Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Notwist
The Devil, You + Me  (V2 / Coop Music)  juin 2008

A un moment, on a eu peur… Peur que les Notwist soient atteints du syndrome de Kevin Shields… Vous savez, cette agaçante manie de tenir les gens en haleine (la sortie d’un disque pa exemple) et puis, walou…

Il aura donc fallu attendre six ans et demi pour que les frères Acher et leur groupe accouchent du successeur de Neon Golden, qui reste aux yeux de beaucoup comme un album majeur de ce début de millénaire.

Heureusement, on est pas resté sans nouvelles de nos teutons préférés pendant ces six longues années : Micha chez MS John Soda, Markus chez les excellents Lali Puna, Martin Greitschmann bidouille sous le nom de Console. Les Notwist se sont même acoquinés avec les rappeurs de Themselves autour du projet 13 & God.

Cela fait un mois que The Devil, YOU + Me éclipse une bonne partie de ma discothèque (et pourtant il faut y aller…). Cela fait d’ailleurs très longtemps que je n’avais pas eu de rapport aussi viscéral à un disque. La dernière fois, ça devait être avec The Ideal Crash de Deus. Ce que l’on appelle des "Soundtracks to Our Lives", la bande son de notre vie. Pour le moment, The Devil, You + Me, c’est une averse de neige sous la campagne picarde, au crépuscule, une voiture sur le toit, sur la N 104, les rouleaux de la plage de la Torche sous un soleil printanier, la campagne normande sous le déluge… Ce disque cultive un sacré paradoxe, celui d’être mélancolique et enjoué à la fois. Mélancolie douceâtre pour cœurs éteints en soins palliatifs.

Après un mois d’écoute assidue, The Devil, You + Me trouve progressivement sa place auprès de Neon Gloden. Le groupe s’inscrit toujours dans la même veine cultivée depuis le formidable Shrink, sorti en 1999, où le groupe avait commencé à fusionner avec bonheur une pop mélancolique avec des influences jazz à la Talk Talk, parsemés des habillages électroniques fulgurants de Greitschmann. L’introductif "Good Lies" pourrait d’ailleurs leurrer sur la direction prise par le groupe : un riff résolument pop, proche de "Day 7" qui ouvrait Shrink.

Et puis comme toujours, au fil des écoutes, on explore un véritable mille-feuille sonore : l’alliance de l’évidence et de la complexité, les samples en embuscades sous les fondations pop ou folk. "Where in This World" renoue un temps avec la formule de Neon Golden : cordes, beats pulsatiles, xylophones et la voix doucement désabusée d’Acher. Une jolie mélasse poisseuse mais qui ne tourne jamais à vide.

"Gloomy Planets", "The Devil You + Me", "Gone Gone Gone" évoquent un Nick Drake contemporain qui aurait habillé son folk d’arrangements électroniques. Des morceaux à la mélancolie contagieuse portés par la voix désabusée et si particulière de Markus Acher. Loin d’être un chanteur exceptionnel, Acher compense par un timbre de voix singulier qui se fond à merveille dans les paysages sonores des Notwist.

"Gravity" et "Boneless" sont de loin les deux coups de maîtres de The Devil You And Me. "Gravity" part de quelques notes dissonantes pour peu à peu laisser place à un vibraphone, la voix d’Acher. Le morceau se perd ensuite dans un labyrinthe d’arpèges mélancoliques et de rythmique complexe fait des temps morts et de cavalcades. "Boneless", single potentiel de l’album, dévoile le côté guilleret du groupe. Enfin guilleret comparé à l’ensemble résolument mélancolique de cet album.

Cet été, faites vous plaisir : faites vous faire un T Shirt "ICH LIEBE DIE NOTWIST ABER NICHT TOKIO HOTEL", ou mieux encore "DIE NOTWIST UBER ALLES".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Close To The Glass de The Notwist
The Notwist en concert au Grand Mix (vendredi 14 mars 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de The Notwist
Le Myspace de The Notwist


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=