Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mimmo Paladino - Brian Eno - Opera per l'Ara Pacis
Musée de l'Ara Pacis  (Rome)  Du 11 mars au 1er juin 2008

Une décennie après leur premier projet commun à la Round House de Londres,le sculpteur italien Mimmo Paladino et le musicien anglais Brian Eno se retrouvent pour cet "Opera per l'Ara Pacis", une oeuvre commune dans le très bel espace muséal de l'Ara Pacis créé par l'architecte américain Richard Meier.

Sous le commissariat de Achille Bonito Oliva, Federica Pirani et James Putnam, se déroule une rencontre au sommet entre le chantre de la Generative Music et et l'un des mousquetaires de la Transavanguardia italienne.

Peintre, dessinateur, graveur et sculpteur, Mimmo Paladino propose une oeuvre labyrinthique qui laisse ouvertes les niveaux de lecture et l'interprétation, conformément à sa conception de l'art, "l'art est rituel, il doit poser aux autres d'incessantes questions et ne jamais donner de réponses."

Cette exposition se présente également comme une quintessence du travail de l'artiste qui ressortit à la fois de l'Arte Povera, par les matériaux employés, le bronze, le bois, le fer, l'argile, de l'art sacré par son questionnement métaphysique et du néo-expressionnisme par son registre .

L'homme, l'artiste et l'infini

Ainsi, face à l'Ara Pacis, imposant autel de marbre blanc aux lignes géométriques, Mimmo Paladino a déposé "Zenit" une sculpture circulaire en métal noir gravé de signes ésotériques symbole cyclique du temps, anneau d'union entre le passé et le présent, symbole du zénith qui permet l'accès à l'infini, à l'éternité.

Mais la conjonction de ces deux oeuvres ne concrétiserait-elle pas aussi les six directions qui déterminent le symbolisme cyclique basé sur la polarisation des oppositions et des contraires, condition de la vie.

Au sous sol, immergé dans un environnement sonore, quasi céleste, créé par Brian Eno, le visiteur est confronté à une oeuvre-rébus comportant diverses installations et œuvres qui, de manière récurrente, propose divers niveaux de lecture.

Elle s'inscrit dans un dialogue avec le propos de ce musée archéologique, interroge le présent à la lumière du passé, rappelant le sort qui attend notre civilisation au regard de l'infini temporel, et, toujours, de manière plus ou moins patente, concrétise une réflexion sur l'art, avec des références explicites à ceux qui ont marqué l'histoire de l'art, et l'intervention de l'artiste.

Sur un mur, une installation d' embauchoirs sur lesquels s'est posé un oiseau renvoie à Mercure aux pieds ailés, le dieu messager qui avait le pouvoir de ramener la concorde, initie un dialogue avec l'autel de la paix.

Sur l'autre, des corps démembrés et calcinés de son film "Quijote" renvoient à la mission mystique de l'artiste, médium et intercesseur de l'homme avec les forces mystérieuses, divines peut être, trait d’union avec l’invisible, destiné à une impossible qûete qui le consume.

Le plus spectaculaire, intrigant et saisissant est sans doute "Treni", oeuvre conçue spécialement pour cet événement, qui révèle la quintessence de l'iconographie de Mimmo Paladino.

Une monumentale structure, fusion du métal et de l'argile, ossuaire intemporel propose une ligne de fuite vers un ailleurs spatio-temporel, emportant avec lui corps en position foetale et objets de la vie quotidienne, vestiges pompéiens ou nécropole antique, ode à la mémoire et témoin de l'aspiration de l'homme à interroger sa propre destinée.

Et, puis Mimmo Paladino, s'est représenté au coeur du dispositif, sarcophage arborescent, profondément vivant, métaphore de l'acte créateur qu'il appartient au visiteur de dé-nicher.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique sur le Musée Ara Pacis

En savoir plus :

Le site du Musée de l'Ara Pacis

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=