdman
"La fabrique des coincidences" de Yoav Blum
"La journée de la vierge" de Julie Marx
"Manhattan vertigo" de Colin Harrison
"Meurtres, en toute intelligence" de Jacques Attali
"Sparte" de Nicolas Richer

et toujours :
"Ghetto brother, Une légende du bronx" de Julian Voloj & Claudia Ahlering
"Histoire de la France" de Jean Christian Petitfils
"J'apprends le français" de Marie France Etchegoin
"La fabrique des corps, des premières prothèses à l'humain augmenté" de Héloise Chochois
"La saison des feux" de Celeste NG
"Les enfants du fleuve" de Lisa Wingate

Froggeek's Delight :
Le Google Home, enceinte intelligence

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=