Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tindersticks
La Cigale  (Paris)  26 septembre 2003


C'est toujours un petit évènement qu'un concert des Tindersticks. on se souvient avec émotion de ce concert au Centre Pompidou notamment et puis celui qui s'en suivi au Grand Rex à grand renfort d'orchestre à cordes s'il vous plait .

D'un autre coté, on est parfois un peu réticent à frequenter les "festivals promotionnels" organisés par de grandes marques de machine à laver le cerveau.

Bref, tout ça pour dire que nous étions un rien fébrile et plein d'appréhension avant cette soirée. Des questions existentielles nous effleurant l'esprit (Vont ils jouer plus d'une heure ? Seront il déguisés en téléphone mobile ? Y'aura t il des t-shirt en vente ?sur le dernier point la réponse est"oui, mais moches et chers").

Enfin nous entrons somme toute assez rapidement mais sans heurt et nous installons aussitot au balcon de la Cigale, afin d'éviter le désagrément de se tenir debout tout en ayant une vue plongeante plein centre des plus agréables.

19h30 ! la ponctualité est de mise et les lumières s'éteignent pour laisser la place à un groupe français que, je dois l'avouer, je ne connaissais pas : Men in the moon.

Jeune combo mené de main de maitre par le chanteur très vintage et dont les mimiques et les mouvements sont imprégnés des années 70 avec de vrais morceaux de Mick Jagger dedans, impression accentuée par sa morphologie et sa dynamique. Mais il ne s'agit sans doute pas d'une attitude et sa voix se marie fort bien avec la musique rock elle aussi très marquée années 70 avec son clavier façon orgue / farfisa.

Le petit set de Men In the Moon s'avère être un mélange plus que réussi entre les Inspiral Carpets et leurs ainés tout droit sortis des 70's. Comme quoi le revival auquel nous assistons actuellement (ce n'est pas Barbel qui dira le contraire) à parfois du bon quand les influences servent à la création et ne se transforment pas en une vague imitation à faire palir Thierry le Luron. Men in the Moon est un groupe à suivre dont nous ne manquerons pas de vous donner des nouvelles.

L'intermède de courte durée fut assuré par deux Ecossais (James Yorkston and The athletes) dans une formation minimaliste et, avouons-le un brin ennuyeuse, les ballades écossaises, pour attendrissantes qu'elles peuvent être dans un pub, ont une fâcheuse tendance à provoquer l'assoupissement dans une salle inadéquate.

Mais l'indulgence nous submerge ce soir (sauf peut être pour le monsieur du rang devant, qui clope et avale les bières, et dont la toux grasse ne laisse rien présager de bon ni pour ses poumons ni pour nos oreilles...) et voici qu'entrent, sous des applaudissements forcenés, les tant attendus Tindersticks au complet avec un nouveau plan de scène qui voit le batteur (Alasdair Macaulay) sur la gauche du chanteur (Stuart Staples) avec à ses cotés le bassite (Mark Colwill) et le guitariste (Neil Fraser) , l'autre coté de la scène étant partagée par le violoniste (Dickon Hinchliffe) et le clavier (David Boulter) qui, par ailleurs, ont tous deux participés au nouvel album de Jean Louis Murat.

Le groupe est souriant, décontracté et laisse le temps au public de manifester son enthousiasme.S'il y a 6 ans, Stuart avait du mal à se présenter sur scène face à son public, à tel point qu'il m'est arrivé de le voir dos au public sans chanter pendant le premier morceau de leur prestation au printemps de Bourges, gesticulant comme un épileptique, il paraît aujourd'hui totalement détendu et souriant (le mythe du ténébreux qui tombe ...) et démarre sur "Trouble Everyday" qui va crescendo pour se faire tout en puissance sous un tonnerre d'applaudissements d'un public conquis d'avance.

La magie opère derechef dès lespremières mesures et sa voix n'a pas changé. Un timide "thank you" et c'est au tour de "Say goodbye to the city" sorti du nouvel album Waiting for the moon tout comme, plus tard "Until the morning comes" ou "My oblivion" parfaitement maitrisés aussi dense et sinueux que sur l'album. Stuart s'essaie même au duo à une voix, complexe exercice, sur "Sometimes it hurts" chanté a l'origine en duo avec Lhasa de Sela sur l'album. Exercice néanmoins brillamment réussi, tout comme lorsque que Dickon prend la parole seul sur "Until the morning comes" ou en duo avec Stuart pou "CFGF", leusr voix semblent de plus en plus proches et se complètent parfaitement.

Le concert fut une suite d'anciens morceaux, jamais démodés, et de chansons du nouvel album, de "Sleepy song" à "Running wild" en passant par une version efficace de "Can our love" avec Dickon au choeur et à la guitare lors du premier rappel pour finir en beauté lors du second rappel (quand je vous le disais qu'ils étaient vraiment détendus et souriants) sur le sublime et inégalable "Tiny Tears". Cette heureuse combinaison prouve que le groupe a su créer un univers musical tout à fait singulier et intemporel et à ce jour jamais inégalé.

Un concert au delà de nos espérances donc mais qui de toute façon paraît toujours trop court car nous aurions tant aimé entendre "No more affair" ou "Her" .... mais comme les Tindersticks nous font l'honneur de leur présence à nouveau à Paris fin novembre... ce n'est peut être que partie remise.

Seul bémol à ce concert à venir, il se tiendra à l'Elysée Montmartre, beaucoup moins propice à ce genre de musique que la Cigale ou le Grand Rex.

En attendant, jetez vous sur les albums....

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Waiting for the moon de Tindersticks
La chronique de l'album The hungry saw de Tindersticks
La chronique de l'album Falling down a mountain de Tindersticks
Tindersticks en concert à Folies Bergères (5 mai 2008)
Tindersticks en concert au Festival La Route du Rock 2008
Tindersticks en concert au Grand Théâtre (mardi 2 novembre 2010)
Tindersticks en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Tindersticks en concert à Splendid (jeudi 11 octobre 2012)
Tindersticks en concert au Fil (dimanche 14 octobre 2012)
Tindersticks en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Tindersticks en concert au Festival La Route du Rock #26 (samedi 13 août 2016)
L'interview de Tindersticks (janvier 2010)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=