Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Swedish Indie Go 3
Hells on Wheels, User, Moneybrother  (Paris)  10 et 11 décembre 2003

Depuis trois ans, Export Music Sweden, regroupant tous les intervenants dans le monde musical suédois dans le but de faciliter la promotion et l’exportation de la musique nationale, le Centre Culturel Suédois et l’Ambassade de Suède organisent le Swedish Indie Go destiné à présenter de nouveaux groupes suédois présentés comme "la crème de la nouvelle scène suédoise".

Mercredi 10 décembre, dans le confidentiel auditorium du Centre Culturel Suédois, logé dans le superbe hôtel de Marle au coeur du Marais, se déroulait le concert acoustique des groupes sélectionnés pour la troisième édition du Swedish Indie Go : Hell on wheels, User et Moneybrother qui se retrouvaient le lendemain sur la scène de la Boule noire.

Fans du rock indé pour qui Suède rime avec Abba et Jay Jay Johanson révisez votre jugement! Ce fût un déluge de décibels, une explosion de riffs...une sélection imparable !

Hells on Wheels, trio guitare/chant, basse, batterie ultra percutante, n'a rien à envier à ses "homologues" américains. L'acoustique, guitare sèche, caisse claire et basse, préfigurera déjà le concert électrique qui dans l'énergie, l'attitude et surtout dans le jeu, l'attitude et la façon de chanter de la bassiste, copie conforme d'une Kim Deal au mieux de sa forme, rappellera le rock des Pixies . Le chanteur guitariste doté d’une voix forte très expressive, tout en s'adaptant à des rythmes plus pop, et d'une énergie hors du commun, ne reste pas en place, saute et cours en tous sens, ponctuant ces chansons de quelques mots sur les textes ou de petites plaisanteries.

Pas de temps mort dans ce set bluffant dont le rock franc et efficace associés à des mélodies impeccables nous laisse un indéniable goût de "revenez-y" . Un excellent groupe de rock donc qui confirme son talent sur disque à l'image de "Nothing left" ou bien "A summer killing a spring" avec son duo chanteur/batteuse pixisant en diable !

Avec User, la surprise est de taille. En acoustique, deux guitares et une basse toutes sages, et une lolita à voix fluette pour un petit quart d'heure de pop sucrée comme un bonbon, toute en douceur, presque planante. En électrique, le groupe est détonnant : une batterie puissante, une guitare survoltée, une basse échevelée et une chanteuse vibrionesque nous assène une prestation musicale et scènique époustouflante!

User évolue quelque part entre le gothic/ métal excité de Gathering (excepté Souvenir, beaucoup plus calme) et le pop/rock véloce des Transvision Vamps (.... et ben voilà, c'est l'occasion d'écouter ce fabuleux groupe puisque vous ne connaissez pas !). Le tout mâtiné d'un brin de Rage again the Machine, de Foo Fighters avec le registre vocal de Skunk Anansie et vous aurez une idée de la puissance de feu du groupe.

 

 

Dernier groupe de la soirée mais non des moindre, Moneybrother alias Anders Wendin et sa bande. 1 batteur, 1 guitariste, 1 bassiste, 1 clavier et 2 cuivres ! 7 personnes sur la scène exigue de la Boule Noire et qui plus est 7 énergumènes excités comme des puces à l'idée de jouer en France. C'est chaud comme la braise et une fois de plus totalement différent de la veille où Anders avait joué seul en acoustique dans un style plus proche d'un Jonathan Richman que de la bande de joyeux lurons déchainés à laquelle nous aurons droit ce soir.

Tout commence sur "Reconsider Me" et son intro sur une sonnerie de téléphone à tue-tête (à proprement parler vu la débauche de décibels) pendant laquelle le groupe investit la scène pour un morceau qui démarre gentiment, guitare acoustique et voix de crooner pour une très belle berceuse... qui se transforme en un ska endiablé assez rapidement, guitariste debout sur la batterie, saxophoniste tout droit sorti des Specials et tromboniste allumé gesticulant de toute part ! Un régal pour les yeux !

Tout ce petit monde apaisé, c'est reparti pour un morceau calme, sur lequel Anders prend une voix popy proche des minaudages de Ian Mc Culloch mais dans un style semi pop et semi soul (choeurs a l'appui assurés par les 2 cuivres qui finalement passent plus de temps à faire les choeurs et accessoirement les zouaves qu'à souffler dans leurs gros instruments avec lequel je n'ai toujours pas compris comment il n'avait pas réussi à assommer le guitariste placé juste derrière à force de gesticulations).

Anders et ses complices ponctuent les morceaux de minis skectches sur le mode "nous sommes a Paris pour la première fois, putain on est trop contents" voire même d'un "merci motherfuckers" du plus bel effet... ou bien Anders mimant de vouloir arrêter de chanter une chanson à grand renfort de larmes de crocodiles parce que le bassiste s'est trompé... ils s'amusent visiblement et le spectacle est autant pour eux que pour nous.

Et si les musiciens maitrisent parfaitement leurs instruments malgré leurs facéties, Anders n'est pas en reste avec sa voix remarquable, profonde, chaleureuse, capable de passer de cris de fausset à une soul profonde à la Barry White.

Une perfomance physique et musicale parfaite pour ce groupe qui devrait faire parler de lui assez vite en Europe.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Blood Panic de Moneybrother


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=