Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Last Shadow Puppets
The Age of the Understatement  (Domino Records / PIAS)  juin 2008

Jean Oger, en parlant de l’humour anglais, disait de celui-ci "qu’il constitue plutôt dans une attitude permanente du sujet, qui lui fait considérer les gens et les choses avec un sens très aigu du relatif. Le mot anglais qui le définit le mieux est sans doute understatement : une affirmation, un jugement qui demeure toujours en deçà de la réalité".

L’exemple qu’aimait citer Jean Oger pour illustrer sa pensée était celui d’un américain, Mark Twain qui, apprenant la nouvelle de sa mort par les journaux, leur envoya aussitôt le télégramme suivant : "Nouvelle de ma mort fortement exagérée".

L’understatement est donc une forme d’humour qui utilise comme figure de style ce qu’on pourrait appeler chez nous, une litote ou un euphémisme. So british ! So Alex Turner !

Le petit génie et poète new generation s’est, cette fois-ci, entiché d’un nouvel ami Miles Kanes (The Rascals), pour concevoir une œuvre musicale qui, elle, n’a rien d’édulcorée, The Age Of the Understatement par The Last Shadow Puppets. En effet, ce disque est d’une grandiloquence que seules les années 60 avaient réussi à atteindre par le biais d’artistes de génie (encore) comme Scott Walker et ses orchestrations magistrales.

A l’écoute de ce disque hommage (assumé ainsi par les protagonistes, donc inutile de sortir les flingues), les références pleuvent. Que ce soit le romantisme disparu de Love ("Standing Next To Me"), les guitares Far West d’Ennio Morricone ("The Age Of The Understatement"), ou encore la grâce ("Meeting Place") dont croyait-on, seul Burt Bacharach était pourvu. The Coral pourrait être également cité, tout du moins dans ce qu’ils avaient musicalement essayé d’instaurer, sans succès malheureusement pour eux.

Mais si ce disque est ce qu’il est, c’est-à-dire un disque charnière voire d’ores et déjà un "must have" dans votre discothèque idéale, c’est parce qu’Alex Turner et Miles Kanes (pour en revenir à eux tout de même), ont réussi l’exploit d’éviter le simple pastiche rétro.

Deux raisons à cela. Prem’s : le chant des messieurs, peut-être plus particulièrement celui du leader des Arctic Monkeys, apportent une fraîcheur et une modernité évidente à ces compositions au premier abord ampoulées. Deuz : les textes issus de leur double plume. Une écriture contemporaine (chère à Mister Turner) qui modernise un thème intemporel et fil conducteur de l’album, à savoir les filles et toutes les vilaines choses qu’elles font subir aux garçons.

S’il fallait un dernier argument pour vous convaincre de la qualité artistique de cette œuvre (ou chef d’œuvre ?), ce serait d’énumérer les contributeurs cachés à sa confection. A la production et à la batterie John Ford (Arctic Monkeys, Klaxons, également batteur de Simian Mobile Disco, rien que ça). A la gestion des orchestrations pharaoniques, un certain Owen Pallet qui, lui, a l’habitude d’officier dans Final Fantasy ou encore dans cette autre formation dénommée Arcade Fire. Ne manquons pas non plus de souligner la participation du London Symphonic Orchestra, en guise de chorale (de luxe).

Quant au clip du single, The Age Of The Understatement (comme l’album, tiens c’est pas con), il a été réalisé par Romain Gavras (fils de), qui fait en ce moment beaucoup parler de lui pour une autre réalisation, celle du dernier Justice. Enfin, c’est autre sujet.

Pour finir, The Last Shadow Puppets devrait faire un tour chez nous vers le mois d’octobre. Alors calez-vous d’ores et déjà dans les starting blocks, les jeans slims ont la fâcheuse tendance à courir plus vite que nous.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Everything You've Come to Expect de The Last Shadow Puppets
The Last Shadow Puppets en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - Vendredi 1er
The Last Shadow Puppets en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août

En savoir plus :
Le site officiel de The Last Shadow Puppets
Le Bandcamp de The Last Shadow Puppets
Le Facebook de The Last Shadow Puppets


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=